La Russie envisage enfin la création de sa propre COFACE

Publicité encourageant les exportateurs surfond de palais du gouvernement

Publicité encourageant les exportateurs surfond de palais du gouvernement

La VnechEkonomBank devrait parrainer la future agence russe d’assurance des exportations, créée sur la base de la RosEksImBank. Selon les experts, cet organisme calqué sur ses pairs étrangers permettra d’augmenter les volumes d’exportation de produits de haute technologie.
Faute de financement, une première tentative de créer une telle agence en Russie avait échoué au milieu des années 90. Par la suite, le gouvernement a pris conscience de l’impérieuse nécéssité de soutenir les exportateurs par des mesures différentes, qui prirent la forme de garanties aux exportateurs de produits industriels, de prise en charge d’une partie des taux de crédits export, de crédits export et d’assurances des contrats export contre les risques commerciaux et politiques. Mais l’absence d’un organisme spécifique pour ces aides désavantageait les exportateurs de produits manufacturés russes et continue d’handicaper leur compétitivité.

Le contrôle de l’agence doit être condié la banque publique Vneshekonombank et l’assureur, la Roseksimbank, qui a été fondée à cette fin dès 1994 sur décret du premier président de la Fédération de Russie, Boris Eltsine. L’Etat participera au capital social de l’agence à hauteur de 30 milliards de roubles (1 milliard de dollars environ). L’agence devra assurer les risques des exportateurs et des banques en leur accordant des crédits, ce qui servira automatiquement à promouvoir les ventes de produits nationaux à l’étranger. Vneshekonombank, qui assurait déjà les crédits à l'exportation contre les risques commerciaux et politiques, a attendu la fin 2008 pour revenir à l’idée de créer une agence. Avec une bonne année de retard, le gouvernement de Vladimir Poutine s’est décidé à soutenir cette initiative. Pour le porte-parole du premier ministre, Dmitri Peskov. « la nécessité d’une telle agence est évidente. En période de crise et d’après-crise, il est très important de promouvoir les exportations, en premier lieu pour assurer le développement des capacités de production ».

La stimulation des exportations par une assurance spéciale est depuis longtemps en place dans les grandes économies. Les noms les plus connus sont Ex-Im Bank (Etats-Unis), Hermes (Allemagne), Coface (France) et Département des garanties de crédits à l’exportation (Grande-Bretagne). Les principales missions de ces structures sont d’assurer contre les risques politiques, de mettre en œuvre les stratégies nationales d’exportation et de renforcer le système de d’aide au commerce, y compris les mesures protectrices. Selon le Service fédéral des statistiques, en 2009 le volume des exportations a chuté de 40% en 11 mois, pour redescendre à 270 milliards de dollars. Le premier ministre Poutine avait apparemment anticipé ces résultats, car dès le printemps 2009 il a demandé au ministre des Finances, Alexeï Koudrine, d’accélérer la création d’un outil de soutien des exportations. Le processus est lancé mais le calendrier de sa mise en place reste flou et les exportateurs s'impatientent.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.