Littérature russe en français: cinq livres à ne pas rater parus en 2016

Alamy / Legion Media
La liste des œuvres russophones traduites en français ne cesse de s’élargir. En prévision des fêtes de fin d’année, RBTH a fait un tour des librairies pour sélectionner quatre nouvelles parutions à offrir en cadeau ou à lire durant les longues soirées d’hiver.

Le Voyage de Hanumân d'Andreï Ivanov (Éditions Le Tripode)

​Crédit : service de presse​Crédit : service de presseTraduit du russe par Hélène Henry

Le Voyage de Hanumân raconte l’exil de deux paumés au Danemark, et leur vie quotidienne dans un camp de réfugiés. L’Estonien Johann et l’Indien Hanumân, compagnons d’infortune, survivent comme ils peuvent. Entre les magouilles, les petites et grandes indignités, les humiliations et les mensonges, se dessine jusqu’au rire une carte sensible de ces zones transitoires où pataugent et se mêlent l’absurde, les espoirs et les peurs de milliers de laissés-pour-compte.

L’Année de la comète de Sergueï Lebedev (Éditions Verdier)

Crédit : service de presseCrédit : service de presseTraduit du russe par Luba Jurgenson

С’est surtout la chronique familiale qui est au centre du récit. L’apparition de la comète, qui invite le narrateur à interroger la vie de ses proches, est vue surtout à travers l’histoire de la grand-mère Tania qui en a été le témoin dans son enfance.

La grande histoire ne se laisse approcher que par l’écriture et ne montre jamais sa face monumentale. Au travers de l’intime et de l’infime – maison, école, datcha – se dessinent cependant les vecteurs essentiels qui ont orienté la vie quotidienne et intérieure des Soviétiques pendant la période de transition.

Rachel d'Andreï Guelassimov (Actes Sud)

​Crédit : service de presse​Crédit : service de presseTraduit du russe par Joëlle Dublanchet 

Professeur d'université vieillissant, Sviatoslav Semionovitch Kaufman s'est marié trois fois. D'abord avec Liouba (« sa » Rachel) quand, doctorant spécialiste de Scott Fitzgerald, il travaillait comme infirmier dans un hôpital psychiatrique et vivait pleinement les mythiques années 1960. C'est à cette époque, où les Soviétiques découvraient le jazz, le rock et Hemingway, qu'il a rencontré Véra, la mère de son fils. Bien plus tard, la jeune Natalia lui a fait perdre la tête avant de lui préférer un agent du KGB… Déprimé, cardiaque, et toujours un peu à côté de la plaque, notre professeur ressasse et rouspète sous l'oeil volontiers goguenard de sa belle-fille, voleuse à l'étalage délurée qui veille sur lui.

Réflexions sur les affres de la vieillesse et les ratés de la jeunesse se mêlent aux références bibliques, au drame familial et à l'histoire russe du XXe siècle pour composer un roman à la tonalité aussi nostalgique que fantasque.

Crédit : service de presseCrédit : service de presseLeçons d'Italie de Marina Stepnova (Éditions Les Escales)

Tarduit du russe par Bernard Kreise

L'existence d'Ivan Ogariov semblait destinée à une morosité toute soviétique. Une enfance sans amour, un service militaire traumatisant. C'est grâce à sa carrière de thérapeute en clinique privée et à sa clientèle moscovite qu'Ivan relève la tête. Pourtant, à quarante-deux ans, sa vie est superficielle et routinière ; travail la semaine, courses le samedi, visites à ses parents le dimanche et ternes relations conjugales. Cette existence si réglée et sans saveur est bouleversée lors de sa rencontre avec Malia, jeune femme exceptionnelle de vingt-quatre ans. Leur folle histoire d'amour sort Ogariov de sa morne existence et le projette dans une relation passionnelle…

Cahiers de la Kolyma et autres poèmes de Varlam Chalamov (Éditions Maurice Nadeau)

Crédit : service de presseCrédit : service de presseTraduit du russe par Christian Mouze

Varlam Chalamov (1907–1982) est connu du public français par Les récits de la Kolyma publiés pour la première fois par Les Lettres Nouvelles en 1969. Cahiers de la Kolyma et autres poèmes réunit, en plus d’un essai autobiographique, Fragments de mes vies, écrit en 1964, des poèmes écrits dans les camps soviétiques, ainsi qu’un choix de poèmes du retour. Si la vie de Chalamov est un condensé du martyre russe sous Staline, sa poésie est pleine de mesure, de réflexion, d’interrogations. Jusque dans le plus terrible, le poème demeure le corps simple de quelque chose lié à la vie. Et lié à l’histoire de la Russie : Chalamov place sa lutte sous le signe des grandes révoltes du XVIIe (la Vieille Foi) et XVIIIe siècles. L’accusation qu’il porte est d’autant plus forte. 

Des livres russes traduits en français sont accessibles en ligne sur les sites suivants :

Librairie du Globe

Amazon.fr

Lire aussi : 

L’écrivain Sergueï Dovlatov en dix faits

Cinq manies méconnues des grands écrivains russes

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.