Les dessous du vêtement russe

Défilé parisien de la collection AlenaAkhmadullina printemps/été 2009

Défilé parisien de la collection AlenaAkhmadullina printemps/été 2009

84 % des vêtements présents sur le marché russe ne sont pas fabriqués sur le territoire de la Russie. En valeur monétaire, plus de 80 % des importations vestimentaires viennent de Chine et des pays du Sud-Ouest asiatique, ce qui explique la domination de la marchandise d'origine chinoise sur le marché russe.
Une des particularités les plus frappantes du marché russe, c'est la répartition très inégale des parts de marché dans les différentes régions et villes de Russie. Jusqu'en 2004, la part des deux villes de Moscou et Saint-Pétersbourg pesait pour plus de 65% du total. Cette disproportion depuis les cinq dernières années a tendance à se réduire petit à petit. Aujourd'hui, Moscou et Saint-Pétersbourg représentent environ 30 à 40% du marché vestimentaire russe. En outre, le volume du marché moscovite est deux fois supérieur à celui de Saint-Pétersbourg. La ville d'Ekaterinbourg arrive en troisième position. Cette disparité sґexplique par l'inégalité de la répartition de la population et des revenus entre les différentes régions.

Autre particularité: l'établissement des prix. Le même produit se vend plus cher en Russie qu'en Europe. Au prix de la marchandise, il faut ajouter les coûts de transport, les frais de douanes - plus élevés que dans les autres pays - et la majoration du distributeur russe. En moyenne, le prix de vente au détail en magasin dépasse de 15 à 30% celui pratiqué en Italie ou en France.

Le volume des ventes au détail du marché du prêt-à-porter en 2008 a atteint 34,2 milliards dґeuros. Un marché constitué pour plus de moitié par la vente de vêtements féminins. Sa part en 2008 en représentait 58%, soit 19,5 milliards dґeuros. Le masculin ne constitue que 24% des ventes. Il représente 8,2 milliards d'euros. Les vêtements pour enfants pèsent 18%, soit 6,2 milliards dґeuros. La vente de linge représente 10% du marché (3,5 milliards dґeuros). La part des vêtements de soirée et de mariage est de 6% (2,2 milliards dґeuros), et celle des ventes d'accessoires, sans compter les chaussures ni les sacs, de 5% (1,7 milliards dґeuros).

Les experts sont optimistes quant à l'évolution du secteur: la croissance devrait suivre - voire précéder - fidèlement l'amélioration des indicateurs économiques du pays.

Préparé par Fashion Consulting Group pour Artefact Communications Agency

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.