Nouvelles présidences pour la Russie et la France

Konstantin Kossatchev, directeur de l’agence fédérale Rossotroudnitchestvo. Crédit photo : Itar-Tass

Konstantin Kossatchev, directeur de l’agence fédérale Rossotroudnitchestvo. Crédit photo : Itar-Tass

« La France reste un partenaire stratégique important pour la Russie, et les relations entre nos deux pays sont assurées contre des changements radicaux de tout genre », estime le directeur de l’agence fédérale Rossotroudnitchestvo, Konstantin Kossatchev. Lundi 7 mai, juste après l’inauguration du président russe Vladimir Poutine, il a pris part à la conférence vidéo Moscou-Paris.

Sitôt après la diffusion de la cérémonie inaugurale, a été organisée au Centre russe de la science et de la culture à Paris une table ronde consacrée aux « Perspectives des relations franco-russes après les élections présidentielles en Russie et en France ». Cette initiative a pris la forme d’une conférence vidéo avec la participation M. Kossatchev.

« Le fait que Vladimir Poutine, en tant que nouveau président du pays, a immédiatement appelé François Hollande pour le féliciter de sa victoire aux élections, prouve que pour la Russie, la France est un très grand partenaire stratégique », a souligné Konstantin Kossatchev qui a ensuite répondu aux nombreuses questions des journalistes et des chercheurs, ainsi que du public, sur les perspectives d’avenir des relations entre la France et la Russie dans le contexte du changement des présidents des deux pays.

« Aujourd’hui, en Russie comme en France, on débat de l’éventuel changement de la politique extérieure et intérieure de nos pays. J’estime qu’en Russie s’attendre à des changements drastiques et radicaux de la politique nationale (extérieure et intérieure) sera, pour le moins, sans fondement », a dit Kossatchev.

« Il est clair pour moi que les relations franco-russes, à l’opposé des relations russo-américaines, sont assurées contre les chamboulements à gauche ou à droite », garantit Kossatchev.  Il a noté que, contrairement à l’Amérique, la France et la Russie ont un vaste terrain d’entente où leurs intérêts se croisent et convergent dans les domaines politique et économique. « Je suis sûr que, dans l’avenir, ces relations iront en croissant et en s’améliorant, indépendamment du nom du  dirigeant du pays à l’Élysée ou au Kremlin », a déclaré l’ancien premier vice-président du Comité de la Douma des affaires étrangères.

Konstantin Kossatchev a aussi estimé que les relations franco-russes doivent façonner en grande partie le visage du monde actuel.

En ce qui concerne le problème de la Syrie, le chef de Rossotroudnitchestvo a exprimé la certitude que la Russie et l’Union Européenne seront à même de mieux coordonner qu'auparavant leurs actions de concert en Syrie ou dans des cas semblables. La Russie compte sur l’esprit de compréhension mutuelle du nouveau dirigeant de la République française.

Ivan Prostakov, le représentant commercial de la Russie en France a, de son côté, assuré que l’époque d’excès et d’imprévus est définitivement révolue et que les relations économiques franco-russes sont en cours d’une évolution régulée.

« Évidemment, les pouvoirs politiques et administratifs jouent un rôle primordial dans notre coopération. Surtout quand il s’agit de collaboration dans les domaines stratégiques tels que l’industrie aérospatiale et l’industrie énergétique nucléaire. Sous les anciens gouvernements, nous avons obtenu des résultats spectaculaires dans tous ces secteurs », a déclaré le représentant commercial. Il a ajouté que les liens économiques établis entre la France et la Russie répondent aux besoins vitaux de ces deux pays et servent les intérêts de leurs peuples respectifs : ils ne peuvent pas être brisés du jour au lendemain en raison d’un changement de pouvoir. Rappelons aussi que les entreprises françaises investissent beaucoup sur le marché russe qui paraît, sur fond de crise paneuropéenne, prometteur et avantageux.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.