Privés de Baïkonour

Crédit photo : Reuters / Vostock Photo

Crédit photo : Reuters / Vostock Photo

Trois satellites russes et quatre étrangers attendent d’être lancés dans l’espace depuis la base de Baïkonour. Le Kazakhstan refuse depuis fin mai que son territoire serve de lieu de chute des fusées Soyouz et exige un nouvel accord intergouvernemental stipulant non seulement les délais d’utilisation des zones d’impact mais également le coût supplémentaire que la Russie devra payer pour ses lancements depuis Baïkonour. La Russie construit parallèlement son propre cosmodrome Vostotchny.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.