Ces artistes russes mis en vente à la Biennale Paris

Galerie Dil/Galerie von Vertes/Galerie Berès
Les artistes d'avant-garde et les modernistes russes sont solidement enracinés sur le marché de l'art occidental.

Du 13 au 17 septembre, le Grand Palais de Paris accueillera l’un des plus célèbres salons d’antiquaires, la Biennale Paris. Sur les stands des soixante-dix galeries participantes, il y aura beaucoup d'artistes russes. En voici quelques-uns.

Devant la fenêtre du quai d'Anjou par Marc Chagall, 1962

Au moment de la création de cette peinture, Chagall se trouvait avec sa famille à Paris et en Europe depuis près de quarante ans. L’artiste avait reçu une reconnaissance bien méritée, notamment sous la forme du Prix Érasme, et était absorbé par des projets monumentaux : deux ans plus tard, son célèbre plafond de l’Opéra Garnier verrait le jour. Néanmoins, le maître prolifique n'a pas abandonné les œuvres de petites dimensions, qui ont eu beaucoup de succès pendant la vie de Chagall - de la fin des années 1950 au milieu des années 1960, il a réalisé un nombre incroyable de natures mortes emblématiques, des vues de villes et, bien sûr, d’amoureux flottant dans les airs.

>>> Observations d’une galeriste: ce que les étrangers pensent de l'art russe

Vue d’une ville avec des cyprès. Sud de la France par Chaïm Soutine, années 1920-30

L'un des représentants les plus brillants de l'école parisienne, résident de la légendaire Ruche et ami proche de Modigliani, est aujourd'hui plus demandé que jamais - les expositions de Soutine, Brancusi et Chagall ont lieu à Paris, Londres, New York et Moscou et les prix de vente aux enchères atteignent 11 millions de dollars – c’est à ce prix qu’a été adjugée LaFemme en rouge par Sotheby’s en mai 2019. Un petit paysage (66 x 51 cm) issu d'une collection privée suisse est estimé plus modestement - à 500 000 euros.

Composition par Nicolas de Staël, 1949

L’année dernière, l’œuvre de l’immigrant russe Nicolas de Staël, Nu debout a trouvé preneur lors d’une vente aux enchères de Christie’s à New York pour 12,1 millions de dollars. L’événement a causé une véritable sensation. Jamais auparavant les peintures d’artistes d’avant-garde n’avaient atteint un tel sommet. La Composition actuelle fait référence à la même période à succès de l'artiste abstrait que le Nu déjà vendu – la charnière des années 1940-1950. En 2010, cette œuvre, qui a participé à une rétrospective de Staël au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia à Madrid, a été vendue par Sotheby’s pour 384 800 euros, qui en demande aujourd’hui 1,3 million d’euros.

>>> Trésors de Chtchoukine: l’étonnant voyage de Monet, Gauguin et Picasso entre la France et la Russie

Composition abstraite par Serge Poliakoff, 1954

En 2008, une collection de Beno et Rosa D'Incelli, galeristes et collectionneurs, comprenant cette œuvre de l'artiste abstrait russe Serge Poliakoff, a été vendue à Paris. Sept ans plus tard, le tableau est réapparu lors d’une vente aux enchères de Christie’s avec une estimation de 100 000 à 150 000 livres sterling et a été vendu pour 158 000 livres sterling. Aujourd'hui, les vendeurs proposent cette œuvre dans des couleurs rouge-bleu-blanc pour 500 000 euros.

La Polaire par Youla Chapoval, 1950

Le nom de Youla Chapoval, originaire de l'URSS, est plus connu en France qu'en Russie. À l'âge de 5 ans, sa famille juive a emmené son fils en Allemagne, puis à Paris, où il a étudié et travaillé pendant la plus grande partie de sa courte vie - à 32 ans, l'artiste déjà reconnu s'est suicidé. L'abstraction La Polaire a été réalisée en 1951, soit un an avant sa mort, et a pris part à sa première rétrospective 13 ans plus tard au Musée d'art moderne de la ville de Paris.

>>> Les dix performances les plus folles d'artistes contemporains russes 

Rue de Rapallo par Vassily Kandinsky, 1906

Cette galerie suisse dont le propriétaire est russe participe à de nombreuses foires européennes, mais elle est présente pour la première fois à la Biennale Paris. Le portfolio de la galerie est très diversifié - il propose des maîtres anciens, des modernistes et des avant-gardes russes issus de collections privées, généralement suisses. C'est ce qui s'est passé cette fois aussi : sur le stand, au côté d’un maniériste anversois du XVIe siècle figurera l'inventeur de l'abstraction russe, Vassily Kandinsky. Ce modeste paysage italien réalisé par l’artiste encore jeune espère trouver preneur pour 1,5 million d’euros.

Vous êtes à la Galerie Tretiakov et vous n’avez qu’une heure ? Voici les dix œuvres à ne surtout pas rater.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies