Décès d’Evgueni Evtouchenko, dernière légende de la poésie soviétique

Evgueni Evtouchenko

Evgueni Evtouchenko

Pavel Smertin/TASS
Le célèbre auteur de Bratski GES et Babi Yar décède à l’âge de 84 ans.

Le légendaire poète soviétique et russe Evgueni Evtouchenko est décédé aux États-Unis où il vivait et travaillait comme professeur à l’Université de Tulsa, à Oklahoma, depuis 1991.

Son épouse Maria Novikova a informé qu’il avait été hospitalisé dans un état grave le 31 mars, mais, malgré cela, avait continué à travailler sur son dernier livre.

Evtouchenko était le dernier de la génération iconique de poètes et bardes soviétiques des années 1960, époque du dégel sous Khrouchtchev, aux côtés de Robert Rojdestvenski, Andreï Voznessenski, Boulat Okoudjava, Bella Akhmadoulina (sa première épouse) et autres.

Une strophe de son poème Bratski GES, « Un poète en Russie est plus qu’un poète », est devenue un aphorisme et son manifeste personnel. Fidèle aux autorités soviétiques, Evtouchenko dédiait ses poèmes à Lénine et Staline et sera critiqué par de nombreux représentants de l’intelligentsia, dont Joseph Brodsky.

Evtouchenko est l’auteur de plus de 150 œuvres : poèmes, nouvelles et chansons. L’un de ses plus célèbres poèmes est Babi Yar, écrit en 1961 à Kiev : il parle de la tragédie du génocide des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Plus tard, le célèbre compositeur Dmitri Chostakovitch s’inspirera de ce poème pour écrire une symphonie.

Evtouchenko était l’un des plus jeunes membres de l’Union des écrivains soviétiques, ses œuvres étaient de nature proclamatoire, il s’adressait aux prolétaires et aux gens simples lorsqu’il lisait ses poèmes devant un grand public dans les usines et les salles de conférences. En 1963, il est nominé au prix Nobel.

En 2013, Evtouchenko a subi une opération d’amputation de la jambe, mais il a continué à enseigner et à écrire. En 2015, il a fait une grande tournée et lu ses œuvres dans 26 villes russes. Plus tard, il se fera poser un cardiostimulateur.

Le poète sera enterré à Peredelkino, près de Moscou, « non loin du tombeau de Boris Pasternak ».  Ce fut sa dernière volonté.

RBTH présente ses profondes condoléances aux proches du poète et à tous les lecteurs. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer