Khodorkovski reconnu « coupable » par la justice russe

Mikhaïl Khodorkovski. Crédits photo : RG

Mikhaïl Khodorkovski. Crédits photo : RG

L'ex-PDG du pétrolier Ioukos Mikhaïl Khodorkovski et son associé Platon Lebedev ont été reconnus « coupables »

L'ex-PDG du pétrolier Ioukos Mikhaïl Khodorkovski et son associé Platon Lebedev ont été reconnus » coupables « lundi par un tribunal moscovite dans le cadre leur deuxième procès pour le vol de millions de tonnes de pétrole, une affaire qui n'a de cesse de diviser la Russie et l'Occident.


La défense de M. Khodorkovski a annoncé qu'elle ferait appel de ce verdict. Une vingtaine de personnes ont été interpellées en marge du tribunal pour participation à un meeting non sanctionné.


" Coupables »


" La justice a établi que MM. Khodorkovski et Lebedev ont détourné les biens d'autrui en recourant à l'abus de pouvoir ", a déclaré le juge Viktor Danilkine, donnant lecture du verdict.

 


" MM.Khodorkovski et Lebedev ainsi que les autres membres de leur groupe organisé géraient les moyens volés selon leur propre gré, les utilisant en majeure partie à des fins d'enrichissement personnel, le reste étant investi dans les entreprises existantes d'extraction et de raffinage de pétrole, afin de pouvoir maintenir la production et de continuer de s'enrichir ", a poursuivi le juge.

 


" Dans le but de dissimuler au fisc et aux autres organismes de contrôle le caractère fictif de ces sociétés, le plan de détournement développé par les deux accusés (…) prévoyait un renouvellement permanent des schémas artificiels de vente de pétrole par le biais de la substitution régulière des sociétés fictives les unes aux autres ".

 


M. Khodorkovski, incarcéré depuis 2003, et Platon Lebedev, chef de la banque Menatep, sont jugés depuis mars 2009 pour le vol de 218 millions de tonnes de pétrole dans le cadre d'un deuxième procès.

 


L'ancien patron de Ioukos achève une peine de huit ans de prison pour fraudes et évasion fiscale et devait théoriquement sortir au cours de l'année 2011.

 


Soutien occidental

 

 

L'affaire qui met en cause l'ex-patron du pétrolier russe a été dénoncée par les libéraux russes et à l'étranger comme orchestrée en sous main par les autorités russes.

 


Peu avant le procès, un groupe de personnalités occidentales s'étaient adressées au président Dmitri Medvedev, un ancien juriste partisan de la modernisation de la Russie.

 

 

" En tant que partisans convaincus de la modernisation de la Russie, nous ne pouvons observer, les bras croisés, les violations criantes de la loi et des valeurs humaines ", lit-on dans la lettre ouverte adressée au chef de l'Etat russe.

 


Le document a notamment été signé par les ex-ministres britannique et français des Affaires étrangères David Miliband et Bernard Kouchner, ainsi que par le commissaire du gouvernement allemand pour les droits de l'homme Markus Löning.

 


 

Tensions au sein du tandem dirigeant ?


 

Commentant récemment l'affaire à la télévision russe, le président Dmitri Medvedev avait déclaré que le président et les autres fonctionnaires russes n'avaient pas le droit de formuler leur opinion avant l'énoncé du verdict.

 


 

Des déclarations en porte-à-faux avec les déclarations du premier ministre Vladimir Poutine au cours de sa séance annuelle de questions-réponse avec la population. " Un voleur doit aller en prison ", avait déclaré M. Poutine, citant un célèbre film de l'époque soviétique.

 

 

 

" Seul l'acquittement serait un jugement qu'on pourrait considérer non seulement comme juste, mais aussi comme pragmatique et rationnel dans tous les sens ", a récemment déclaré Igor Iourguens, directeur de l'Institut du développement contemporain dont le Conseil de surveillance est présidé par M. Medvedev. Selon M. Iourguens, l'affaire serait une source de tensions au sein du tandem dirigeant.

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.