La liberté artistique en jeu

Andreï Erofeïev et Youri Samodourov.Crédits photo : RIA Novosti

Andreï Erofeïev et Youri Samodourov.Crédits photo : RIA Novosti

Le commissaire d’exposition le plus respecté du milieu de l’art contemporain, Andreï Erofeïev, et l’ancien directeur du musée Andreï Sakharov, Youri Samodourov, l’ont appris à leurs dépens. À l’issue d’un long procès aux accents surréalistes qui s’est achevé la semaine dernière, les deux hommes ont été reconnus coupables d’incitation à la haine.

Parmi les œuvres incriminées figuraient entre autres un Mickey déguisé en Jésus et une icône de la Vierge recouverte de caviar. Ces œuvres faisaient partie de l’exposition « Art interdit-2006 », conçue par Erofeïev et Samodourov pour dénoncer la censure exercée sur l’art.

Le procureur avait requis trois ans d’emprisonnement. Les accusés ont finalement écopé d’une amende de 9 000 euros au total. Certains pensent que le Kremlin est intervenu en leur faveur, pour leur épargner l’incarcération.

À la veille du verdict, les deux conservateurs ont fait l’objet d’un déluge de témoignages de sympathie. Un groupe d’artistes russes, dont des avant-gardistes de renom tels que Ilya et Emilia Kabakov, Erik Boulatov et Vladimir Yankilevski, ont adressé une lettre ouverte au Président Dmitri Medvedev afin qu’il intervienne pour « mettre un terme aux persécutions ». « Un verdict de culpabilité serait une sentence à l’encontre de l’ensemble de l’art moderne russe, et un pas supplémentaire vers l’instauration d’une censure ouverte ou masquée », ont-ils écrit.

L’exposition « Art interdit-2006 » présentait une vingtaine d’œuvres, dont des parodies d’images religieuses, cachées par des panneaux. Les visiteurs étaient contraints de monter sur un escabeau et de regarder à travers un judas : tout un symbole soulignant la difficulté actuelle d’exposer des œuvres défiant la morale dominante. Des militants religieux et un groupe ultra nationaliste contre-attaquèrent aussitôt en portant plainte.

Andreï Erofeïev compte parmi une poignée de conservateurs russes de grand talent et de renommée internationale. Il a su attirer l’attention de directeurs de musées et de collectionneurs internationaux sur des artistes comme le collectif « Blue Noses », adepte de la farce provocante parodiant Pouchkine, Poutine ou le Christ. Mais la position très ouverte de ce commissaire d’exposition lui a valu des ennemis dans les milieux officiels. Il a déjà été limogé de son poste de conservateur à la prestigieuse galerie Tretiakov.

Avant le verdict, le collectionneur américain d’art contemporain russe Mark Kelner, avait prévenu : « Il faut être naïf pour considérer la politique et l’art comme deux choses séparées en Russie. Si Erofeïev et Samodourov sont reconnus coupables, une épée de Damoclès sera suspendue au-dessus de quiconque s’avise de susciter la moindre controverse ».



L’« Icône-caviar » est le projet d’Alexander Kosolapov qui a été présenté au Salon de l’Art Interdit (Forbidden Art show) en 2006. Dans un entretien donné à la fermeture du Salon, Kosolapov a dit qu’il avait crée l’icône remplie de caviar d’esturgeon pour faire le point sur la manière dont la Russie est perçue, et non pour blasphémer, mais qu’il a été mal interprété.

L’artiste a quitté l’Union Soviétique dans les années 1970 pour s’installer à Greenwich Village, à New York. Pionnier du mouvement de l’art politique russe des années 1970 (Sots Art), il a beaucoup mélangé les symboles et joué avec le réalisme socialiste pour créer un nouvel esprit. Pourtant, ses thèmes ont changé lorsqu’il a déménagé à New York : son œuvre « McLenin’s » représente Lénine avec les arcs du M de McDonald’s sortant de sa tête; « This is My Blood » (Ceci est mon sang, ndlr) juxtapose Jésus Christ et Coca-Cola.

Même Coca Cola a poursuivi en justice l’artiste, dont les travaux ont néanmoins été achetés par le musée Guggenheim de New York.




Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.