La Russie et la France créeront un véhicule blindé

BMP-3 (Crédit photo : Itar-Tass)

BMP-3 (Crédit photo : Itar-Tass)

La Russie et la France mettraient conjointement au point un véhicule blindé de transport de troupes sur la base du véhicule russe BMP-3.

Lors du second Forum international « Technologies de l'industrie mécanique » qui s'est déroulé fin juin dans les environs de Moscou, à Joukovski, le directeur adjoint de l'agence russe d'exportation d'armements Rosoboronexport, Igor Sevostianov, a annoncé que Russie et la France mettraient conjointement au point un véhicule blindé de transport de troupes sur la base du véhicule russe BMP-3.

Malgré les critiques contre le BMP-3, on met au point, sous l'égide du groupe russo-français pour les armes destinées à l'armée de terre, un blindé sur une base française avec des armes russes, a dit Sevastianov, ajoutant que « le véhicule devrait apparaître d'ici un an – un an et demi, deux ans au maximum ». Et ce malgré les critiques contre le BMP-3 de la part des dirigeants de la Fédération de Russie, même s'il est vrai que personne ne comprend vraiment le sens de ces griefs.


Les clients étrangers qui ont acheté ce véhicule de combat pour l'infanterie en sont très satisfaits. Le premier et plus grand acheteur de BMP-3 sont les Emirats arabes unis. L'armée de ce pays a dans le même temps acheté à la France un char Leclerc. Pendant de nombreuses années, ces véhicules ont été utilisés conjointement. De toute évidence, les experts militaires français l'ont minutieusement étudié et ont jugé qu’il constitue une base très appropriée pour la création d'un BMP plus perfectionné. Malgré les critiques de cet équipement par le ministère russe de la Défense lui-même, les Français ont tout de même misé sur le BMP-3, et à juste titre. Le développement conjoint peut se révéler très porteur. Toutefois, il convient d'émettre une réserve: les travaux n'en sont qu'à leurs débuts, et l'aspect du BMP russo-français n'a pas encore été déterminé. Il est possible que l'on utilise le châssis de véhicules blindés français.


Selon M. Sevastianov, la situation est similaire avec les véhicules BTR. « La France est intéressée par la création d'un véhicule commun pour les marchés de pays tiers et, éventuellement, pour l'armée française », a-t-il dit.

Le BTR-80, depuis longtemps reconnu comme l'un des plus grands succès parmi les véhicules blindés à roues, équipe des dizaines d'armées dans le monde. Il devrait être remplacé par le BTR-90, qui a déjà subi des tests. Mais le BTR-90 n'a absolument pas satisfait le  ministre de la Défense Anatoli Serdioukov. Principalement parce que la sortie de ce véhicule blindé s'effectue sur ​​les côtés, et non pas par la rampe arrière, comme c'est le cas dans le monde entier.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.