La pépinière normande de films russes (+Multimédia)

Crédits photo : Fedor Klimkine

Cette année, le Grand Prix du 18ème Festival du cinéma russe, qui s’est clos le week-end dernier, a été décerné au film d’Alexeï Outchitel intitulé La Lisière, l'histoire d’un cheminot (avec Vladimir Machkov dans le rôle principal) qui se retrouve au retour de la guerre dans un lointain village de Sibérie où il reconstruit sa vie. Le jury a été particulièrement sensible à l’intégrité et à l’unité de l’œuvre. « C’est presque un chef-d’œuvre, c’est de l’art, c'est un monde entier qui nous a été présenté par un virtuose de la caméra » a déclaré Patrick de Carolis, le président du jury, à La Russie d’Aujourd’hui.

C’est déjà le deuxième Grand Prix de Honfleur attribué à Alexeï Outchitel qui avait obtenu sa première distinction en 1995 pour son film La Folie de Gisèle. Ce prix, le plus important du festival, a d'ailleurs été doublé du prix des spectateurs. Selon Patrick de Carolis, c’est un événement extrêmement rare : « Il n’arrive pas souvent que le Prix des spectateurs coïncide avec le Grand Prix ; d’habitude, la vision du jury professionnel diffère de celle du public, mais cette fois-ci le choix a été identique. »

Le prix du meilleur scénario et celui de la meilleure mise-en-scène ont été attribués à l’unanimité à Youri Feting pour son film Bibinur, avec une mention spéciale « pour le contenu poétique, émotionnel et humaniste ». Dans ce film, Bibinur, le personnage principal, rêve de sa mort prochaine et consacre dès lors les jours qui lui restent à éviter la vente de la terre de ses aïeux, où elle a vécu toute sa vie, à des hommes d’affaires douteux.

Après avoir reçu son prix (une statuette représentant un phare réalisée par un sculpteur local), Feting, qui était présent pour la première fois au Festival d’Honfleur, a longtemps et chaleureusement parlé de la France, un pays où, selon lui, on aime le cinéma, en particulier le cinéma russe, et où l'on fait beaucoup d’efforts pour préserver le cinéma en tant qu’art et non pas seulement en tant qu'industrie. « Je suis toujours heureux d’apprendre que l’on regarde des films russes dans d’autres pays, que l’on connaît nos problèmes et qu'on y compatit. Lors de ce Festival, nous avons pu regarder nos spectateurs dans les yeux : la réaction du public français lors de la projection du film était non seulement similaire à celle des spectateurs russes, mais encore plus vive. »

Le prix du meilleur acteur a été décerné à Youri Stoyanov pour son rôle d’amant dans le film de Dimitri Meskhiyev intitulé L’homme à la fenêtre. Le jury a ainsi récompensé le jeu formidable de Stoyanov qui, en raison du scénario, a dû de facto changer de rôles tout au long du film et passer ainsi de celui d'acteur de théâtre sans succès à celui de policier, de redoutable général-lieutenant ou de bureaucrate tout puissant. Le prix du meilleur rôle féminin a quant à lui été décerné à Alissa Freindlikh pour son rôle dans Une chambre et demie d’Andreï Khrzhanovsky, film dans lequel elle incarne la mère de Joseph Brodsky. Cette décision a été rendue à l'unanimité par le jury.

Le prix du meilleur premier film a été attribué aux jeunes metteurs en scènes Alexandre Smirnov et Alena Semenova qui ont tourné ensemble La valse du sorbier, l'histoire de jeunes gens, en général des jeunes filles de 17 à 20 ans, qui déminaient les champs, souvent au prix de leurs vies, au cours de la Seconde guerre mondiale.

Outre les huit films en compétition, les spectateurs ont pu voir une trentaine d'œuvres, non seulement des films de fiction mais aussi des films documentaires et des films d’animation. Une rétrospective spéciale dans le cadre du Festival a été consacrée au thème de la Deuxième guerre mondiale.

Le Festival à Honfleur est organisé dans le but de faire mieux connaître le cinéma russe au public français.

Les organisateurs espèrent que les films primés attireront les distributeurs et qu'ils pourront ainsi être projetés dans les salles françaises.

Cet espoir n'est pas sans fondement. L'an dernier, le nombre de films russes projetés en France a brusquement augmenté. Souhaitons que ceci ne soit pas uniquement lié à l’Année France-Russie et qu'il s'agisse d’une tendance de fond, que l’avenir confirmera.

Découvrez Festival du cinéma russe à Honfleur sur Culturebox !



Articles sur ce sujet :

Le cinéma russe débarque (+Diaporama)

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.