Quand les contes relient la France et la Russie

Archives personnelles.
Pour faire connaître sa culture d'origine, Anna Sénéchal, écrivaine aux racines russes installée à Morteau, s'adresse aux plus jeunes.

« Mes livres sont un pont entre la France et la Russie. Les deux cultures y sont intégrées », avoue celle qui est aujourd’hui auteur de contes merveilleux pour la jeunesse.    

Il y a encore une dizaine d’années, Anna Sénéchal, vivait dans le tourbillon de la vie moscovite. Diplômée d'économie internationale, elle développait des programmes pour les instituts financiers et ne pouvait même pas imaginer qu’un jour, trois livres destinés aux bambins français sortiraient de sa plume… et de son pinceau, cette jeune femme talentueuse étant également illustratrice de sa trilogie sur les incroyables aventures de Maxou et de ses deux chiennes fidèles.

Faire découvrir la Russie

La nouvelle vie d'Anna a commencé après son déménagement en France, où elle est partie pour rejoindre l'élu de son cœur. Intégration au sein d'une nouvelle société, apprentissage de la langue, puis naissance des enfants et avec eux d'une irrésistible envie d'écrire pour s'adresser à tant d'autres jeunes.   

Aujourd'hui, Anna explique cet élan littéraire par la volonté de promouvoir la culture russe.

« Je me suis aperçue que pour les gens, au moins dans mon entourage, la Russie est toujours un pays derrière le mur de fer. C'est quelque chose d'inconnu qui fait peur. Quant aux enfants, ils ne savaient même pas où ce pays se trouve sur le globe », explique-t-elle.

« Avec mon fils est né mon premier conte La nuit de fougère magique, histoire basée sur une légende slave païenne. Comme je racontais à mon enfant ce que c'est que la Russie, j'ai voulu plonger les lecteurs dans cette culture, les aider à comprendre ce pays et ses traditions », dit Anna.

C'est notamment un voyage à la découverte des traditions de Noël russe qui est mis en scène dans le dernier livre de sa trilogie, Maxou au pays de Papy le Gel. Le jeune lecteur pénètre dans le royaume magique du Père Noël russe à Veliki Oustioug (résidence officielle du Père Noël située dans la région de Vologda) et découvre l'existence de sa petite fille Snégourotchka (personnage qui n'apparaît que dans les contes russes).

Pour faciliter la perception des jeunes lecteurs, l'auteur fusionne les deux cultures : le protagoniste, Maxou, est un garçon français qui lui aussi découvre cet univers étranger et charmant, un personnage à qui l'enfant peut facilement s'identifier.

Un livre qui va au-delà de la distraction

« Dans tous mes récits il y a de petites morales, leçons héritées à nos ancêtres », raconte l'écrivaine qui puise les sujets de ses histoires dans les contes populaires russes transmis de bouche à oreille de génération en génération. Elle reste convaincue que c'est cette sagesse acquise à travers des siècles qui manque aujourd'hui aux livres destinés à la jeunesse.

« Les contes populaires (dont le but est d'instruire, ndlr), je ne les vois pas dans les rayons. Il y a des albums illustrés pour les plus petits qui sont très beaux mais dont le texte n'est qu'un accompagnement pour les illustrations. Soit on trouve des histoires pour les enfants de 6-8 ans qui commencent à lire, mais c'est livres ne sont pas illustrés et ne sont donc pas attractifs pour les jeunes », explique Anna.

Dans sa trilogie, dont le personnage principal est inspiré par son fils, elle conjugue donc les deux : le fond et la forme.

« J’ai illustré mes livres moi-même. Le sujet de l'histoire se produit dans mon imagination comme un dessin animé. Il aurait été difficile transmettre à un illustrateur l'idée », raconte-t-elle, avouant qu'elle rêve un jour de tourner un dessin animé basé sur ses récits.

Malgré ses craintes initiales, ses livres ont été très bien accueillis par les parents et les enfants. Secret du succès ? Pour être convaincant et acquérir le lecteur, il suffit d'être franc est de faire parler son cœur, estime Anna.  

Anna Sénéchal est auteur, dessinatrice et éditrice. De son aveu, son goût pour la littérature s'est affirmé depuis sa plus tendre enfance, lorsqu’avec sa grand-mère elle inventait la suite des histoires lues. En France, Anne Sénéchal donne des cours de russe pour les adultes et anime des ateliers de lecture des contes de Pouchkine dans des écoles. Actuellement, elle travaille sur son livre L'étoile inconnue destiné aux ados, et projette d'éditer un livre de contes folkloriques russes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer