Le roi du vin pétillant russe à la conquête de la Champagne

Crédits photo : DR.

Crédits photo : DR.

Le propriétaire de l'entreprise de production de vins pétillants Abrau-Durso, Boris Titov, a déclaré à La Russie d’Aujourd’hui qu’il comptait investir 40 millions d'euros dans le développement de son activité en Champagne. Les investissements viseront le développement de la production de Champagne : création d'une nouvelle marque, ouverture d'un hôtel et de musées axés sur l'œnotourisme, revégétalisation des sols destinés aux vignobles.

M. Titov a commencé son activité en Champagne en 2010, lorsque sa société SVL Group a acquis la maison de Champagne Château d'Avize, détenue par Moët & Chandon.

Comment expliquer l'intérêt de M. Titov pour la Champagne ? Abrau-Durso est tout simplement l'un des rares producteurs russes de vins pétillants recourant à la technologie classique. Fondée par l'empereur Alexandre II en 1870, l'usine située dans la région de Krasnodar (dans sud de la Russie) a fait appel à des experts français afin de créer du vin pétillant haut de gamme. Au XIXe siècle, l'usine fournissait du vin à la cour du tsar. Désormais, Abrau-Durso livre du vin au Kremlin et s'est également tourné vers des professionnels français. « La production d'Abrau-Durso a été relancée par Hervé Jestin, qui avait auparavant dirigé pendant 24 ans l'entreprise voisine en Champagne », raconte M. Titov.

Selon M. Titov, son activité en Champagne est principalement axée sur la clientèle russe. L’activité centrale consistera à moderniser le processus de production : le château que Titov a acheté à Moët & Chandon n'était pas dans le meilleur état. « Pour l'instant, nous achetons le raisin et avons déjà commencé à produire du vin Foliage, qui apparaîtra dans les rayons des magasins russes avant décembre, d’abord en petite quantité, c’est-à-dire quelques milliers de bouteilles », a indiqué le chef d’entreprise.

Avant de lancer la production de vin pétillant russe sur le territoire français, Titov prévoit de régénérer les terrains destinés à la culture du vin. Dans les années 1970, la France a, en effet, décidé de fertiliser ces vignobles à l'aide de déchets ménagers, et désormais on voit dépasser de la terre de nombreux déchets plastiques. Titov indique avoir conclu des contrats avec les agriculteurs locaux : « Nous finançons la revégétalisation des terres, et ils s’engagent à fournir des raisins pendant huit ans ».

Toutefois, les objectifs de Boris Titov vont au-delà de la production de boissons alcoolisées : le Château d'Avize devrait accueillir, au milieu des  vignes, un hôtel de luxe de 40 suites avec de vastes caves à vin. « Pour le moment, nous élaborons le projet d'hôtel avec un architecte italien. Nous sommes en train d'obtenir les autorisations auprès des autorités locales », poursuit M. Titov.

Outre le tourisme VIP, le projet comprend également des offres destinées au grand public : dans le château et ses environs, on créera un centre touristique avec un musée et un programme spa, qui sera basé sur l'utilisation de vins pétillants et de cosmétiques fabriqués à base du précieux breuvage. Le seul programme de ce type en Russie fonctionne avec succès à Abrau-Durso (dans la région de Krasnodar). « Le vin mousseux subit une double fermentation : d'abord le raisin devient du vin, puis le vin est transformé en vin mousseux. Le vin acquiert ainsi deux propriétés importantes : c'est un antioxydant et un remède contre le stress », explique l'entrepreneur. Pour la Champagne, la création d'un tel complexe est une nouveauté : selon M. Titov, il n'existe pour le moment qu'une ligne cosmétique de ce type dans la région.

Selon les experts, la Champagne offre de solides perspectives pour le développement de l' œnotourisme : « Alors qu’autrefois, de nombreux touristes ne faisaient que traverser la Champagne, désormais, la Champagne est devenue une destination à part entière », indique l'expert Alexandre Sidorenko. M. Titov fonde lui-même de grands espoirs dans le tourisme. « La Champagne n'est pas loin de Paris, il y a un aérodrome, de nombreux petits sites touristiques ».  Par exemple, certains lieux en Champagne ont une relation directe avec la Russie: en 1815, à proximité de l'actuel Château d'Avize, un défilé de 150 000 soldats et officiers russes a eu lieu en l'honneur de la victoire sur Napoléon. Non loin, se trouve également une petite église où furent couronnés plusieurs rois français, qui possèdent une Bible en russe. A l'avenir, l'entrepreneur compte investir dans la création de musées dans ces lieux. L'ouverture de l'hôtel et le lancement du programme touristique sont prévus pour 2015.

Cette attention pour l'histoire et l'identité de la région a généré un écho positif auprès des représentants de l'industrie vinicole. M. Titov affirme entretenir une bonne relation avec le chef de la province et le syndicat des producteurs et commerçants de Champagne CIVC. « J’observe le soutien de nos collègues français. Ils connaissent nos objectifs, et savent que nous nous conformerons strictement à toutes les réglementations relatives à la production de vin, et que nous vivrons conformément aux règles de leur communauté », a-t-il indiqué. L'expert en vins français Alexandre Sidorenko estime que « les autorités locales accueillent à bras ouverts les investisseurs étrangers, notamment le propriétaire du plus célèbre vin pétillant russe ». Selon l'expert, les projets de Titov ont un bel avenir commercial, car il existe une clientèle pour son hôtel. L'entrepreneur considère plutôt les investissements en Champagne comme un projet destiné à relever la réputation d'Abrau-Durso. Titov compte faire d'Abrau-Durso une entreprise publique et l'introduire à la bourse russe Micex en décembre prochain.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.