Ekaterinbourg a présenté mardi sa candidature pour tenir l'exposition universelle de 2020

Présentation mardi à Paris au siège de l'OCDE au cours de la 151ème Assemblée générale du Bureau International des Expositions (BIE) de la candidature d'Ekaterinbourg pour tenir l'exposition universelle de 2020. Crédit : Dimitri de Kochko

Présentation mardi à Paris au siège de l'OCDE au cours de la 151ème Assemblée générale du Bureau International des Expositions (BIE) de la candidature d'Ekaterinbourg pour tenir l'exposition universelle de 2020. Crédit : Dimitri de Kochko

La Russie est membre depuis le début, au XIXème siècle,  de l'organisation, qui compte maintenant plus de 140 pays membres. Mais elle n'a jamais organisé d'exposition universelle tout en y ayant participé très souvent. Une tentative de Moscou pour l'organiser après la fin de l'URSS avait échoué assez lamentablement. La Russie tente à nouveau sa chance avec Ekaterinbourg, cette fois. La capitale de l'Oural central a présenté mardi sa candidature à Paris, en présence notamment du gouverneur de la région, M. Evgueny Kuyvashev, du vice-ministre du commerce et de l'industrie Gueorgui Kalamanov et de l'ambassadrice Expo 2020, Anna Kopenkina.

Ekaterinbourg est confronté à 4 autres villes candidates : Ayutthaya (Thailande), Izmir (Turquie), Dubaï (Emirats arabes unis), Sao Paolo (Brésil). La partie est loin d'être gagnée car la ville doit se préparer, convaincre les commissions du BIE qui viennent « contrôler » l'état de préparation et enfin les électeurs, dont de nombreux petits pays, qui se prononceront au mois de novembre 2013. La présentation d'Ekaterinbourg a été particulièrement bien accueillie mais Sao Paolo, dont les représentants soulignent que l'Amérique latine n'a jamais reçu d'exposition universelle et de ce fait risque de remporter d'office les voix de toute l'Amérique latine et des pays lusophones et hispanophones, ainsi que Dubai, dont on connait les moyens énergétiques et financiers, seront des concurrents sérieux.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.