L’Oréal prend des couleurs russes

Crédits photo : RIA Novosti

Crédits photo : RIA Novosti

Après plus de 20 ans de présence sur le marché russe, l’Oréal s’est finalement décidé à localiser une partie de sa production. L’investissement annoncé reste modeste avec 26 millions d’euros. Une somme comprenant l’achat du terrain et la construction de l’usine mais pas les équipements de production. La taille de l’usine en impose avec sa forme de vaste carré d’un blanc virginal barré d’une ligne bleu azur.

Si l’investissement semble modeste, c’est parce qu’une seule chaîne de fabrication opère actuellement. Le groupe pense monter en puissance parallèlement à la reprise de la consommation. Selon une source au sein de l’administration régionale, L’Oréal va investir au total 45 millions d’euros dans la nouvelle usine. Le groupe prévoit d’achever l’installation des équipements de production en juin 2011. 60 personnes sont actuellement employées et leur nombre atteindra jusqu’à 300 personnes à terme.

La nouvelle usine produira des shampoings, des après-shampoings et des colorations pour cheveux pour les marques L’Oréal Paris et Garnier. Sa production initiale s’élèvera à 120 millions d’unités par an et «ce chiffre pourra être multiplié par deux, voire plus, en fonction de l’évolution de la demande», annonce un communiqué de L'Oréal. Ce même communiqué établit un plafond à 300 millions d’unités par an.

« Pour l’Oréal, la Russie est le 8ème marché mondial en terme de ventes et l’un de ceux qui se développent le plus vite », a déclaré le patron de L’Oréal en Russie Pekka Khouttounen lors de l’inauguration.

La production de l’usine sera écoulée non seulement sur le marché russe, mais aussi chez les pays voisins de l’ex-URSS et en particulier l’Ukraine. L’Oréal cherche à réduire ses coûts de production et à profiter au mieux d’un marché de 143 millions d’habitants représentant entre 3 et 4% de ses ventes globales et toujours très friand de teintures pour cheveux.

L’Oréal Russie, qui a réalisé 563 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2009, a enregistré une croissance des ventes de 17,6% au premier semestre 2010.

L’usine se situe à Vorsino, 85km au sud de Moscou, dans la région de Kalouga, qui fait un malheur parmi les investisseurs étrangers. Un cluster automobile accueille déjà des usines d’assemblage de PSA-Mitsubishi, Volkswagen et Volvo. Un autre cluster pharmaceutique est en formation, également avec l’objectif d’attirer des étrangers intéressés par la proximité avec Moscou.

Les deux principaux concurrents de L’Oréal en Russie sont Procter&Gamble et le russe Kalina, qui a vu ses ventes exploser de 20% durant la crise alors que les ventes des groupes étrangers stagnaient à cause de la dévaluation du rouble. Un autre concurrent sérieux, le suédois Oriflame, a posé la 1ère pierre de son usine le 7 septembre dernier, pour un investissement estimé entre 125 et 175 millions d’euros.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.