À l'affiche en décembre 2022: les événements culturels russes à ne surtout pas manquer en France

Natalia Nosova
Découvrez l’œuvre de Marina Tsvetaïeva sous un nouvel angle lors du salon annuel du livre Russkaya literatura, visitez une exposition consacrée aux Ballets russes de Serge de Diaghilev, regardez le film-сonte soviétique Morozko avec vos enfants... Le dernier mois de l’année qui s’achève vous offrira de nouvelles opportunités pour vous rapprocher de la culture russe sans quitter la France.

Suivez Russia Beyond sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L’événement le plus attendu en décembre est, bien sûr, le salon du livre russe Russkaya literatura. Une présentation de la première adaptation en bande dessinée de Crime et Châtiment de Fiodor Dostoïevski, la poésie de Marina Tsvetaïeva, des grands classiques du cinéma russe et bien plus encore vous attendent ! Ne manquez pas cet événement, qui vous remontera le moral par ce morne temps hivernal.

8e édition du Salon du livre russe à Paris Russkaya literatura

Dates : du 2 décembre au 4 décembre

Le Salon du livre russe à Paris Russkaya literatura, dans le style et la franchise qui lui sont coutumiers, tentera d’être à la hauteur du défi représenté par cette année en ménageant un espace culturel empreint d’ouverture, en gardant un format à la hauteur des espérances des lecteurs, des curieux, des auteurs et des éditeurs. Comme toujours, littérature, poésie, classiques du cinéma russe et art pictural y seront à l’honneur. L’on y débattra, discutera, se retrouvant avec chaleur autour d’un lien irremplaçable et de l’amour du beau.

Cette 8e édition du Salon Russkaya Literatura rendra hommage à la grande poétesse russe Marina Tsvetaïeva (1892-1941), en mettant l’accent sur la modernité de son œuvre. Poètes, comédiens russes et français liront ses poèmes le samedi 3 décembre.

Le Salon ouvrira ses portes avec la signature par Bastien Loukia de son œuvre unique, la première adaptation en bande dessinée de Crime et Châtiment de Fiodor Dostoïevski. Les couleurs intenses du dessin et les visages hantés de ses personnages nous plongent au cœur des ténèbres dostoïevskiennes, celles de la condition humaine. (Éditions Philippe Rey, 2019).

Trois grands classiques du cinéma russe seront par ailleurs présentés au Salon : Quand passent les cigognes de Mikhaïl Kalatozov, Dersou Ouzala d’Akira Kourosawa et Anna Karénine, l’histoire de Vronski de Karen Chakhnarazov.

Le samedi 3 décembre à 19:30, aura en outre lieu un concert de musique ethnique de diverses régions russes avec la participation des lauréats de concours internationaux. Tchiltis Tannagasheva, venu de l’Extrême-Orient russe, interprètera des chansons avec le fameux vibrato de gorge de sa région, en s’accompagnant du tebir-kumus (guimbarde). L’ensemble des Joueurs de cor de la ville de Vladimir interprétera quant à lui ses compositions instrumentales, et l’ensemble Khokhloma de Saint-Pétersbourg animera l’événement avec ses chants et ses danses.

Terre de surprises, la Russie en réserve beaucoup d’autres à l’occasion de cette 8e édition du Salon, lieu de rencontre des acteurs de la chaîne de création du livre : écrivains, traducteurs, éditeurs, libraires… et de leurs lecteurs.

À noter qu’avant Noël, deux matinales pour les enfants seront organisées le samedi 3 et dimanche 4 décembre de 11 à 11:30. De nombreux ateliers seront animés par les auteurs russes de livres pour la jeunesse Svetlana Fadeeva et Elena Soukhostavets.

Enfin, les dessins de Loukia Bastien feront l’objet d’une belle exposition.

Le Salon sera inauguré le vendredi 2 décembre, en présence de Monsieur Alexeï Mechkov, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de Russie en République Française et auprès de la Principauté de Monaco.

