Un oligarque dans la course au pouvoir politique

Credits photo : AFP/EAST NEWS

Credits photo : AFP/EAST NEWS

Le milliardaire Mikhaïl Prokhorov vient de prendre la direction du parti libéral Juste cause, avec pour objectif d’en faire le second parti au pouvoir et de briguer éventuellement le poste de Premier ministre.
Le richissime homme d’affaires de 46 ans veut faire de Juste cause la seconde base de soutien du Kremlin, derrière Russie unie, le parti au pouvoir. « Oublions le mot « opposition ». C’est un terme lié aux partis marginaux qui ont perdu tout contact avec la réalité depuis longtemps », a dit Mikha ï l Prokhorov aux 114 délégués du parti. « Il doit y avoir deux partis au pouvoir, au lieu d’un seul comme maintenant » , a-t-il précisé. Si l’objectif est de « rassembler nos forces », Russie unie « nous a lancé un défi, et nous devons le relever » . L’oligarque a présenté une plate­forme suffisamment pondérée pour satisfaire à la fois le Kremlin et les électeurs libéraux.

Prokhorov est le troisième homme le plus riche de Russie, avec une fortune personnelle de 12 milliards d’euros, selon ­ Forbes Magazine , et des actifs dans l’électricité, le métal, la haute technologie ; c’est aussi le propriétaire de l’équipe de basket New Jersey Jets. Il assure l'investissement essentiel de Juste cause, avec près de cent millions de dollars versés au parti.

« C’est Dieu, le tsar et le commandant militaire, le tout en une seule personne » , affirme Boris Nadejdine, un des hauts responsables de Juste cause. Prokhorov a d’ailleurs indiqué qu’il n’excluait pas la possibilité de devenir Premier ministre si son parti était représenté au Parlement. Il appelle à un accroissement des pouvoirs des régions et des districts fédéraux ; à l’élection directe des maires, grands juges, procureurs et chefs de police ; à la restauration des mandats uniques à la Douma. Et d’expliquer que « notre pays s’appelle la Fédération de Russie, mais à en juger par le leadership, c’est un empire où seul l’exécutif fonctionne. L’objectif est d’attirer les entreprises étrangères victimes de la crise chez elles à venir chercher des occasions d’investissement en Russie ».

Il serait prématuré de voir dans Juste cause la future base politique de Medvedev, estime l’analyste politique Andrei Mnoukhin. « La base électorale d’un tel parti ne dépasse pas les 3% ». Prokhorov, lui, s'est fixé pour objectif de recueillir 7 à 15% des suffrages.
Article publié dans The Moscow Times

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.