Quatre artistes russes à la Manifesta de Zurich

Oleg Krasnov
RBTH a trouvé quatre œuvres d’artistes russes participant à la Biennale européenne itinérante d’art contemporain que son curateur, Christian Jankowski, a intitulé What people do for money.

1. Andreï Tarkovski

La Biennale présente cette saison Andreï Tarkovski, l’un des grands réalisateurs du XXe siècle, qui fut « le visage » du cinéma d’auteur en Union soviétique. Cette année marque le 30ème anniversaire de sa mort. C’est peut-être la raison qui a poussé le curateur à choisir un fragment du légendaire Solaris en qualité de préface à la principale exposition de la Biennale dont l’idée maîtresse est le travail dans toutes ses manifestations et interprétations. Solaris, devenu depuis sa sortie en 1972 un film-culte non seulement en URSS, mais également dans le monde entier (il a obtenu la même année le Grand prix du Festival de Cannes), est inspiré du roman éponyme de l’écrivain de science-fiction polonais Stanislas Lem. L’histoire de l’exploration de cette planète inventée soulève notamment le sujet des relations entre le créateur et ses œuvres.

Vidéo publiée sur Youtube de Natalya

L’exposition reprend la scène du film où les personnages se trouvent en état d’apesanteur dans la bibliothèque de la station spatiale avec le tableau de Pieter Brueghel l’Ancien Chasseurs dans la neige. Selon les curateurs, la « rencontre » de l’un des plus vieux métiers du monde (chasseur) avec le progrès scientifique (cosmonaute) trouve un écho dans de nombreuses œuvres réalisées spécialement pour la Biennale par des artistes en collaboration avec de simples représentants d’autres métiers, notamment des médecins, des pasteurs et des serveurs.

Aire de la Biennale : Löwenbräukunst

2. Olga Tchernychova

Crédit : Oleg KrasnovCrédit : Oleg Krasnov

C’est l’un des peintres russes modernes les plus célèbres en Occident aujourd’hui. Les photos et vidéos de cette artiste socialement engagée sont largement exposées à travers le monde, depuis le musée d’art contemporain Garage à Moscou jusqu’à la Biennale de Shanghai, en passant par le Centre Pompidou. L’année dernière, sa grande série graphique a fait partie de l’exposition principale à la Biennale de Venise. La Manifesta présente une autre série, On Duty (2007), où Olga Tchernychova a réalisé des portraits d’employés du métro de Moscou, surtout de femmes mûres qui passent la plupart du temps à plusieurs dizaines de mètres sous terre.

Aire de la Biennale : Löwenbräukunst

3. Alexandre Cheïn

Crédits : Alexandre Cheïn
Crédits : Alexandre Cheïn
Crédits : Alexandre Cheïn
 
1/3
 

Ce réalisateur et producteur russe a présenté à la Biennale une partie de son projet Maïakovski qu’il tourne depuis près de cinq ans. Il est connu pour être un adepte de documentaires : ainsi, il a été co-auteur et producteur des films Oleg Koulik : défi et provocation et Vinogradov et Doubossarski : tableau sur commande consacrés à ces célèbres peintres contemporains. La pellicule présentée à l’exposition évoque l’histoire des figures de proue de l’avant-garde russe, le poète Vladimir Maïakovski et le metteur en scène et théoricien du théâtre russe Vsevolod Meyerhold qui, selon le scénario, monte un spectacle sur l’amour tragique du poète et de sa muse sur fond d’histoire soviétique.

Aire de la Biennale : Löwenbräukunst

4. Evgueni Antoufiev

Crédits : Oleg Krasnov
Crédits : Oleg Krasnov
Crédits : Oleg Krasnov
Crédits : Oleg Krasnov
Crédits : Oleg Krasnov
 
1/5
 

C’est le plus jeune membre de « l’équipe russe ». A 30 ans, il a déjà mérité deux expositions personnelles – à Collezione Maramotti à Reggio d’Emilie et au Multimedia Art Museum à Moscou – et a participé à des projets internationaux au Palais de Tokyo à Paris, à la Biennale industrielle d’Ekaterinbourg et au New Museum à New York. Arrivé il y a environ huit ans à Moscou depuis la petite ville de Kyzyl, chef-lieu de la République de Touva (à quelque 4 600 km à l’est de Moscou), Evgueni Antoufiev  a commencé à créer à la manière de Louise Bourgeois et d’Annette Messager, réalisant des installations incorporant divers objets, notamment « faits main », renvoyant le visiteur aux images de la mythologie touvine et personnelle.

Pour la Manifesta, il a réalisé avec le pasteur du Grossmünster, Martin Rusch, un projet commun, Eternal Garden, consacré au célèbre écrivain Vladimir Nabokov, auteur de Lolita et de La Défense Loujine. L’artiste se concentre sur la vie de Nabokov en-dehors de l’œuvre, plus précisément sur sa passion pour les papillons. L’écrivain était un lépidoptériste professionnel et fit même plusieurs découvertes dans le monde de ces insectes. Son énorme collection est exposée actuellement dans différents pays, notamment dans un musée de Lausanne qui a aimablement accordé plusieurs papillons pour l’installation dans l’église Wasserkirche.

Aire de la Biennale : Helmhaus

Les expositions resteront ouvertes jusqu’au 18 septembre.

Lire aussi

Nikolaï Polisski : « Les gens n’aiment pas qu’on se paie leur tête »

DIAPORAMA Une artiste russe crée des broderies incroyables de réalisme

Biennale de Venise : la Russie présentera l’ensemble soviétique VDNKh

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.