A la recherche d’une mascotte (+Diaporama)

Le 1er septembre, le comité d’organisation Sotchi-2014 a invité toute la Russie à participer au concours qui déterminera quelle sera la mascotte des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver qui se tiendront à Sotchi. Dans la déclaration du comité, on peut lire que pour la première fois dans l’histoire du Mouvement olympique, tous les habitants du pays hôte pourront soumettre, durant trois mois, leurs propositions, en les envoyant par Internet sur le portail du concours : talisman.sochi2014.ru, ou bien par la poste.

Diaporama : quelques propositions de mascotte déjà présentées par les participants au concours


La mascotte peut être dessinée en couleurs ou en noir et blanc, selon n’importe quelle technique, y compris par ordinateur. Les participants doivent obligatoirement remettre leur création ainsi qu’un questionnaire dûment rempli au comité d’organisation Sotchi-2014 entre le 1er septembre et le 5 décembre 2010.

Un conseil d’experts, composé de réalisateurs de films d’animation, de peintres, de représentants du monde de la culture, de spécialistes du marketing et de sportifs choisira les finalistes entre le 6 et le 15 décembre. Le nom du vainqueur sera annoncé le 7 février 2011, après le vote de tous les Russes par sms ou par téléphone. Le gagnant du concours se verra remettre deux billets pour la cérémonie d’ouverture des XXIIèmes Jeux olympiques d’hiver ou XIémes Jeux paralympiques d’hiver à Sotchi.

Un fonctionnaire du gouvernement a rapporté au journal Vedomosti que les administrateurs de la préparation des jeux appréciaient particulièrement l’idée d’un léopard comme mascotte. On tente actuellement d’acclimater quelques spécimens de ces animaux rares dans des réserves du Caucase : deux femelles importées cette année d’Iran en échange de deux tigres de l’Amour, et deux mâles venus du Turkménistan un an plus tôt. Les léopards patientent pour l’heure dans un centre spécial : les scientifiques attendent que ces grâces vivantes soient prêtes à survivre en milieu sauvage.

La première mascotte des JO, même si cela n’avait alors rien d’officiel, a fait son apparition en 1968, aux Jeux olympiques d’hiver de Grenoble, sous la forme d’un skieur alpin. Puis, la première mascotte officielle fut Waldi le chien, pour les JO d’été de Munich en 1972. La tradition est depuis entrée dans les mœurs et les JO doivent désormais absolument afficher chacun leur mascotte (alors qu’il n’y en avait pas, par exemple, lors des Jeux d’hiver de Sapporo en 1972).

Diaporama : les mascottes des JO passées


Concernant la future mascotte de Sotchi, il semblerait que les organisateurs aient décidé de renouveler l’expérience soviétique d’il y a 35 ans. Le choix de la mascotte des Jeux de Moscou de 1980 avait été décidé quatre ans à l’avance, comme c’est le cas aujourd’hui. En 1976, ce sont de singulières figures qui avaient tenu lieu de finalistes : le Petit cheval bossu, Petrouchka, les poupées russes, héros de contes populaires, rivalisaient avec Tchebourachka, héros de films d’animation. Tous avaient été rapidement rejetés et le comité d’organisation avait en fin de compte décidé de s’en remettre à la population.

Début 1977, Vassili Peskov, le célèbre animateur de l’émission télévisée Dans le monde des animaux s’était adressé aux téléspectateurs, leur demandant de choisir la mascotte des Jeux. Le journal Sovetskiï sport avait fait la même demande à ses lecteurs. 45.000 esquisses avaient été envoyées au total, proposant en majorité l’ours comme mascotte pour les prochains JO. Cependant, le jury, au bout de plusieurs mois, n’avait toujours pas réussi à se décider pour une proposition concrète.

A l’été 1977, il propose finalement à Viktor Tchijikov, fameux illustrateur de livres pour enfants, de participer au concours. Avec trois de ses amis peintres, il propose plusieurs centaines d’esquisses au crayon au comité d’organisation. Le comité sélectionne l’une d’elles et demande à M. Tchijikov de réaliser pour avril 1977 le dessin en couleurs de l’ours élu pour la cause, qui ne porte pas encore à ce moment-là la ceinture olympique. L’idée de la ceinture ne vient que plus tard au peintre, en août. Il se rend alors au comité d’organisation et dessine, sur l’original même de la mascotte, la ceinture. Une exposition à huis clos a lieu ensuite à Moscou où sont présentés 60 dessins différents de la future mascotte des JO de 1980. L’artiste racontera plus tard que Lord Killanin, président du Comité olympique international (CIO), qui visitait l’exposition, s’arrêta devant sa création et s’écria « Le voilà ! Il est parfait, tout simplement formidable ! ». Le 23 septembre de la même année, le comité d’organisation appelle le peintre pour lui annoncer que son dessin a été choisi. L’ours sera déclaré officiellement symbole des Jeux Olympiques le 19 décembre 1977.

A noter que le CIO ne réglemente pas la procédure du choix de la mascotte, laissant cette décision au pays organisateur. La mascotte peut-être une personne, un animal, un personnage de conte ; elle doit représenter la culture du pays et symboliser la valeur du Mouvement olympique contemporain à la fois. Il existe encore tout de même certaines procédures administratives précises. La mascotte choisie doit notamment recevoir la validation finale du CIO.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.