Nouveau partenariat stratégique pour Total

Crédits photo : PhotoXPress

Crédits photo : PhotoXPress

Novatek et Total ont annoncé avoir conclu un nouvel accord de partenariat : le groupe français a acquis 20 % des parts de Yamal LNG, qui vaudrait entre 15 et 20 milliards de dollars. Novatek a déclaré que Total rachèterait non seulement des parts, mais financerait également une partie du projet en contribuant au capital de la société de Yamal et en octroyant des « prêts d’actionnaires disproportionnés ». Les représentants des sociétés n’ont pas souhaité divulguer le montant de la transaction. Une source proche d’une des parties s’est contentée de préciser que Total et d’autres partenaires étrangers de Novatek prendraient en charge la majeure partie du financement (c’est pourquoi on parle de contributions « disproportionnées »).

Novatek possède à l’heure actuelle la totalité des parts de Yamal LNG. Elle envisage cependant de conserver un intérêt de 51 % dans le projet et de céder les 49 % restants à plusieurs partenaires, qu’elle est d’ailleurs en train de choisir parmi différentes sociétés européennes, asiatiques et arabes. Avec une contribution de 20 %, Total sera probablement le principal investisseur étranger dans ce projet, les autres participations devant rester inférieures.

Pour le groupe Total, il s’agit du troisième accord conclu avec Novatek et ses actionnaires. En 2009, il avait acquis 49 % de la société Terneftegaz (filiale de Novatek), titulaire d’une licence pour le développement du petit gisement de Termokarstovoye dans le district autonome de Yamalo-Nenets. Au printemps dernier, il a également signé un accord de partenariat complexe, dans le cadre duquel il a racheté (après une attente de presque sept ans) 12 % des parts du groupe Novatek pour environ 4 milliards de dollars, avec une option pour monter jusqu’à 19,4 % du capital durant les trois premières années.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.