Trois prétendants russes pour le Prix Astrid Lindgren

Illustration par Anastasie Arkhipova.

Illustration par Anastasie Arkhipova.

fantlab.ru
La liste des nominés au Prix commémoratif Astrid Lindgren, l’une des plus prestigieuses récompenses consacrées à la littérature jeunesse, comporte les noms de deux illustrateurs et d’un écrivain russes. Les gagnants seront annoncés le 5 avril 2016.

Anastasie Arkhipova, illustratrice

Anastasie Arkhipova est née à Moscou en 1955. Elle appartient à une famille d’artistes peintres de génération en génération : son père et son grand-père étaient tous deux illustrateurs de livres. Alors qu’elle étudie à la faculté de l’art de l’affiche à l’Institut Sourikov de Moscou, elle commence à coopérer avec la plus vieille maison d’éditions du pays, Detskaya literatoura (Littérature pour enfants), qui fait paraître les premiers livres avec ses illustrations : La Reine des neiges, La Princesse au petit pois, Hans le balourd, Le Briquet et Le Stoïque soldat de plomb d’Andersen, Le Bourgeois gentilhomme et Le Tartuffe de Molière ou encore Contes d’écrivains russes. En 1985, elle illustre pour les éditions allemandes Schreiver Verlag les Contes d’Andersen puis les Contes des frères Grimm. Ces livres ont été réédités dans de nombreux pays, de la Scandinavie au Brésil, et ses illustrations sont reconnues comme les meilleures accompagnant ces histoires classiques. Ses expositions connaissent un grand succès à Bologne, Barcelone, Paris et plusieurs villes allemandes. Et pour cause : ses aquarelles subtiles au style incomparable constituent des tableaux classiques, lyriques et sensibles, travaillés au détail près, ce qui permet aux illustrations de ne céder en rien à l’œuvre littéraire, et d’exercer une influence tout aussi grande sur l’enfant.

Sergueï Lioubaïev, illustrateur

Les Aventures de Tom Sawyer, illustrations par Sergueï Lioubaïev. Source : arbor.ru

Tout comme Anastasie Arkhipova, Sergueï Lioubaïev est un célèbre illustrateur russe. Il est l’un des rares à pouvoir présenter le livre comme une œuvre intégrale, associant l’idée à la structure et assurant l’unité des caractères et des images.

Sergueï Lioubaïev s’occupe de l’illustration et de la conception de livres dans les meilleures maisons d’édition russes depuis 1984 : il a travaillé sur les œuvres de Tolkien, Kipling, Alexandre Blok, Gogol, Essenine, Tchoukovski, Léon Tolstoï, Perelman, Mark Twain et bien d’autres auteurs. Souvent, les livres illustrés par Sergueï Lioubaïev se retrouvent chez les collectionneurs, car ils ne laissent pas indifférents les adultes non plus. Ainsi, il a travaillé presque deux ans sur Les Aventures de Tom Sawyer et Les Aventures de Huckleberry Finn. Cette édition est remarquable par le nombre d’illustrations réalisées selon la technique mixte de l’auteur : elles sont environ 1 500 et vont de dessins faits au crayon à des collages avec photos, gravures rares et œuvres graphiques et imprimées du XIXe siècle. Des notes écrites dans les marges, une carte postale étrange, le portrait de tante Polly, c’est tout un journal coloré d’aventures des deux garçons, dont les histoires captivent le lecteur depuis deux siècles.

Artour Guivarguizov

La dictée de contôrle et la tragédie greque antique, Artour Guivarguizov. Source :

Maîtrisant parfaitement l’art des histoires comiques, ce poète pour enfants écrit des vers qui font rire grands et petits. Il est souvent considéré comme le successeur à la fois de Daniil Harms, Korneï Tchoukovski et Samouil Marchak. Son premier récit est publié en 1997 dans la revue Satirikon. Depuis, ses poèmes et ses courts récits en prose paraissent régulièrement dans différentes publications pour enfants. Sa première œuvre, Mon pauvre Charik (l’équivalent russe de Médor), est sortie en 2002. Artour Guivarguizov a édité jusqu’ici une vingtaine de livres, dont un recueil de pièces et sept autres de poésies. Guitariste professionnel de formation, il est diplômé de l’Ecole musicale auprès du Conservatoire de Moscou. Mais il suffit de lire ses vers pour se rendre compte que c’est avant tout un poète, un magicien et un voyou qui comprend les enfants mieux que les autres et qui reste toujours proche de ses lecteurs. C’est pour ces traits de caractère qu’il est parfois pris en grippe par les parents lui reprochant son approche « antipédagogique ». Mais c’est précisément pour cette raison que ses petits lecteurs ne diront jamais qu’il est « barbant ». Son deuxième livre, Notes d’un cancre remarquable, est sans doute le plus célèbre de Russie : le recueil comprend plus de 70 miniatures humoristiques sur les parents et leurs enfants, les élèves et leurs profs, les cancres et les premiers de la classe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.