Un autre événement dédié à Marina Tsvetaïeva, dont la vie était liée à la France, sera organisé à la Maison russe des sciences et de la culture à Paris.

Exposition de livres Marina Tsvetaïeva - poète de l’Âge d’argent

Dates : du 23 novembre au 29 décembre

À l’occasion du 130e anniversaire de la naissance de la poétesse russe Marina Tsvetaïeva, la Maison russe des sciences et de la culture à Paris vous invite à une exposition thématique des livres tirés des fonds de sa bibliothèque et consacrés à sa vie et à son œuvre.

Le destin de Tsvetaïeva, comme de nombreux autres poètes du début du XXe siècle, époque qui sera plus tard appelée « l’Âge d’argent de la poésie russe », fut plein de virages serrés, de moments de gloire et de tragédies qui les suivirent, et, en effet, reflète tous les événements de son temps. En 1922, la poétesse, dont le mari était officier dans l’armée tsariste, quitte la Russie révolutionnaire et, après une série d’errances à travers le monde, s’installe à Paris. Ici, elle vivra près de 15 ans, créant de la poésie et, en même temps, de la prose – ses propres mémoires et souvenirs sur ses amis, des essais philosophiques, des traductions du russe vers le français. En 1939, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, Tsvetaïeva décide de retourner dans son pays natal en suivant ses proches, mais elle n’y trouve jamais le bonheur. Son mari et sa fille ont été réprimés et la poétesse elle-même s’est suicidée par désespoir.

Si vous aimez les romans d’espionnage et que vous vous intéressez à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, vous devez absolument visiter la présentation d’une nouvelle traduction de l’un des livres sur le plus célèbre officier de renseignement soviétique fictif, Max Otto von Stierlitz !

Présentation de la traduction du livre de Julian Semenov L’Ordre de survivre

Date : 13 décembre

Julian Semenov est connu non seulement comme un écrivain soviétique talentueux, mais aussi comme l’un des pionniers soviétiques du journalisme d’investigation et il est également apparu sur grand écran en tant qu’acteur, par exemple dans le célèbre film d’Andreï Tarkovski Solaris...

Cependant, bien sûr, en Russie et dans le monde entier, il doit sa grande popularité en tant qu’auteur d’une série de romans d’espionnage sur les aventures de l’officier de renseignement soviétique Max Otto von Stierlitz (Maxim Issaïev). La Maison russe des sciences et de la culture à Paris vous invite à la présentation de la première traduction de l’un des livres sur ce James Bond russe intitulé L’Ordre de survivre. Soit dit en passant, le roman est la suite directe du livre Dix-sept Moments de printemps, sur la base duquel un film soviétique très célèbre a été tourné. Si vous l’avez regardé, alors il sera plus intéressant pour vous d’assister à l’événement !

Si vous n’avez pas eu le temps d’approcher l’univers des célèbres Ballets russes et de leur créateur, l’impresario Serge de Diaghilev ou de plonger au fond des océans avec les expositions de la Maison russe des sciences et de la culture à Paris, vous avez encore une chance de le faire avant la fin de l’année !

Exposition Un Sibérien à Paris

Dates : du 7 novembre au 11 décembre

Depuis le 7 novembre, une exposition d’œuvres uniques de l’artiste russe Edouard Zelenine (1938–2002) vous attend à la Maison russe des sciences et de la culture à Paris.

Il s’agit d’un représentant de la deuxième vague de l’avant-garde russe avec une voix artistique unique. Originaire de Novokouznetsk (Sibérie occidentale), Edouard Zelenine a commencé à peindre à l’âge de 12 ans. Il a étudié à l’école d’art de l’Académie des arts de Leningrad avec Mikhaïl Chemiakine et Oleg Grigoriev. Bien que Zelenine ait été proche de nombreux représentants de la culture underground de Moscou et de Leningrad, l’artiste a choisi de rester et de créer dans sa ville natale, à Novokouznetsk. Par la suite, en 1971, il s’est installé dans un village de la région de Vladimir, qui a inspiré son œuvre, saturée d’anciens motifs russes.

