Sous la glace, le sacré

Crédits photo : Itar-Tass

Crédits photo : Itar-Tass

Le bain d’eau glacée : une tradition orthodoxe pour célébrer le baptême du Christ

La Théophanie, l’une des douze fêtes principales de l’Eglise orthodoxe, est célebrée le 19 janvier. La coutume, pour les pratiquants, est de se baigner dans l’eau glacée la veille du Baptême du Christ : ce jour est appelé « sotchelnik » (ce nom provient d’un mets rituel que l’on mangeait ce jour là : la « sotchiva ». C’était une bouillie de blé ou d’orge, de seigle, de pois ou de lentilles mélangée à du miel avec des amandes et du jus de pavot, ndlr). Les prêtres et leurs fidèles se dirigent vers des points d’eau où un trou en forme de croix, le « yordan », est percé dans la glace en référence au fleuve sacré, le Jourdain. Les croyants y descendent par un escalier de bois jusqu’à la dernière marche, se signent, puis plongent à trois reprises.

La Russie est marquée en cette période par une vague de grands froids, appelés communément « gels de Baptême », mais cette baignade ne rend jamais malade. Bien au contraire : on est censé en sortir revigoré et en meilleure santé. « On peut s’immerger même par –40, vu que durant les 5 à 6 minutes que dure le rituel, aucun organe vital n’a pas le temps de refroidir. Durant la baignade, le sang se répartit de telle manière que l’organisme est stimulé et cette pratique ne présente aucun danger », assure Vladimir Grebenkine, président de l’association internationale de natation hivernale.

Pour ceux qui s’en méfient tout de même ou ne peuvent pas, pour raison de santé, plonger dans l’eau froide, pas d’inquiétude : le dogme orthodoxe n’imposer par cette pratique. « Cette fête est avant tout célebrée par une liturgie au sein de l’Eglise. L’important est de communier et de partager cette joie avec ses proches », précise le représentant du Département des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, Georgui Roschine.

Cette année, le Ministère russe des situations d’urgence a mis à disposition 40 points d’eau à Moscou pour la baignade de Baptême, qui seront équipés d’un vestiaire chauffé pour se changer. Une grande bassine en bois utilisée comme fontaine baptismale sera aussi installée en plein centre de Moscou, place de la Révolution, pour l’immersion prévue de plus de 60 000 croyants. La baignade en eau glacée n’est pas la seule tradition de cette fête qui est aussi marquée par la bénédiction des eaux. Toute au long de la journée, dans les églises, les prêtres sanctifient l’eau qui reste pure toute l’année et que les croyants remportent chez eux. « Boire un peu d’eau bénite tous les jours à jeûn te renforce. Il suffit de croire en ses forces purificatoires », affirme Georgui Roschine.

La fête du Baptême a pour origine les récits des Evangiles sur le baptême du Christ par Saint Jean l’Apôtre¹ , qui fut ensuite chargé par Dieu de baptiser le peuple pour le purifier de ses péchés. L’immersion dans l’eau bénite symbolise la mort du Christ puis sa résurrection. C’est une manière de montrer sa propre acceptation des lois de l’Eglise pour toute la vie.

Les Orthodoxes appellent également cette fête l’Apparition de Dieu puisque, selon l’Evangile, le baptême du Christ s’accompagna de la manifestation de la Trinité : la voix de Dieu, le Christ baptisé et le Saint Esprit descendu sous forme de colombe. On la nomme aussi la fête de l’Illumination ou la fête des Lumières car il est de coutume, la veille, de baptiser les gens qui le désiraient depuis longtemps, afin d’ « éclairer leur âme ».


 ¹Иоанн Предтеча – Saint Jean le Precurseur/ Saint-Jean Baptiste

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.