Le tour de rôle du tandem menace de renouveler le gouvernement

Poutine et Medvedev lors du congrès préélectoral du parti Russie unie. Crédits photo : kremlin.ru

Poutine et Medvedev lors du congrès préélectoral du parti Russie unie. Crédits photo : kremlin.ru

En Russie, le parti au pouvoir Russie Unie a déjà annoncé la couleur, en proposant ses deux candidats au poste de Président et de Premier ministre aux prochaines élections. Dans le scénario de Russie Unie, Vladimir Poutine devrait redevenir Président de la Fédération de Russie et Dmitri Medvedev devrait occuper le poste de chef du gouvernement.

Si Dmitri Medvedev devient le prochain Premier ministre de Russie, l’élite politique risque de subir de sérieux bouleversements, assurent d’une seule voix les politologues russes et étrangers.

 

Les changements se produiront, en premier lieu, au sein du gouvernement. En août dernier, Dmitri Medvedev lançait une première alerte. « Le gouvernement doit subir une transformation radicale », avait-il déclaré lors de sa visite à Sotchi. Et le 24 août, il confirmait ses intentions, en soulignant que « la modernisation doit passer par le renouvellement complet du gouvernement ».

 

Cependant, il ne faut pas s’attendre à une simple évolution de l’appareil présidentiel. « Dmitri Medvedev a déclaré qu’il souhaite voir un renouvellement du gouvernement. Cela signifie clairement que de nouveaux visages doivent apparaître, et qu’il ne faut pas s’attendre à un simple remaniement ministériel », a expliqué le porte-parole du chef du gouvernement Dmitri Peskov. Il a ajouté qu’il n’était pas en mesure de répondre aux questions concernant la constitution du prochain cabinet des ministres en cas de victoire des candidats du parti Russie Unie, étant donné que « personne ne connaît à l’avance la composition du nouveau gouvernement, et que, comme en 2008, il sera formé lorsque MM. Poutine et Medvedev auront constitué ensemble la liste des ministres qui sera dévoilée au moment de l’inauguration ».

 

Seule certitude pour l’instant, le ministre des Finances Alexeï Koudrine ne fera pas parti du nouveau gouvernement. Dimanche, il a déclaré aux journalistes qu’il ne se « voit pas dans le nouveau gouvernement », et a affirmé que des désaccords sur la politique économique subsistaient entre lui et le président Medvedev. Lundi, lors d’une réunion de la Commission présidentielle sur la modernisation, Medvedev a sommé le ministre des Finances de démissionner.

 

Dans tous les cas, la décision du tandem au pouvoir comportera des conséquences économiques, et ce, indépendamment du remaniement ministériel, assurent les experts. Le retour de Poutine au poste de Président risque d’effrayer les investisseurs, pense Alexandre Trifonov, analyste indépendant. « La politique rigide poutinienne ne va pas contribuer à améliorer le climat des investissements ».

 

De son côté, le rédacteur en chef du journal Bolchoï Business (Business Large) Ilya Gorbounov pense que les principaux partenaires de la Russie se sentiront plus à l’aise avec la « stabilité poutinienne »: « Les investisseurs internationaux ont déjà travaillé avec Vladimir Poutine, que ce soit en tant que président, ou comme Premier ministre. Je suppose que maintenant, il ne reste plus qu’à attendre la concrétisation des prévisions du ministère du Développement économique et du ministère des Finances, et le retour d’un taux de change plus habituel ».

 

En cas de victoire, Vladimir Poutine sera face à un choix : soit il laisse tout tel quel, soit il décide de mener des réformes de grande ampleur. Les changements sont nécessaires et le Premier ministre actuel peut les entreprendre, est persuadé l’ancien ministre russe de l’Economie Evgueni Yassine. Dans le même temps, ces changements « impliqueront des risques politiques et des décisions impopulaires, ce qui peut freiner Poutine ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.