Les emprunts russes font leur retour en fanfare sur le marché

Le succès de cette émission d’euro-obligations  paraissait acquis. Photo d'AP.

Le succès de cette émission d’euro-obligations paraissait acquis. Photo d'AP.

Après une décennie d’absence, Moscou revient sur le marché de la dette, à la recherche de 5 milliards de dollars. Il s’agit de combler un déficit budgétaire creusé par le plan de relance massif en réponse à la crise.
Dix ans après la grosse frayeur financière de 1998, la Russie revient sur le marché international de la dette avec une offre qui devrait séduire les investisseurs. Le ministère des Finances a démarré le 13 avril à Francfort la présentation de son placement d’euro-obligations, bouclé le 21 avril à New York. Ce premier emprunt visait à lever entre 3 et 5 milliards de dollars. Les experts s’attendent à ce que les émissions souveraines russes totalisent 10 milliards de dollars cette année.

La conjoncture est idoine pour la Russie, avec un fort rebond de la croissance. « Nous nous attendons à un succès », a affirmé la banque d’investissement Renaissance Capital, sur la même ligne que le consensus des analystes. « Le coût de l’emprunt sera certainement moins cher que la moyenne. » La banque table sur un rendement compris dans une fourchette de 4,375% et 4,625% par an.

Pour faire oublier les mésaventures passées, la Russie fait valoir que son taux d’endettement souverain extérieur est très conservateur comparé à la plupart des pays développés, avec seulement 2,3% du PIB. « Avec un niveau de dette domestique de 5,4% du PIB, la Russie est également mieux placée que ses pairs émergents », remarque Renaissance Capital.

Le ministère des Finances allèche les investisseurs en mettant en avant que la Russie a affiché une très solide croissance de 6% en moyenne sur la décennie de 1999 à 2008. Les réserves en devises du pays ont été multipliées par 35 dans le même temps, tandis que la vieille dette soviétique a été totalement liquidée. Toutefois, le ministère avertit les 
investisseurs que des risques significatifs pèsent sur son programme d’euro-obligations. Ils sont bien connus de tous : ce sont les fluctuations importantes du cours du pétrole, les chocs économiques extérieurs et la dépréciation du rouble comme facteurs de risque majeurs.

Avec un cours du baril de pétrole dépassant désormais les 80 dollars, loin au-dessus des 58 dollars calculés pour le budget russe, les risques à moyen terme paraissent faibles. Les pétrodollars vont à nouveau remplir les coffres de l’État, qui prévoit de revenir dès 2012 à un déficit budgétaire très raisonnable de 3% du PIB.

IPO: avis de raz-de-marée cette année

Dans le sillage du géant RusAl, c’est au tour du groupe d’aquaculture « Rousskoïe More » (Mer Russe) d’aborder la bourse avec une cible à 170 millions de dollars. Cette année, plus de 20 milliards de dollars devraient être levés par des sociétés russes actives dans les domaines les plus divers, à la faveur d’introductions en bourse (IPO). Le secteur de la consommation est en pointe, avec Kopeïka (distribution) et Protek (pharmacie) qui cherchent à lever respectivement 500 et 400 millions de dollars tous deux sur le marché russe. Kopeïka affiche un chiffre d’affaires de 2 milliards de dollars en 2009 et offrira une entrée à son capital vers la fin de l’année afin d’alléger son endettement. Non moins attendue est l’entrée du moteur de recherche Yandex à la bourse Nasdaq de New York. En vendant entre 10 et 15% de ses parts, Yandex espère trouver le moyen de résister à l’attaque du géant américain Google.

Côté ressources naturelles, Polyus Zoloto, n° 1 russe du secteur aurifère, envisage de lever des fonds à Hong Kong où il espère trouver 555 millions de dollars contre une part de 5,7% de son capital. Mais le clou pourrait bien être l’arrivée sur les marchés étrangers de Transneft. Le monopole d’État des oléoducs, voit déjà une minuscule portion de son capital s’échanger à Moscou, et il n’a plus d’autres sources de financement que la bourse. Les rumeurs d’une future introduction enflent de semaine en semaine.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.