Pas simple de voir la vie en vert

Il y a cinq ans, on ne parlait pas du tout de recyclage en Russie car les infrastructures n’existaient pas. Crédits photo : www.musora.bolshe.net

Il y a cinq ans, on ne parlait pas du tout de recyclage en Russie car les infrastructures n’existaient pas. Crédits photo : www.musora.bolshe.net

Même si les Russes trient et recyclent depuis l’époque soviétique, il est grand temps pour Moscou et pour la Russie d’adopter un système plus moderne.

Plus de 5 millions de tonnes de détritus sont produits chaque année à Moscou. La plupart de ces déchets sont déversés dans des décharges et des incinérateurs, et seule une très petite partie est recyclée. « Le problème n’est pas comment recycler », indique Alexeï Kisseliov, responsable du programme de gestion des déchets toxiques de Greenpeace Russie. « Il est possible de tout recycler, le problème est qu’il faut collecter les déchets séparément. Mais comme dans beaucoup d’autres domaines à Moscou, la bureaucratie constitue un obstacle ».

« Si vous voulez installer un conteneur pour la collecte séparée des déchets, non seulement personne ne vous aidera ou vous remerciera, mais en plus vous devrez faire face jusqu’à votre mort aux différents organismes publics qui coordonnent le processus », ajoute Kisseliov.

Chacun se renvoie la balle

Alors que les politiciens prétendent souvent que l’indifférence de la population est la principale cause de l’échec du développement du recyclage, les citoyens se disent découragés par le fait qu’il n’y ait qu’une seule collecte, et ce même lorsque des conteneurs séparés sont prévus pour les déchets et les matériaux recyclés.

« Aujourd’hui, il est plus rentable pour les entreprises d’apporter les déchets dans des décharges que dans un centre de tri, alors qu’il faudrait les inciter », indique Alexandre Barsoukov, vice-président chargé de la préservation de l’environnement pour la société d’emballage Tetra Pak.

« Il y a cinq ans, on ne parlait pas du tout de recyclage car les infrastructures n’existaient pas », se souvient-il. « L’emballage lui-même était considéré comme un matériau difficile à recycler car il était composite et comprenait du carton, des polymères et de l’aluminium ».  Désormais, sept entreprises situées dans les environs de Moscou sont spécialisées dans le recyclage des emballages.

Entreprises recyclables

« En Europe, le recyclage est un business financé par l’État et les gouvernements payent à la fois les trieurs qui collectent les matériaux et les recycleurs qui les réutilisent. Mais le recyclage est également un secteur d’avenir pour les entreprises », ajoute Barsoukov. « Tous les détails doivent cependant bien être calculés. Il est important de bien définir l’emplacement ainsi que le prix auquel la firme achète les matériaux, la qualité des matériaux, les équipements utilisés et le résultat final : vendre le matériau tel quel ou l’utiliser pour produire autre chose ».

« Si vous prenez en compte tous ces éléments, cette production peut rapporter des bénéfices », affirme-t-il. « Voilà en quoi consiste notre travail ».

« Lorsque des collectes séparées de déchets et de matériaux recyclables seront mises en place dans les zones résidentielles, il sera important de tout envoyer dans les centres de triage », précise Barsoukov. « Ces derniers pourront ensuite vendre les matériaux à des sociétés de recyclage aux prix du marché ».

Initiative écologique

Les militants écologistes de Moscou et de Saint-Pétersbourg n’ont pas attendu les décisions des autorités pour créer des organisations promouvant la protection de l’environnement et encourageant la population à être plus écolo. L’une d’elles, Sfera Ekologuii, détient trois sites à Moscou sur lesquels les gens peuvent apporter du verre, du plastique, du papier et des déchets dangereux, comme des batteries, des thermomètres, des équipements électroniques et des produits chimiques ménagers.

À Saint-Pétersbourg, des véhicules avec les inscriptions « éco-mobile » collectent les déchets triés par les citoyens avec le soutien des autorités locales. Ces voitures se déplacent dans la ville durant la journée et leurs horaires sont disponibles sur internet.

Dans le monde des affaires, Tetra Pack a conclu un partenariat avec BMW afin d’inciter les consommateurs à apporter leurs emballages sur leurs sites de recyclage mobiles. D’autres projets prévoient de collaborer plus étroitement avec les universités de Moscou pour promouvoir la vie écolo et encourager les collectes séparées des déchets sur les campus. « Nous devons commencer par donner envie aux gens de participer à ces projets de recyclage », conclut Barsoukov.

L’article est publié dans sa version abrégée, lisez l'original sur le site The Moscow News

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.