Palpitant séjour caucasien

Makhatchkala, place Lénine. Crédits photo : Lori/Legion Media

Makhatchkala, place Lénine. Crédits photo : Lori/Legion Media

Jean-Pierre ne se lasse pas de découvrir les pro­vinces reculées de sa terre d’adoption. Inspiré par l’entente signée entre la 
Fran­ce et la Russie lors du sommet du G8, notre ami expatrié a décidé de visiter la région du Nord-Caucase. C’est vrai qu’on dit beaucoup de choses peu flatteuses sur ces montagnes parcourues de rebelles islamistes armés jusqu’aux dents. Mais si le président français va aider son ami et homologue russe à y développer des stations de ski, c’est que le coin doit valoir le détour !

Jean-Pierre s’embarque à bord d’un Tupolev de Daguestan Avia et s’étonne de subir un interrogatoire serré pour un vol intérieur. À l’arrivée, il est sommé de justifier sa présence par des militaires armés et balbutie piteusement qu’il voulait simplement visiter le site de la future station de sports d’hiver de Matlas... Après six heures de 
garde-à-vue dans un local sans 
fenêtre, le voilà libéré. Tremblotant, il erre dans les rues à la recherche d’un hôtel, mais la bonne ville de Makhatchkala ne semble pas sourire aux touristes - d’ailleurs assez peu nombreux, voire invisibles en fait ! C’est éventuellement un avantage : il reste des chambres à l’hôtel Kavkaz qui est... désert. À peine arrivé dans sa chambre, il entend frapper à sa porte. Trois gaillards en civil exigent son passeport, l’interrogent sans complaisance et refusent l’argumentaire touristique de notre ami. Le Daguestan est une zone d’opération antiterroriste, assurent-ils. Ils n’ont visiblement jamais entendu parler de ski, mais l’attentat qui a eu lieu hier à l’hôtel Kavkaz les intéresse beaucoup : c’était donc ça, les traces noires sur la façade du bâtiment. Après huit heures de garde-à-vue dans un local sans fenêtre, le pauvre bougre monte en voiture, direction l’aéroport. Le billet d’avion acheté – à ses frais –, il est embarqué manu militari sur le vol pour Moscou. Du hublot, il admire les paysages montagneux, d’une beauté à couper le souffle. Il ne peut s’empêcher de penser que les autorités russes devraient améliorer les infrastructures d’accueil ! Pour que les visiteurs profitent pleinement du réel potentiel touristique de la région...

François Perreault est expatrié à Moscou depuis cinq ans.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.