Région de Tcherdyne : l'ombre des Romanov

Crédits photo : William Brumfield

Crédits photo : William Brumfield

L'histoire russe n'a pas épargné cette région située dans le nord du territoire de Perm.

L'agonie de la dynastie des Romanov est généralement associée à Ekaterinbourg et à la maison Ipatiev, où Nicolas II et sa famille furent assassinés en juillet 1918. Pourtant, la dynastie a longtemps été liée à un autre sacrifice, qui a également eut lieu dans l'Oural : l'exil du boyard Mikhaïl Nikitch Romanov en 1601 à Nyrob, décidé par Boris Godounov. Cette contrée reculée a été fondée en  1578 dans la partie nord du district de Perm. C'est ici que Mikhaïl Romanov fut maintenu dans une fosse souterraine, où il mourut l'année suivante tué par la dureté du traitement prescrit par Godounov, qui voyait la famille Romanov comme des rivaux potentiels pour le trône de Russie.


Toutefois, les jours de Godounov lui-même étaient comptés. Après sa mort en 1605, la Russie fut plongée dans une crise dynastique dévastatrice connue sous le nom de « Temps des Troubles ». Même si ses conséquences durèrent pendant des décennies, la crise prit officiellement fin en 1613 avec l'intronisation de Mikhaïl Fiodorovitch Romanov, le neveu de Mikhaïl Nikititch.


Les Romanov ont presque immédiatement doté Nyrob et la mort douloureuse de Mikhaïl Nikititch d'une dimension sacrée dans leur ascension au pouvoir dynastique. Bien qu'un certain nombre de sites de Nyrob commémorant Mikhaïl Nikititch aient été détruits pendant l'ère soviétique, l'église Saint Nicolas (1705) reste l'un des temples de Russie possédant les décors les plus flamboyants.


Nyrob n'est qu'un exemple de site historique méconnu du pittoresque district de Tcherdyne, sur le territoire de Perm, une des plus vastes régions administratives de Russie. Tcherdyne lui-même fut peut-être peuplé dès le IXe siècle, et les Russes, notamment des missionnaires orthodoxes, s'y implantèrent au XIVe siècle. La région de Tcherdyne ne passa sous le contrôle de Moscou qu'en 1470, et la région continua à être soumise à des raids de la horde Nogaï jusqu'à la conquête de Kazan par Ivan le Terrible en 1552.


Au cours du XVIe siècle, Tcherdyne a été une porte d'entrée pour les colons russes traversant les montagnes de l'Oural vers l'est. Situé sur la rive droite de la rivière Kolva près de son confluent avec la Vichera, Tcherdyne contrôlait la rivière dans plusieurs directions : en direction du nord, via la rivière Kolva, vers le bassin de la Petchora ; vers le sud, en passant par le majestueux fleuve Kama, jusqu'à la Volga et Moscou ; et vers l'est, via la Vichera, jusqu'au bassin de la rivière Ob et à la Sibérie.


Au tournant du XVIIe siècle, un itinéraire sibérien plus direct par Solikamsk mit à mal la position stratégique de Tcherdyne. Néanmoins, la zone a conservé une importance commerciale régionale, comme en témoignent ses églises et de grandes maisons de marchands. Le monument le plus ancien est l'Eglise de Saint-Jean le Divin, reconstruite au début du XVIIIe siècle, avec une splendide iconostase miraculeusement préservée.


En 1913, les célébrations du tricentenaire des Romanov ont généré un flot de largesses de l'État dans la région, qui aboutirent à la construction de nouveaux bâtiments tels qu'un hôpital régional. Le poète Ossip Mandelstam et sa femme Nadejda ont vécu plusieurs semaines d'exil à Tcherdyne en 1934. Ce triste épisode et la tentative de suicide du poète sont signalés par une plaque commémorative.


Autour de Tcherdyne se trouvent de petites villes et des villages dont les noms sont riches en consonnes: Vilgort, Kamgort, Pokcha, et Pianteg sur la rivière Kama, avec son église archaïque de l'Epiphanie, peut-être la plus ancienne structure en bois de l'Oural, construite, d'après certaines sources, à la fin du XVIe siècle. Chacun de ces lieux a ses propres monuments, souvent dans un état ​ ​de délabrement avancé, mais néanmoins pittoresques. Au sud se trouve Solikamsk (littéralement, « sel sur la Kama »), dont l'ensemble de belles églises peut être visualisé ici. De Solikamsk à Tcherdyne et Nyrob, les villes historiques de la région du nord de Perm forment un itinéraire de rêve pour le voyageur intrépide.


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.