De Paris à Moscou, RAF Crew brise les normes

Crédits photo : Little Shao (www.littleshao.com).

Crédits photo : Little Shao (www.littleshao.com).

La compagnie de danse RAF Crew (France) présente sa première création City’z à Moscou.

Que le hip hop soit une danse de rue, le débat n’est plus d’actualité, et il a, depuis, transformé son format original. Mais qui aurait parié, à l’époque, que le hip hop monterait un jour sur les planches d’un théâtre, et de surcroît sur la scène du mythique Théâtre national de Chaillot. Car c’est justement à Chaillot que le jeune collectif RAF Crew présente City’z pour la première fois en 2009. Les 18 et 19 septembre derniers, le public russe a découvert City’z au Centre Théâtral Meyerhold, à Moscou. Le show a été organisé par le groupe Shaco avec la participation de Daria Zoritch et avec le soutien du Centre Culturel Français à Moscou et l'Ambassade de France.

 

L’histoire est simple : cinq amis font leur chemin à une grande ville. Une machine à voyager dans le temps les arrache du centre-ville animé pour les transporter dans un ghetto désert, les ballotant d’un quartier à l’autre, de gauche à droite, de bas en haut... Au loin, on entend les crissements et le hurlement du vent. C’est la symphonie urbaine, sur laquelle les danseurs se meuvent, explorent et échangent. Parfois, des sons de jazz retentissent, et les jeunes se laissent aller et font les fous.

 

Formée en 2007, la compagnie de danse RAF Crew se composait à l’origine de quatre membres : 6-franc (Francis Quessary), Monsta Madness (Grichka Caruge), Mar20 (Marvin Gofin) et Romss (Romuald Brizolier). En 2009, Ace 974 (Nicolas Médéa) et Skorpion (Brice Larrieu) rejoingnent le groupe. Cette même année, RAF Crew remporte le « World Hip hop Dance Championship 2009 » à Las Vegas. Le nom de la compagnie fait référence à l’expression populaire « Rien à Foutre » ou « Roots and the Feeling! ».

 

La chorégraphie de City’z mélange de nombreux styles, du break et du krump à la danse contemporaine, en passant par le modern jazz et quelques éléments de combats de rue. Les danseurs se cherchent, se provoquent, et finalement, sont en contact permanent. Mais chacun d’entre eux se démarque par son style, son mouvement propre, comme en dehors de tout cadre obligatoire.

 

Durant les 50 minutes de performances sur la scène du Centre théâtral Meyerhold, les membres du RAF Crew, sans même le savoir, ont parlé des banlieues russes, des zones industrielles et du monde souterrain moscovite. Peut-être cette représentation a-t-elle laissé s’échapper leurs propres impressions de Moscou, du froid russe et de l'accueil glacial de la capitale. Ou alors leur voyage est simplement transposable à n’importe quelle grande ville.

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.