Joseph Backstein : retour sur ses principales expositions internationales

Joseph Backstein, Commissaire de la Biennale de Moscou.

Joseph Backstein, Commissaire de la Biennale de Moscou.

Vladimir Viatkine/RIA Novosti
Le 21 septembre, l'une des figures les plus importantes de l'art contemporain en Russie fêtera son 70e anniversaire. A cette occasion, RBTH se rappelle comment Joseph Backstein a renforcé les liens entre la Russie et l'Occident grâce à l'art.

Joseph Backstein a toujours voulu montrer les artistes russes à l'Ouest et organiser des expositions de créateurs occidentaux à Moscou. Commissaire permanent de la Biennale de Moscou, il a aussi organisé de nombreuses expositions autour du monde.

1993, Le Choix de Staline: le réalisme socialiste soviétique 1932-1956, Galerie P.S.1, New York / Stalin’s Choice: Soviet Socialist Realism 1932-1956

Exposer dans la galerie la plus avant-gardiste des USA le réalisme socialiste, un courant artistique à la gloire du communisme, était un défi artistique en soi. Ce genre d'événement n'a été rendu possible que pendant la perestroïka, après l'effondrement de l'URSS et la chute du Rideau de fer. A cette époque, les messages de propagande avaient cessé d'impressionner pour revêtir un caractère plus inoffensif, celui d'un certain « exotisme soviétique ». Les commissaires de l'exposition étaient Joseph Backstein, Katrin Becker et Alana Hays.

1999, Vitaly Komar et Alexandre Melamid. Collaboration avec les animaux, Pavillon russe de la Biennale de Venise / Animal Kingdom

Vitali Komar, Alexander Melamid et Mickey. Crédit : service de presse

Komar et Melamid sont les pères du Sots Art, courant artistique parodiant le réalisme socialiste. Ce sont justement eux qui ont attiré Joseph Backstein dans le cercle très fermé de l'underground soviétique, qui ressemblait alors plutôt à une secte. Émigrés aux USA, les deux artistes n'ont pas oublié leur patrie et sont revenus en Russie pour y mener plusieurs travaux. L'un des deux projets de K&M pour l'exposition intitulée « Moscou dans les yeux de Mickey » : les artistes ont mis un appareil photo dans les mains du chimpanzé Mickey, qui a pris des clichés sur la place Rouge, exposés ensuite dans le pavillon. La deuxième partie du projet était une série de peintures abstraites réalisées par des éléphants.

2005, Les Anges de l'histoire. L'art conceptuel moscovite et ses influences, MuHKA, Anvers / Angels of History: Moscow Conceptualism and its influence

Anatoli Osmolovski, la performance "Ordre pour l'Armée des Arts". Crédit : service de presse

Joseph Backstein et son commissaire-adjoint Bart de Baere ont sélectionné les artistes les plus représentatifs de l'art conceptuel moscovite : « Action collective », Ilya Kabakov, Iouri Albert, Komar et Melamid. D'autres artistes de premier plan à cette époque ont également participé à l'exposition : Oleg Koulik, Vlad Mamychev-Monroe et encore plusieurs jeunes talents émergents de la scène artistique russe. Pour le titre de l'exposition, les commissaires ont joué avec le concept principal de la philosophie de Walter Benjamin : l'ange de son histoire tourne le dos à l'avenir et regarde vers le passé à la recherche du paradis perdu.

2010, La Leçon d'histoire. Palais de Tokyo, Paris/Lessons of History  

Cette exposition a été organisée dans le cadre de l'Année de la Russie en France. Backstein avait réuni des représentants de différentes générations, en invitant des artistes aussi notables qu'Andreï Monastyrsky, Anatoli Osmolovsky, Alexandre Brodsky, AES+F, ainsi que d’autres plus jeunes mais tout aussi populaires comme Anna Jeloud et Irina Korina. Le thème principal de la « leçon » de Backstein était une réécriture critique de l'histoire russe, du regard des jeunes artistes sur le bilan de l'utopie communiste jusqu'aux résultats des réformes démocratiques et l'analyse de l'économie actuelle, très dépendante des revenus pétroliers.

2011, Pratique de la vie quotidienne. Jeunes peintres russes de Russie, Calvert 22 Foundation. Londres/ Practice for Everyday Life

Cette exposition présentait les travaux de jeunes artistes, pour la plupart diplômés de l'Institut des problèmes de l'art contemporain fondé par Backstein au début des années 1990 et fut longtemps la seule institution à former des artistes contemporains. Presque tous les acteurs de la scène artistique ultérieure aux années 1990 y ont justement reçu leur éducation. Des artistes frais émoulus de l'institut ont pris part à « Pratique de la vie quotidienne », dont certains avaient déjà participé à des biennales internationales et atteint une certaine notoriété - Taous Makhatcheva, Arseni Jiliaev, Tatiana Akhmetgalieva et Anna Titova notamment. Et même si l'on ne peut pas rattacher ces jeunes artistes à un courant précis, il est certain que contrairement à leurs prédécesseurs, ils parlent « sans accent » le langage de l'art international. David Thorpe était le commissaire de l'exposition côté britannique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.