Ikea rêve d'ouvrir une banque en Russie

Crédits photo : Itar-Tass

Crédits photo : Itar-Tass

Le géant suédois de la vente de détail espère que son logo bleu et jaune apparaîtra bientôt dans le portefeuille des clients russes.

 

Le quotidien russe Kommersant a rapporté qu’Ikea comptait monter sa propre banque en partenariat avec Ikano Finance, une société issue du groupe ayant fait scission avec le détaillant en 1988, mais toujours contrôlée par le propriétaire d’Ikea Ingvar Kamprad et sa famille.

Pourtant, alors que les détaillants du monde entier lancent leurs propres opérations de crédit, seules les banques agréées peuvent offrir de tels services en Russie. Et après tout le temps et les efforts nécessaires pour obtenir une licence bancaire, il serait insensé d'arrêter d'offrir des prêts à vos propres clients.

Henrik Jensen, Directeur Général d’Ikano Finance Russie, affirme que la décision finale n'a pas encore été prise: « Ikano a envisagé différentes possibilités, y compris la création d'une banque locale, mais jusqu'ici, nous n'avons pas demandé l'enregistrement de la banque ».

D'autres détaillants se sont cependant lancés, rejoignant une tendance initiée par une gamme de constructeurs automobiles internationaux, dont GM, Volkswagen et Toyota. Le Français Auchan a prévu d'importer sa Banque Accord dans un avenir proche, tandis que le détaillant de produits électroniques Sviaznoï a fait équipe avec Promtorgbank pour lancer Sviaznoï Bank l'année dernière. La société a déclaré qu'elle espérait faire de Sviaznoï Bank une des principales institutions financières du pays. Il a déjà délivré 500 000 cartes de crédit avec un programme de fidélité intégré en prime.

A la conquête des consommateurs sous-endettés

Le gros lot, au terme de toutes ces métamorphoses, c’est le potentiel énorme du consommateur russe sous endetté. Le crédit à la consommation – en particulier sur le point de vente et par carte de crédit – est à nouveau en pleine expansion alors que les consommateurs reprennent confiance et décident d’améliorer leurs maisons et voitures. Mais la croissance des revenus et des salaires reste molle, ce qui signifie que la hausse des ventes au détail est de plus en plus entraînée par les prêts à la consommation.

« Les ventes au détail ont augmenté de 5,5% en glissement annuel en mai, soit presque le même résultat qu’en avril (+ 5,6%), en dépit du recul continu du revenu disponible (en baisse de 7,7% sur un an en mai) et d'une croissance des salaires réels en demi-teinte (+ 2,6% sur un an) », a déclaré Alexandra Evtifieva, économiste chez VTB Capital. « La robuste croissance de la consommation est soutenue par l'accélération des prêts aux particuliers (+ 22,8% sur un an en mai) et un renforcement du marché du travail ».

Le prêt dans les points de vente est un créneau qui offre des possibilités sérieuses pour les détaillants et les banques traditionnelles, les prêts d'un montant réduit et non garantis offrant un rendement élevé. Même la banque de détail Sberbank, qui domine largement le marché russe, cherche désormais à obtenir une prise sur les clients dont les aspirations culminent sur le point de vente ; Sberbank a convenu de lancer une coentreprise avec la filiale de BNP Paribas, Cetelem, actuellement au septième rang dans le pays pour les prêts en points de vente. Le 22 juin, Sberbank a relevé de 25% pour cette année la prévision de croissance globale de son portefeuille de crédit aux particuliers.

« Ce sont à notre avis de bonnes nouvelles pour Sberbank, car Cetelem est un partenaire solide qui apportera un savoir-faire important, une technologie et des systèmes de gestion du risque afin de développer le secteur prêt à la consommation de Sberbank », a déclaré Simon Nellis, analyste bancaire de Citi Group. « [Cela] permettra à Sberbank de capitaliser sur la forte croissance attendue des prêts en point de vente en Russie ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.