Livraison de 150 chars T-90S à l’Algérie et au Turkménistan

Crédits photo : Itar-Tass

Crédits photo : Itar-Tass

Une source proche de la direction de Rosoboronexport et le manager de Rostechnologii ont annoncé au quotidien Vedomosti que Rosoboronexport avait conclu, à l’été 2011, un contrat pour la livraison de 30 chars Т-90S au Turkménistan ainsi qu’un autre accord, en automne cette fois, pour la vente de 120 de ces tanks à l’Algérie.


« 150 chars Т-90S doivent coûter pas moins d’un demi-milliard de dollars », indique Konstantin Makienko, expert au Centre d’analyse des stratégies et des technologies.


Les deux accords sont en réalité le prolongement de contrats précédents, selon lesquels 10 chars T-90S ont déjà été vendus au Turkménistan en 2010, et 185 autres ont été livrés à l’Algérie en 2009.


Le contrat avec l’Algérie fait partie d’un paquet d’accords sur la livraison d’armes destinées à l’armée de terre pour un montant de plus d’un milliard de dollars. « Ces contrats ont vu le jour suite au renforcement de l’instabilité dans la région provoqué par les révolutions en Tunisie et en Egypte, ainsi qu’à la guerre en Libye », explique un proche de la direction de Rosoboronexport. Le porte-parole de Rosoboronexport s’est refusé à tout commentaire. Quant au représentant de l’usine où sont fabriqués les Т-90S, il n’a pas souhaité parler des contrats, mais a déclaré qu’en 2012, le montant dégagé grâce aux livraisons de technologies de guerre serait sept fois plus élevé qu’en 2011.


Selon le rédacteur en chef du Moscow Defense Brief, Mikhaïl Barabanov, ce chiffre est plausible compte tenu des nouveaux contrats algérien et turkmène, et du fait que leur usine peut livrer ces chars en environ un an.


En 2010, la Russie n’a exporté que 26 chars Т-90S : 20 à l’Inde conformément à un accord datant de 2007 (et relatif à la livraison de 124 chars prêts et de 223 véhicules au total) et 6 au Turkménistan.


L’année suivante, le pays a très probablement fourni un bataillon de près de 30 chars T-90S à l’Ouganda, un certain nombre au Turkménistan, mais aussi quelques véhicules de combat de soutien des chars et des lance-flammes lourds au Kazakhstan. La Chine est ainsi devenue, durant ces deux années, le plus grand pays exportateur de chars au monde en dépassant la Russie. « Dans le même temps, les pays occidentaux n’ont presque pas exporté de tanks », estime Barabanov. Mais en 2012, les nouveaux contrats permettront à la Russie d’à nouveau dépasser la Chine.


« Les accords avec l’Algérie et le Turkménistan ont été conclus malgré les propos imprudents des dirigeants de l’armée russe concernant les chars Т-90 », rappelle Makienko.


En novembre 2011, le chef de l’état-major Nikolaï Makarov a, en effet, déclaré à la Chambre publique que le T-90 était considérablement moins efficace que le Merkava, son équivalent israélien. « Ces propos ont suscité un grand mécontentement du côté de l’industrie de l’armement, mais aussi de Rosoboronexport », indique Makienko. « Elles n’ont cependant pas empêché l’exportation ultérieure de nombreux chars russes, qui devraient pouvoir concurrencer les offres chinoises sur le marché ».


« Parallèlement au contrat avec le Turkménistan, des négociations sur la vente de T-90 sont également en cours avec le Kazakhstan, l’Azerbaïdjan, et même l’Indonésie », ajoute un représentant de Rostechnologii.

Lisez article original sur le site Vedomosti.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.