Mystérieux retour vers la chambre obscure (+Diaporama)

En utilisant un procédé proche des inventeurs de la photographie, Lioudmila Zintchenko arrive à un résultat surprenant, mettant en parallèle les plus beaux lieux des capitales russe et française. Ces images ont été obtenues à l’aide de la caméra obscure, ancêtre de l’appareil photo, qui dispose d’un petit trou à la place de l’objectif. Sur le support, les couleurs ont quelque chose de pâle et étouffé, avec un léger effet de brume floue. Elles exhalent une dimension mystérieuse et métaphysique, tout en reflétant fidèlement l’atmosphère claire et paisible des deux métropoles.


 « Il ne s’agit pas d’une comparaison directe entre les deux capitales. C’est mon regard qui capte soudain une ambiance réunissant des paysages à première vue incompatibles », explique Lioudmila. « Dans un couple émotionnel inattendu peuvent se réunir, par exemple, le Jardin des Tuileries à Paris et Lobnoïe Mesto à Moscou, ou encore le Musée d’Orsay et la Place Rouge ».
Tout le superflu, l’instantané, tout ce qui se meut rapidement, s’évapore en un seul temps de pose long, sur un vieil appareil photo en bois. Des paysages urbains, se cristallise alors l’essentiel. En fait, l’artiste ne peut ni prévoir, ni contrôler le résultat de ses travaux. Le bon cadre est recherché de façon intuitive, en choisissant avec soin le juste équilibre entre ombre et lumière.

L’exposition se déroule du 13 au 23 septembre, au Centre de Russie pour la science et la culture à Paris, et est présentée en coopération avec le supplément La Russie d’Aujourd’hui et le Brand Extention Bureau (Moscou).

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.