Crash de Sukhoi SuperJet-100 en Indonésie : qui est coupable ?

L'avion Sukhoi SuperJet-100. Crédit photo : AP

L'avion Sukhoi SuperJet-100. Crédit photo : AP

Le jeudi 10 mai, les débris de l'avion Sukhoï SuperJet-100 (SSJ-100), qui a disparu mercredi des écrans radars lors d'un vol de démonstration en Indonésie, ont été retrouvés sur les pentes du mont Salak. L'épave de l'avion a été retrouvée à une altitude de 1 600 mètres, a fait savoir l'agence RIA Novosti. 48 personnes, dont huit Russes et un Français, se trouvaient à bord de l'aéronef au moment de sa disparition.

Un état-major opérationnel a été déployé à proximité du lieu de l'accident. Les sauveteurs ont commencé à rechercher des fragments ainsi que les boîtes noires de l'avion écrasé. Un représentant du service indonésien pour le contrôle de l'espace aérien a indiqué précédemment que le moyen-courrier russe aurait été détourné ou serait tombé après avoir percuté une montagne en raison d'une mauvaise visibilité. La Russie d'Aujourd'hui vous propose les commentaires d'un pilote d'avion, d'un représentant de l'aviation civile et d'un voyager qui a décidé, par chance, de ne pas prendre part à ce vol.

Pilote d’essai, héros de la Fédération de Russie, chef de l’aviation des troupes internes du Ministère de l’intérieur pour le district de Moscou, le pilote Magomed Tolboev

Il existe des terminologies aéronautiques tels que le terme « plan de vol ». Il s’agit du processus au cours duquel est sélectionné l’équipage, le choix de la route, l’itinéraire de vol, et ainsi de suite. Avec le SuperJet-100 c’est la même situation qu’avec l’équipage polonais du Tu-154 (qui transportait une délégation polonaise de haut niveau, y compris le président Lech Kaczynski, et qui s’est écrasé le 10 avril 2012, ndlr) : donc c’est un mauvais plan de vol. qui a causé cette catastrophe. Il y a à Djakarta un terrain complexe, c’est l’île de Java avec ses difficultés comme le changement d’altitude, vous avez donc besoin d’exécuter chaque étape au centimètre et pas simplement voler, se montrer et se réjouir. C’est donc purement une question d’organisation.

C’est le chef de l’expédition qui est responsable du plan de vol. Qui pilote, où vole l’avion, dans quel but vole-t-il, pour quoi vole-t-il, tout doit être pris en compte. L’avion n’est pas en cause. Un avion, c’est un avion. Tout doit être scrupuleusement organisé au-dessus de la norme, d’autant plus que ce vol ait un caractère de démonstration: le montrer aux acheteur potentiels.

Victor Gorbatchev, directeur de l’association de l’aviation civile « Aeroport »


Il me semble que cette catastrophe est due à trois facteurs. Premièrement une mauvaise météo, deuxièmement un pays montagneux, troisièmement un itinéraire de vol inconnu.

Malheureusement, il y aura des répercussions négatives sur le marché européen car il y avait déjà des incidents du même genre. Par exemple le Tu-154 qui s’est écrasé au Bourget. Les contrats étrangers avaient alors été annulés.

Je crains que le SuperJet ne soit plus prometteur qu’en Russie. Il s’agissait d’un vol de démonstration pour des sociétés étrangères. Maintenant, les contrats pourraient malheureusement être rompus.

Le voyageur russe Sergueï Dolya se trouve à l’état-major d’avarie de l’aéroport de Djakarta


L’avion a été retrouvé dans un endroit quasiment inaccessible pour les opérations de recherche terrestre, c’est pourquoi ne peuvent s’y rendre que les parachutistes descendant le long du câble de l’hélicoptère. Malheureusement les conditions météorologiques se sont dégradées et ne permettaient plus de laisser descendre ces hommes.

C’est sur une haute montagne recouverte d’une forêt dense impénétrable et c’est sur une paroi très en pente que se trouvent les fragments de l’appareil. De plus, ils continuent à s’ébouler vers le bas.

C’était un vol de démonstration pour les représentants locaux des compagnies aériennes, j’ai décidé de ne pas prendre part à ce vol. Pourtant, j’ai participé à d’autres vol et je peux dire que c’était un avion remarquable, en bon état et sans aucun problème.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.