Monsieur et Madame Perfection

Crédits photo : Maria Tchobanov

Crédits photo : Maria Tchobanov

Quelle petite fille n’a jamais rêvé de mettre une robe de soirée à crinoline couleur saphir pour traverser la scène sous les applaudissements d’un public exalté ? Surtout si c’est à Paris ! Mais devenir cette princesse tant admirée au visage auréolé de charmantes bouclettes et illuminé par un sourire éclatant à la démarche et à la gestuelle parfaites,  c’est tout un métier. Certains commencent à l'apprendre dès leur plus jeune âge en se lançant dans l’apprentissage de la danse classique, du chant, de la gymnastique, de l'art théâtral et des langues étrangères au lieu de jouer à la poupée et regarder les dessins animés.

Le 7 décembre dernier, des filles et garçons de 5 à 15 ans originaires de  Iakoutsk (République russe de Saha), Kazan (République russe du Tatarstan), Pétrozavodsk (République russe de Carélie), Zaporojie (Ukraine) et d'autres villes sont venus à Paris pour décrocher le titre de Monsieur et Madame Perfection sur la scène du théâtre parisien Adyar. Ce sont de vrais petits artistes dont les enchaînements de numéros musicaux et de danse n’ont rien à envier aux professionnels du spectacle de variétés. De magnifiques costumes nationaux ont transporté la salle vers un monde de contes et légendes des peuples de Russie et de ses proches voisins.

Tous ne reçoivent pas l’écharpe « Miss Perfection » et le diadème étincelant orné de stras. Mais « le principal est de participer, de faire de nouvelles rencontres et d’acquérir une nouvelle expérience dans un concours non-corrompu, aux récompenses méritées, je peux vous l’assurer ! », confie Maria, une participante de quinze ans venue de Moscou qui se prépare à devenir économiste. Avant d’ajouter : « Paris est une ville de romantisme et d'amour, comment ne pas vouloir venir ici ? »

Le concours de beauté et de nouveaux talents a eu lieu dans le cadre du programme international Evrofest (Russie) organisé par l'agence Info Primera (Espagne) avec le soutien de la compagnie Aramis (France).

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.