Participant à la tristement célèbre exposition d’art non officiel « Bulldozer » à Izmaïlovo en 1974, Edouard Zelenine est entré dans le cercle des artistes, aux côtés d’Oleg Tselkov, Oscar Rabine et Mikhaïl Chemiakine, qui ont créé un mouvement particulier de l’art russe. Entre 1975 et 1984, Zelenine a organisé 40 expositions personnelles et collectives en France, en Allemagne, en Suède, en Italie, aux États-Unis et dans d’autres pays. Néanmoins, les humeurs nostalgiques de sa patrie ne quittaient pas l’artiste, faisant écho dans son travail. Comme Zelenine l’a écrit : « La Sibérie, Novokouznetsk, la taïga me manquent… nos rivières sibériennes, la taïga, la neige me retiennent, m’attirent ! ».

Exposition Dans les profondeurs de l’océan

Dates : du 1er décembre 2022 au 17 janvier 2023

L’océan et son rôle dans le développement durable de l’humanité est au cœur du projet commun de la Maison russe à Paris, du Musée de l’océan mondial (Kaliningrad) et de l’Institut océanographique Piotr Chirchov (Moscou).

La Maison russe des sciences et de la culture à Paris vous invite à visiter l’exposition Dans les profondeurs de l’océan, portant sur les études du fond océanique par les scientifiques russes et faisant découvrir la beauté et la diversité de la vie des abysses.

Avec le soutien de ses partenaires, la Maison russe a décidé de présenter le travail des chercheurs : océanologues, biologistes, chimistes et climatologues qui s’occupent directement des études des surfaces et des profondeurs océaniques.

Une partie de l’exposition est dédiée aux submersibles russes, leur histoire, aux découvertes faites avec leur aide et aux gens qui ont travaillé à leur bord.

La deuxième est destinée à faire découvrir la beauté, la fragilité et la diversité du monde sous-marin et de ses habitants. Elle se compose des travaux créatifs d’Alexandre Semenov, un biologiste russe, chef du service des plongeurs de la station biologique de la mer Blanche N. Pertsov, appartenant à l’Université d’État de Moscou. La beauté à couper le souffle de ses photographies permettra de voir de près les organismes inhabituels et invraisemblablement beaux vivant en mers Blanche, Rouge et du Japon.

Un nombre de photos d’archives faites lors de l’expédition légendaire du navire de recherche Vityaz, lors duquel les océanologues soviétiques ont pu mesurer à leur tour la profondeur de la fosse des Mariannes, l’endroit le plus profond de l’océan mondial, complèteront l’exposition.

Les fêtes de fin d’année approchent, et c’est le moment de passer du temps avec ses proches. S’ils aiment la culture russe, nous vous proposons une option gagnant-gagnant pour les réunions de famille – une projection commune de film. À l’affiche de décembre – l’une des comédies soviétiques les plus drôles et deux films-contes qui vous aideront à vous immerger dans l’atmosphère magique de l’hiver russe.

Projection du film Le Bras de diamant (1968), en russe sous-titré en français

Date : 15 décembre à 19:00

À l’occasion du 100e anniversaire de la naissance du célèbre réalisateur soviétique Leonid Gaïdaï, que nous fêterons le 30 janvier 2023, le Centre spirituel et culturel orthodoxe russe et le studio Mosfilm vous invitent à regarder l’un de ses films les plus acclamés.

Chef-d’œuvre reconnu, la comédie Le Bras de diamant est un attribut invariable des fêtes du Nouvel An et des réunions familiales qui peuvent faire rire à la fois ceux qui sont nés et ont grandi en URSS et les représentants de la génération moderne.

