Le travail attendra ?

Crédits photo : Itar-Tass.

Crédits photo : Itar-Tass.

Un quart des Russes arrive régulièrement en retard au travail.

Un quart des Russes arrive régulièrement en retard au travail. C'est ce qu'indique un sondage en ligne mené par le site de recherche d'emploi Joblist.ru. Les retardataires chroniques sont à peu près aussi nombreux que les personnes se permettant d'être en retard quelques fois par an.

L'enquête a montré que 23% des travailleurs ne sont jamais en retard, et que 25% le sont très rarement. Cependant, 26% ont indiqué qu'ils étaient en retard plusieurs fois par semaine.

Chiffres clés :

23% des employés ne sont jamais en retard

15 minutes : pour 29% des sondés, c’est la durée acceptable maximale d'un retard au travail

Les femmes sont moins ponctuelles que les hommes : 34% des répondants de sexe féminin ont admis être constamment en retard. Parmi les hommes, seuls 20% des sondés ont donné cette réponse. Le plus souvent, ce sont les managers d'échelon intermédiaire (47%) et les spécialistes des compagnies non liées au processus de production (43%) qui arrivent en retard au bureau. Les plus ponctuels sont les militaires (63% d'entre eux affirment ne jamais être en retard).

Expliquant les causes de leurs retards, les employés peu ponctuels invoquent principalement la planification erronée de leur temps (40%) et les embouteillages (42%) sur la route. 9% des personnes interrogées admettent qu'elles n'arrivent pas à se réveiller le matin. En outre, 9% indiquent avoir un horaire flexible, leurs retards n'étant donc pas considérés comme tels. Seul un quart des employés se voient infliger une amende en cas de retard. La majorité des répondants (59%) estime que les sanctions de la direction contre les employés retardataires sont justifiées. Beaucoup font toutefois preuve de compréhension envers les arrivées tardives de leur direction et collègues (65% et 72% respectivement).

Il convient de noter que la majorité des répondants (32%) jugent le phénomène anormal. 29% trouvent acceptable un retard de 15 minutes en l'absence de circonstances atténuantes. 7% des sondés qualifient de normal un retard d'environ une heure.

A la question « Qui, selon vous, ne peut en aucun cas être en retard au travail ? », la réponse la plus courante est : « les médecins ». En outre, les Russes estiment que cela concerne également les représentants de professions qui travaillent au contact des gens : les conducteurs de transports en commun, les pompiers et les policiers, ainsi que les enseignants et les professeurs d'université.

L'enquête a été menée par Joblist.ru du 1er au 5 septembre 2011 auprès de 862 visiteurs du site. Une étude similaire a été réalisée par le site Rabota.ru, mais uniquement auprès des Moscovites. Celle-ci attestait que sur les 2 000 participants, 60% faisaient preuve de sérieux et arrivaient au travail à temps. Les 40% restants devaient chercher des excuses pour expliquer leur arrivée tardive.

Ainsi, 14% expliquaient leur retard par les embouteillages. Dans la capitale, c'est sans doute l'excuse la plus efficace. N'importe quel patron-automobiliste réagira avec compassion. En outre, 13% des Moscovites se plaignent de ne pas pouvoir se réveiller à temps, et plus de 6% affirment habiter trop loin de leur lieu de travail et mettre plus de 2 heures avec plusieurs changements pour s'y rendre (aller simple), en précisant que les transports en commun ne fonctionnent pas toujours à merveille.

Dans cette précédente enquêtes, 6% des sondés avaient choisi la réponse « les patrons ne sont pas en retard, ils sont retenus ». Peut-être convient-il donc de rappeler aux dirigeants que leurs subordonnés prennent exemple sur eux et pourraient donc, eux aussi, à l’image du patron, commencer à arriver retard !

1% des répondants ont élaboré leur propre réponse. Parmi ces options, on en trouve de très banales, comme « j'emmène mon enfant à la garderie » et « je n'ai pas le temps de me préparer », mais aussi de beaucoup plus originales (« j'ai pris le petit-déjeuner avec le président ») ou philosophiques (« qui connait la vie ne se presse pas »). Par ailleurs, cette catégorie de sondés mentionne également son incapacité à organiser son emploi du temps.

En 2009, comme l'a montré l'enquête du site Superjob.ru, la principale cause de retard au travail des répondants était un banal « je ne me suis pas réveillé » (15%). 10% avaient cité les embouteillages, et 7% arguaient se sentir mal. 6% alléguaient des « circonstances familiales », des problèmes avec les animaux domestiques, ou un oubli (« je pensais que c'était férié »).

Les problèmes de réveils liés à l'ivresse de la veille n'étaient mentionnés que par 3% des répondants. 2% mentionnaient des excuses un peu moins habituelles, du type « je n'avais rien à me mettre », « j'étais coincé dans l'ascenseur », « c'est à cause du temps », ou encore « j'ai oublié mes clés ». L'étude avait été menée entre le 1er et le 6 décembre 2009 auprès de 400 personnes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.