Top 5 des travaux du Russe Lado Kvataniya, réalisateur du clip «Hot Sh*t» de Cardi B

Sylvain Lefevre/Getty Images; Cardi B/YouTube
Lado Kvataniya, un réalisateur russe d'origine ukrainienne et géorgienne, a tourné le clip pour la chanson Hot Sh*t de la chanteuse hip-hop américaine Cardi B, lauréate d'un Grammy, avec Kanye West et Lil Durk. Retour sur d'autres travaux importants de l'un des meilleurs réalisateurs de vidéos musicales de Russie.

Suivez Russia Beyond sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les rappeurs américains Cardi B, Lil Durk et Kanye West ont récemment dévoilé le clip de leur titre Hot Sh*t, qui a déjà accumulé plus de 10 millions de vues sur la chaîne YouTube de Cardi B. La vidéo a été créée par le réalisateur russe d'origine géorgienne et ukrainienne Lado Kvataniya, pour qui il s'agit du premier travail avec des artistes occidentaux. Avant cela, Kvataniya avait œuvré avec certains des artistes les plus en vogue de la scène russophone : le groupe Leningrad, Husky, Delfin, Oxxxymiron, Manizha, Noize MC et d'autres.

« Cette expérience s'apparente à un vol dans l'espace – je suis conscient d'être l'un des rares ayant eu la chance de travailler avec des artistes d'une telle envergure », c'est ainsi que Kvataniya a décrit ses impressions dans une interview accordée à Kommersant.

Il a en outre déclaré que, jusqu'au dernier moment, il ne savait pas qu'il s'agirait d'une collaboration avec des artistes de ce calibre, et qu'il a entendu pour la première fois l'intégralité du morceau de Cardi B directement sur le plateau. « Avant cela, on m'a donné 30 secondes de "Hot Sh*t" à écouter pour le poste, on m'a décrit son caractère, on m'a exposé les grandes lignes de la mission », raconte le réalisateur. Parmi les idées, il y avait même une proposition provocante d'aller tourner à Norilsk (une des villes les plus déprimantes de Russie, dans le Grand Nord sibérien), mais cette option a été rejetée.

Pour Lado Kvataniya, le clip futuriste du titre Hot Sh*t est un projet commercial important. Cependant, cette œuvre se démarque fortement de ses précédents travaux. Auparavant, le réalisateur avait en effet conçu des projets d'auteur, qui se distinguaient par une esthétique post-soviétique sombre : immeubles en panneaux préfabriqués et appartements communautaires dans les clips de Husky, stylistique du cinéma soviétique en noir et blanc dans 387 de Delfin, portraits de Lénine, restaurant routier, etc.

Nous avons décidé de revenir sur les œuvres les plus marquantes de Kvataniya, qui lui ont valu la célébrité et la réputation d'être l'un des meilleurs réalisateurs de vidéos musicales du pays.

Revanche – Husky

Revanche est la bande originale du film de Kirill Serebrennikov, La Fièvre de Petrov, qui a été présenté en première mondiale au Festival de Cannes en 2021. Le clip a été tourné en collaboration avec les acteurs du film et Serebrennikov lui-même, qui y apparaît sous les traits d’un Père Noël sévèrement fatigué.

Selon Lado Kvataniya, cette ambiance de fin d’année alternative et psychédélique est une image de « la façon dont nous vivons, dont nous nous aimons et nous détestons tous dans le même appartement communautaire ». Le clip a été tourné dans un véritable appartement communautaire de la banlieue de Saint-Pétersbourg.

Lire aussi : Rappeurs polyglottes – comment le hip-hop inspire les minorités ethniques en Russie

Fata Morgana – Markul & Oxxxymiron

L'idée qui se cache derrière ce clip est superficielle. C'est un monde post-apocalyptique dans lequel ni l'argent ni les autres signes extérieurs de réussite n'ont plus aucun pouvoir. Le monde vit dans l'attente de la mort par des envahisseurs extraterrestres, et les tentatives de les arrêter avec une bombe artisanale sont probablement vouées à l'échec.

Lado Kvataniya considère cette vidéo de 2017 comme un tournant dans sa carrière : « C'est l'œuvre après laquelle j'ai commencé à recevoir plus d'offres ».

Zoloto (Or) – Leningrad

Une charmante jeune femme est interrogée, soupçonnée d'une série de meurtres : elle aurait séduit puis tué des hommes riches pour de l'or, dont elle se serait littéralement nourrie.

La vidéo d'action, qui met en scène un monstre voleur d'argent déguisé en femme, a été coproduite par Lado Kvataniya avec le réalisateur Ilya Naishuller (créateur du film à la première personne Hardcore Henry et du blockbuster hollywoodien Nobody), qui a produit la vidéo. L'influence de ce dernier est prononcée : il est clairement responsable ici du trash de qualité, de l'abondance de sang et des meurtres brutaux.

387 – Delfin

Kvataniya a réalisé ce qui est sans doute le principal clip du musicien et poète Delfin (Andreï Lyssikov). 387 a été tourné dans le style d'une ancienne dystopie, avec de nombreuses références à l'ère soviétique et à l’une de ses pages les plus tragiques – les répressions politiques. Le clip (ou court-métrage) a été qualifié de l'un des meilleurs de 2018 et de déclaration visuelle des plus fortes.

Bez nazvania (Sans titre) – Maslo Tchiornogo Tmina

Ce n'est pas l'œuvre la plus célèbre de Kvataniya, mais selon lui, la plus significative. Le clip a été tourné dans le pays natal du rappeur, qui se produit sous le pseudonyme Maslo Tchiornogo Tmina (Huile de Thym Noir), au Kazakhstan. L'action se déroule dans un café proposant des chachlyki (brochettes de viande) quelque part au beau milieu de la steppe, qui est une sinistre métaphore d'un purgatoire pour les âmes perdues de ses invités aléatoires. C'est comme si la chanson devenait la toile de fond d'une sorte de rituel-transition mystique.

Dans cet autre article, nous vous partagions la choquante histoire du premier boys band d'URSS, Laskovy maï. 

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d'interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies