Le futur en Russie est de plus en plus présent

Crédit photo : Elena Potchetova

Crédit photo : Elena Potchetova

Du 17 au 20 avril, le forum Russie innovante 2012 a présenté des innovations technologiques de production russe et étrangère qui vont changer la vie aussi bien des professionnels que des gens ordinaires.

Crédit photos : Elena Potchetova

Les quatre dernières années de la vie économique de la Russie se sont déroulées sous les mots d'ordre de l'innovation, du développement des nanotechnologies et d'autres technologies de pointe. Le forum Russie innovante 2012, qui s'est tenu à la mi-avril à Moscou, peut être considéré comme une sorte de bilan de la politique russe en matière d'innovation. Dans le cadre de l'événement se sont tenues huit tables rondes et des expositions. Il n'a cependant pas été possible de présenter tous les aspects de l'industrie d'innovation. Lors des expositions, ont été présentés uniquement la navigation, les technologies d'informatique médicale, l'optique et les lasers, les systèmes de contrôle de qualité, les systèmes urbains intelligents, les systèmes intelligents pour l'immobilier commercial et privé, l'éducation et de la gestion des ressources humaines. Au total, plus d'un millier d'entreprises, pour plus de moitié russes, ont pris part à l'événement.

Comme l'ont expliqué les organisateurs, le forum avait deux objectifs. Tout d'abord, permettre aux petites entreprises high-tech de présenter leurs produits. Rares sont celles qui peuvent se permettre de participer aux grands salons internationaux. Deuxièmement, jouer le rôle de plate-forme pour les entreprises étrangères qui souhaitent pénétrer le marché russe et trouver des partenaires dans le pays. La demande pour leurs produits existe en Russie et le marché russe est intéressant pour la majorité d'entre eux. Ceci était clairement mis en évidence dans les annonces décorant les stands de loin en loin : « Nous recherchons un directeur régional ».

Dans les pavillons du forum, les lasers 3D cohabitaient avec des caméras microscopiques, des microscopes de haute précision numérique et d'énormes complexes pour l'analyse des matériaux de construction, tandis que les systèmes de contrôle intelligent des hôpitaux côtoyaient les senseurs de navigation. Des milliers de petites lumières clignotaient sur ​​les écrans de presque tous les appareils présentés.

Comme il sied à l'innovation, les produits présentés sont pour la plupart peu compréhensibles pour le commun des mortels. La qualité des systèmes de ventilation des ateliers d'usine, des lasers industriels et du matériel de laboratoire ne peuvent être évalués que par des experts. Toutefois, le profane avait tout de même des choses à voir. Par exemple, les caméras « espionnes » invisibles à l'œil nu, les systèmes lasers remplaçant la fraise dentaire ou un système de suivi de l'emplacement des transports en commun, qui permet à n'importe quel citadin de savoir dans combien de temps arrivera son autobus. Et certains objets étaient tout simplement intéressants de par leur aspect: les lasers industriels, les composés synthétiques à haute résistance (qui rappelaient les visites au Musée géologique) et les microscopes, capables de scruter une surface de quelques nanomètres.

D'ailleurs, certaines de ces trouvailles sont en mesure de changer la vie du citoyen ordinaire. Par exemple, les concepteurs du système de transport intelligent soutiennent qu'ils peuvent résoudre presque tous les problèmes de transport dans les villes russes : mettre fin aux embouteillages, au stationnement chaotique, aux difficultés liées au transport terrestre des passagers, etc. « L'une des tendances clés du marché de la télématique des transports est le développement de services d'information pour le transport des passagers. Je pense qu'ils incarnent l'avenir. Bientôt, les utilisateurs des transports en commun pourront non seulement gérer efficacement leur temps de transport en ville, mais aussi obtenir des services d'information pertinents par rapport à leur emplacement », explique le directeur marketing de la compagnie M2M Telematika Svetlana Khadonova. En bref, le fonctionnement du système est le suivant: il reçoit des informations par satellite, les analyse, et soit les transmet, soit entreprend des actions (en changeant l'algorithme des feux de signalisation, par exemple). Les développeurs affirment qu'il permettra de diviser de plusieurs fois les bouchons, car actuellement les feux fonctionnent souvent suivant le même algorithme toute la journée, sans tenir compte de la situation du trafic. Au mieux, leurs algorithmes sont ajustés manuellement par la police de la route. Il y a également de bonnes nouvelles pour ceux qui n'ont pas de voiture. Le Système de transport intelligent vous permet de surveiller, à l'aide dispositifs par satellite, les autobus, les tramways et les trolleybus. On prévoit que ces données seront affichées sur un tableau qui sera installé aux arrêts d'autobus. Par conséquent, la personne qui attend son bus sera toujours au courant de l'heure de son arrivée. Actuellement à Moscou, il est possible d'attendre à l'arrêt de bus une demi-heure, avant de voir arriver subitement deux autobus desservant le même itinéraire.

Une autre innovation technologique orientée sur le grand public est un système laser pour le traitement des matériaux avec un microscope de haute précision. Cette technologie est utilisée dans de nombreux domaines. L'exposition a présenté un appareil destiné aux soins dentaires. « En principe, il n'y a rien de révolutionnaire dans cet appareil. Ce qui est nouveau ici, c'est surtout le prix et l'emballage. Jusqu'à présent, on ne produisait pas de tels dispositifs en Russie, ils devaient être importés, ce qui provoque une augmentation des prix », explique le concepteur. Un autre avantage est que, contrairement à la plupart de ses analogues, il possède un aspect tout à fait agréable. « On peut tranquillement l'exposer dans un lieu public, ou dans un cabinet dentaire, tandis que la majorité de ses « confrères » rappellent des structures métalliques carrées peu avenantes impossibles à montrer en public », estime le représentant du fabricant. Tous les matériaux, sauf le plastique, sont achetés en Russie.

Le développement de la production intelligente a été une autre idée-fixe du président sortant Dmitri Medvedev, qui quittera le pouvoir en mai. L'absence ou l'existence de progrès dans ce domaine fait débat depuis un an, mais ni les scientifiques ni les économistes ne sont proches d'un consensus. Les « partisans » de la politique d'innovation du président se basent sur les chiffres concernant le nombre de projets en cours, de subventions délivrées et de scientifiques impliqués dans la conception, soulignant qu'il est impossible d'atteindre des résultats en matière d'innovation en quelques années : le délai est trop court. Leurs adversaires font valoir que les tentatives de la Russie visant à rehausser le prestige des sciences appliquées sont insensées, que l'argent alloué sera volé, et que les projets en cours sont voués à l'échec. Le Forum Russie innovante 2012 a montré que cet avenir innovant, dont on parle tant, devient de plus en plus présent pour le pays.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.