Une grève de la faim pour des élections honnêtes

Oleg Cheïne, candidat au poste de maire d'Astrakhan du parti Russie juste, a entamé avec ses partisans une grève de la faim immédiatement après l'élection, qui a eu lieu début mars. Crédit photo : Itar-Tass

Oleg Cheïne, candidat au poste de maire d'Astrakhan du parti Russie juste, a entamé avec ses partisans une grève de la faim immédiatement après l'élection, qui a eu lieu début mars. Crédit photo : Itar-Tass

 

La grève de la faim de l'opposition russe a été couronnée de succès. L'ex-candidat au poste de maire d'Astrakhan, Oleg Cheïne, a mis fin à son action de protestation contre les élections municipales, annonçant avoir atteint les résultats escomptés et qu'il poursuivrait sa lutte devant les tribunaux. Ainsi s'est terminée une saga de près de deux mois, qui a provoqué des meetings de masse, un regain d'activité de l'opposition et de nouvelles arrestations de militants. Au cours de la grève de la faim de M. Cheïne, presque toutes les figures du mouvement de protestation russe ont visité Astrakhan.

Oleg Cheïne, candidat au poste de maire d'Astrakhan du parti Russie juste, a entamé avec ses partisans une grève de la faim immédiatement après l'élection, qui a eu lieu début mars. Cheïne a affirmé que le vote n'était pas honnête et a qualifié le nouveau maire de la ville d'« usurpateur ». Lors de l'élection, le candidat de Russie unie Mikhaïl Stoliarov a obtenu 60% des voix contre 30% pour Cheïne. Toutefois, le perdant a déclaré que les élections étaient truquées. En premier lieu, Cheïne avance le fait que les résultats officiels diffèrent fortement des sondages à la sortie des urnes, qui annonçaient la défaite de Stoliarov. Les militants affirment que le vote a été entaché de nombreuses violations. Par exemple, dans plusieurs bureaux de vote, on a remarqué que des bulletins de vote en faveur de Cheïne se trouvaient dans les piles de son rival. L'opposition exigeait qu'on lui remette plus d'une centaine de vidéos prises par des caméras de surveillance installées dans les bureaux de vote.

Peu de temps après le début de la grève de la faim, une commission spéciale de la Douma d'Etat a été dépêchée à Astrakhan. Elle s'est familiarisée avec les matériaux (protocoles et vidéo) des élections et a conclu en affirmant que si les faits allégués par Cheïne se confirmaient, l'élection du maire devrait être annulée. En parallèle, la Commission électorale centrale (CEC) a ouvert sa propre enquête. Après avoir analysé les matériaux en provenance d'Astrakhan, son président, Vladimir Tchourov, a invité Cheïne à Moscou pour un visionnage commun de dizaines d'heures d'enregistrements. Les blogueurs ont taxé leur réunion de « nuit des électionvores ». En effet, à trois, avec le chef de Russie Juste Sergueï Mironov, ils ont regardé des matériaux pendant toute la nuit. Toutefois, Cheïne a été obligé d'interrompre pour quelques heures la séance afin d'appeler une ambulance. Après cette nuit de visionnage, le chef de la CEC a reconnu que des violations avaient eu lieu dans 130 bureaux de vote sur 200. Certes, il a souligné qu'aucune fraude n'avait été détectée, toutes les violations étant « exclusivement procédurales ». Toutefois, Cheïne s'est dit satisfait de ce résultat et compte désormais se rendre au tribunal avec ces matériaux. Cependant, ni une révision des résultats du vote, ni la démission de fonctionnaires d'Astrakhan ne sont à l'ordre du jour.

La grève de la faim d'Astrakhan a eu une importante résonance à travers le pays. Les membres du mouvement « Pour des élections honnêtes » et des meetings de l'hiver dernier y ont vu la poursuite de la lutte pour les idéaux démocratiques. Si l'on excepte les manifestations des 4-5 mars, la grève de la faim d'Astrakhan a été la seule action de protestation majeure depuis l'élection présidentielle. Astrakhan a vu converger bon nombre de leaders du mouvement de protestation : Alexeï Navalny, Ilia Iachine, Ksenia Sobtchak, etc. Les militants se sont assis sur des matelas gonflables près de l'administration de la ville et ont à plusieurs reprises affronté la police qui tentait de les déloger de la pelouse. Début avril, un meeting a eu lieu dans la ville. Il a, selon ses organisateurs, attiré environ trois mille personnes.

Mais des actions contre Cheïne et son équipe ont aussi eu lieu. Le mouvement pro-Kremlin Nachi a organisé une action « contre les grèves de la faim truquées ». De l'avis des activistes, soutenus par de nombreux médecins, Cheïne n'a pas complètement jeuné. Sa grève de la faim était au partielle. Ils insistent sur le fait qu'une personne est physiquement incapable de renoncer à toute nourriture plus d'un mois sans mettre sa vie en danger.

Ce n'est pas la première fois que Cheïne et ses partisans sont en désaccord avec les résultats des élections municipales. En 2009, ils avaient également appelé à réviser les résultats du vote. Puis, selon les propres mots de Cheïne, « des troupes de combat ont pris d'assaut le bâtiment des commissions électorales » pour déformer les chiffres définitifs. Il y a trois ans, des actions de masse ont eu lieu à Astrakhan, afin d'attirer l'attention du Président sur les violations pour qu'il demande la tenue de nouvelles élections. Cependant, le pouvoir n'avait pas accordé une grande attention à ces réunions, et le mouvement de protestation avait pris fin très vite.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.