L’intrigue tourne autour d’une situation absurde. Un modeste employé soviétique et père de famille exemplaire, Semion Gorbounkov, joué par le grand Iouri Nikouline, part en voyage, au cours duquel il devient par erreur victime de contrebandiers : un plâtre contenant des diamants est placé sur son bras. Le héros décide de coopérer avec la police soviétique, mais cela affecte négativement sa relation avec sa famille et ses enfants, qui sont dans le noir... Pourra-t-il dénoncer les bandits, en préservant l’amour de ses proches ? Vous le découvrirez en assistant à cette projection.

Projection du film Le Conte du tsar Saltan (1966), en russe sous-titré en français

Date : 7 décembre 18:30

La Maison russe des sciences et de la culture à Paris continue de vous faire découvrir les contes d’Alexandre Pouchkine. Cette fois, vous aurez la possibilité de regarder une adaptation soviétique sur le tsar Saltan.

Amour, calomnie, trahison et miracles... Les héros de Pouchkine sont attendus par de nombreuses aventures, filmées avec talent par le réalisateur soviétique Alexandre Ptouchko.

Le tsar Saltan choisit une fille simple comme épouse, ayant secrètement entendu ses rêves de donner naissance à un héritier-bogatyr. Tout s’est passé comme le couple le souhaitait, mais le mari, qui est en guerre, n’était pas destiné à découvrir la bonne nouvelle – sa femme a été calomniée par des méchants, jetée dans un tonneau et envoyée à l’océan. Une vague jette la mère et son fils sur une île inhabitée. Ici, le jeune tsarévitch sauve un beau cygne des griffes d’un rapace. L’oiseau le remercie et, avec l’aide de la magie, change sa vie...

Projection du film Morozko (1964), en russe sous-titré en français

Date : 15 décembre

Dans le cadre de l’action De Russie avec chaleur, la Maison russe des sciences et de la culture à Paris vous présente un film soviétique basé sur le conte folklorique Morozko réalisé par Alexandre Rou, que les enfants russes regardent encore pendant les soirées d’hiver.

Selon l’intrigue, une méchante belle-mère tente de se débarrasser de la fille de son mari en l’envoyant dans la forêt en hiver. Cependant, la jeune fille est sauvée par un sorcier nommé Morozko. Frappé par son courage, il la récompense également par de généreux cadeaux. Quand la fille rentre à la maison, cela rend sa belle-mère jalouse...

Vous avez sans doute entendu parler des jumelages entre villes et villages russes et français, ce phénomène qui peut semble peu significatif, mais qui, pourtant, contribue lui aussi au renforcement des liens entre les pays. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce processus, inscrivez-vous à la conférence organisée par la Maison russe des sciences et de la culture à Paris.

Téléconférence Russie et France: jumelage et coopération décentralisée

Date : 1er décembre à 15:00

La Maison russe des sciences et de la culture à Paris invite les téléspectateurs à une deuxième réunion en ligne sur les partenariats et les jumelages entre les villes russes et françaises.

Des représentants de municipalités, des diplomates et des associations des deux pays devraient participer à cet événement, qui coïncide avec les anniversaires de plusieurs accords de coopération russo-française.

Les meilleures pratiques et les formes les plus efficaces de coopération interrégionale seront présentées par les chefs d’administration et les représentants d’un certain nombre de grandes villes russes et françaises qui n’ont pas pris part à la première conférence, ainsi que par ceux qui envisagent les perspectives d’une telle coopération.

Des associations russe et française des plus beaux villages ajouteront une saveur et une diversité culturelles à l’événement.

À ce jour, il existe près de 50 partenariats interrégionaux entre les deux pays.

La Maison russe à Paris envisage de poursuivre la série de dialogues directs en ligne entre les villes jumelles russes et françaises, notamment avec les municipalités et communautés qui continuent à soutenir les échanges culturels, scientifiques, techniques, universitaires et de jeunesse en 2022.

La conférence sera organisée sur la plateforme Zoom en russe et en français avec traduction simultanée et communication directe avec les participants. En parallèle, la diffusion en direct pourra être visionnée sur la chaîne YouTube de MRSC à Paris (sans traduction).

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d'interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies