La Cité bondée

Crédits photo : Itar-Tass.

Crédits photo : Itar-Tass.

A Moscou, il y a, au prorata, deux fois moins de logements qu’en Europe

Malgré le fait que Moscou s’est mise à l’avant-garde des villes du monde en coefficient d'occupation des sols, on ressent quand-même le déficit de logements dans la capitale. Pour l’heure, selon les informations du Département de la politique du logement et du fonds pour le logement de la ville de Moscou, chaque habitant de Moscou occupe en moyenne 18,7 mètres carrés de logements ; pendant qu’à l'étranger la portion de logements disponibles est beaucoup plus élevée. En Europe, elle s’élève de 35 à 45 mètres carrés par habitant, selon le groupe immobilier Mi’el. Par exemple, en Allemagne, chaque habitant occupe en moyenne 60 m2, aux Pays-Bas : 74 m2, en Grande Bretagne : 62 m2et en France : 37m2. Aux États-Unis, en moyenne, chaque habitant dispose de 65 m2, alors qu’en Chine, la moyenne s’élève à 22,7 m2.

Si, à Moscou, la construction continue à la même cadence, et cela sans tenir compte de l'accroissement démographique, il faudrait plus de 15 ans pour atteindre au moins le seuil de 22 m2 par habitant. La capitale pourrait rattraper le niveau paneuropéen dans 75 seulement ans et le niveau américain dans 212 ans. Théoriquement, Moscou a toutes les ressources nécessaires pour construire autant de logements y compris les ressources territoriales. Il s’agit principalement des zones industrielles et des quartiers de vieilles maisons chétives à cinq étages qui datent de l’époque soviétique.

    Chaque habitant occupe en moyenne :

Infographie de Niyaz Karim 

La politique de la nouvelle mairie de Moscou vise à freiner la construction accélérée. À la place, les pouvoirs ont mis l’accent sur la construction de routes et d’autres infrastructures. Cette décision est justifiée : la densité de construction à Moscou est une des plus élevées au monde. Selon les renseignements du centre analytique Gdeetotdom.ru, l’indice de C.O.S. s’élève à 7 000 m2, ce qui est de 1,5 à 2 fois plus élevé qu’en Europe.

Sans exagérer, la ville de Moscou est surpeuplée : sur 1 km2 vivent 10,5 mille personnes. Selon ce critère, la ville occupe la 21e place dans le monde. À titre de comparaison : la densité de population à Londres, une ville des plus surpeuplées d’Europe est de 5,1 mille personnes par km2, à Rome – 2,2 mille personnes par km2, à Tokyo – 4,75 mille personnes et à New-York – 2,05 mille personnes. La seule ville européenne qui dépasse en ce sens Moscou est Paris avec ses 20,1 mille personnes par kilomètre carré. Plusieurs villes asiatiques, aussi, sont bien bondées : par exemple, à Pékin il y a 11,2 mille habitants par km2 et à Bombai et Calcutta, aux Indes, la densité est respectivement de 28,5 et 23,9 mille habitants par km2.

Sans doute, y aura-t-il plus de place après l’annexion à Moscou de nouveaux territoires (voir l’article de La Russie d’Aujourd’hui). À l’heure actuelle, la ville dispose de 109 000 hectares de terres, bientôt elle en obtiendra 144 000 de plus. Or, pour préparer de nouveaux quartiers à la construction, cela prendra au moins cinq ans, selon les estimations de la mairie, alors que 15 années supplémentaires passeront à l’aménagement partiel de ces quartiers. Par ailleurs, comme le souligne un des « développeurs » de la capitale, l’activité d’affaires restera de toute façon concentrée dans les limites de « la vieille Moscou ». Pour cette raison, la densité de population va décroitre de façon insignifiante. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.