Nouvel espoir pour les disparus

L’organisation Liza Alert rassemble aujourd’hui 3 000 volontaires à Moscou et ses environs. Crédit photo : lizaalert.org

L’organisation Liza Alert rassemble aujourd’hui 3 000 volontaires à Moscou et ses environs. Crédit photo : lizaalert.org

Lorsque Liza Fomkina, petite fillette de 5 ans, a été portée disparue près de Moscou il y a près de deux ans, un appel à l’aide lancé sur un forum en ligne avait permis de réunir des centaines de personnes pour aider aux recherches, qui jusque-là étaient peu organisées. L’affaire s’est malheureusement terminée de manière tragique, mais elle a poussé certaines personnes à fonder une organisation bénévole qui a depuis aidé à retrouver un grand nombre d’enfants disparus.

« La police a pris part aux recherches de Liza, mais les agents étaient peu nombreux et ont abandonné après quelques jours », explique Grigori Sergueïev, un de ceux qui ont répondu à l’appel à l’aide sur Internet.

Après que Lisa et Maria, sa tante de 39 ans qui souffrait de problèmes mentaux, ont été retrouvées mortes dans une forêt dans la région d’Orekhovo-Zouïevo neuf jours après leur disparition le 13 septembre 2010, les bénévoles qui s’étaient joints aux recherches ont fondé une organisation au nom de la jeune fille.

L’organisation Liza Alert rassemble aujourd’hui 3 000 volontaires à Moscou et ses environs, et a pris part à plus de 200 recherches d’enfants et d’adultes portés disparus, dont la plupart se sont bien terminées.

« Mais malheureusement, toutes les recherches n’ont pas abouti », regrette Sergueïev, qui coordonne désormais les recherches pour l’organisation moscovite. « Et certaines sont encore en cours ».

Serguïev ajoute que le travail de la police ainsi que des services d’urgence de Moscou et des régions environnantes s’est amélioré de manière significative dans les deux années qui ont suivi la disparition de Liza Fomkina.

« On nous appelle chaque fois qu’un enfant disparaît », dit-il. « Mais la Russie est très vaste et la situation laisse vraiment à désirer dans beaucoup de régions ».

« Au début, nous avions l’impression de faire le travail de la police et des services d’urgence », admettait vendredi Galina, bénévole de l’organisation, lors d’une conférence dans le centre de Moscou visant à promouvoir le travail de l’organisation. « Mais nous avons appris beaucoup de choses à la police et la situation est en général bien meilleure maintenant ».

Le groupe fait partie des nombreuses organisations populaires nées ces dernières années sur Internet pour défendre différentes causes, comme la lutte contre la corruption du gouvernement ou la défense des zones naturelles contre la pollution industrielle.

La police a tenu à saluer le travail de Liza Alert, dont les bénévoles viennent de tous les horizons et comprennent des étudiants, des ménagères, des hommes d’affaires et des retraités.

« Les volontaires nous fournissent une assistance très importante pour informer le public et attirer l’attention sur les disparitions d’enfants », indique Mikhaïl Karpounine, représentant de la police de Moscou. « Nous travaillons principalement avec Liza Alert, et la coopération ne cesse de se renforcer et de gagner en efficacité ».

Les chiffres officiels du ministère de l’Intérieur indiquent que près de 15 000 enfants disparaissent chaque année en Russie, la plupart dans des fugues. Ce chiffre est moins élevé que la moyenne européenne, mais les bénévoles de Liza Alert déclarent que le vrai nombre pourrait être bien plus important.

« Ils affirment que les chiffres sont plus bas qu’en Europe », dit Galina. « Mais les autorités viennent à peine de commencer à rassembler les données. Il est donc difficile de dire s’ils sont exacts ou pas ».

 Même si les efforts du groupe ne sont pas toujours récompensés, les bénévoles continuent à aider des parents désespérés, même lorsque les recherches semblent sans espoir.

Mais comme l’a écrit Sergueïev dans un article consacré à la première recherche de Liza et paru lors d’une exposition sur les enfants disparus : « Même quand votre tête vous dit que c’est sans espoir, votre cœur vous oblige à espérer ».

Article original sur le site de The Moscow News

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.