Le patriarche Cyrille a consacré la nouvelle cathédrale orthodoxe du Quai Branly

Le patriarche Cyrille a offert à la nouvelle cathédrale l’icône Notre-Dame Porte du Ciel.

Le patriarche Cyrille a offert à la nouvelle cathédrale l’icône Notre-Dame Porte du Ciel.

Maria Tchobanov
Le dimanche 4 décembre, le patriarche de Moscou et de toutes les Russies Cyrille a consacré la nouvelle cathédrale de la Sainte-Trinité à Paris et y a célébré la toute première liturgie. Il s’agit de la première visite de sa sainteté à l'Évêché de Chersonèse (qui comprend les paroisses de l’Église orthodoxe russe en France, Suisse, Espagne et au Portugal) en sa qualité de patriarche.

La liturgie historique dans la nouvelle cathédrale a été célébrée en présence d’invités d’honneur, dont la maire de Paris, Anne Hidalgo, que le patriarche a particulièrement remerciée pour son aide dans la mise en œuvre du projet de construction de la cathédrale de la Sainte-Trinité, située Quai Branly.

Il a rappelé que, pendant 85 ans, la cathédrale de l’Église orthodoxe russe en France était installée dans une petite église située dans la rue Pétel (XVe arrondissement) : d’abord, dans le parking souterrain, puis au rez-de-chaussée de l’immeuble. 

« Chaque fois que je venais à Paris et priais dans cette cathédrale, toute l’histoire dramatique passait devant moi. Mon cœur garde une gratitude envers la France et son peuple pour l’hospitalité qu’ils ont montrée à nos réfugiés après la révolution », a déclaré le patriarche soulignant que, jusqu’à ce jour, la France continue à accueillir des Russes, souvent profondément croyants.

« Tous ceux qui connaissent notre histoire comprennent que nous avons survécu, en tant que peuple et en tant que nation, car nous sommes parvenus à conserver la foi », a ajouté le patriarche, expliquant pourquoi tant de cathédrales sont actuellement construites en Russie.

Sa sainteté a en outre exprimé sa profonde gratitude à la France et à ses dirigeants pour avoir permis l’acquisition d’un terrain à Paris pour la construction de la cathédrale et du centre spirituel et culturel. « Avec le pont Alexandre III, cette cathédrale est un symbole architectural visible de la proximité particulière entre nos peuples, nos cultures et nos traditions », a-t-il souligné.

Cyrille a offert à la nouvelle cathédrale l’icône Notre-Dame Porte du Ciel, réplique d’une ancienne sainte image, dont l’original est actuellement conservé au saint Mont Athos. Au XVIIe siècle, sous le tsar Alexis Iᵉʳ, une réplique de cette icône fut amenée à Moscou et, depuis, celle-ci est profondément vénérée dans la capitale russe

Pr&egrave;s de la nouvelle cath&eacute;drale orthodoxe du Quai Branly.nMaria Tchobanov<p>Pr&egrave;s de la nouvelle cath&eacute;drale orthodoxe du Quai Branly.</p>n
Le patriarche Cyrille consacre la cath&eacute;drale de la Sainte-Trinit&eacute; &agrave; Paris.nMaria Tchobanov<p>Le patriarche Cyrille consacre la cath&eacute;drale de la Sainte-Trinit&eacute; &agrave; Paris.</p>n
 
1/2
 

Devant les journalistes, l’ambassadeur de Russie en France Alexandre Orlov a qualifié l’événement d’historique, tant pour les relations franco-russes que pour la Russie même. « Aujourd’hui, une cathédrale orthodoxe a ouvert ses portes dans l’une des plus belles et célèbres villes du monde, à Paris, pour y demeurer pendant des siècles. C’est un symbole de notre amitié passée, présente et future. Je dirais que la consécration de cette cathédrale marque le premier battement du cœur du centre spirituel et culturel russe à Paris. Désormais, il a réellement ouvert ses portes à tous et servira la paix et l’amitié entre nos deux pays », a déclaré son excellence.

Le lundi 5 décembre, le patriarche a rencontré le président de la République française François Hollande à l’Elysée. Une rencontre avec l’archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois, était également au programme. Ensuite, il a célébré un office des morts dans la partie russe du cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois et s'est rendu à la Maison de retraite russe, où il a rencontré son administration et ses pensionnaires.

Sur le même sujet :

Un îlot de spiritualité russe voit le jour au bord de la Seine

La culture orthodoxe a pignon sur rue à Paris

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.