Le Bolchoï dévoile ses projets pour la saison 2015/2016

Crédit : Vladimir Astapkovitch / TASS

Crédit : Vladimir Astapkovitch / TASS

Les spectateurs seront attendus pour des premières de Rimas Tuminas, Timofeï Kouliabine – dont la mise en scène de l’opéra Tannhäuser a suscité un vrai scandale en Russie –, Peter Stein, Richard Jones et John Neumeier.

Vladimir Ourine, le directeur général du Bolchoï, et Tougan Sokhiyev, le directeur musical du prestigieux théâtre, ont récemment évoqué lors d’une conférence de presse les projets de leur établissement pour la saison 2015/2016.

Au mois d’octobre, la scène historique proposera à ses spectateurs dans un même « bloc » une suite du ballet Casse-Noisette et l’opéra Iolanta de Piotr Tchaïkovski. L’Opéra de Paris a d’ores et déjà annoncé pour le printemps 2016 la première de Casse-Noisette et d’Iolanta mis en scène par Dmitri Tcherniakov, mais Moscou devancera Paris.

La suite du ballet a été composée par le directeur musical du projet, Vladimir Fedosseïev, tandis que la mise en scène sera réalisée par le célèbre Sergueï Jenovatch.

Au mois de décembre, la Nouvelle scène présentera un phénomène rare sur la scène du Bolchoï, un opéra baroque, coproduit avec l’English National Opera (ENO) : Rodelinda de Georg Friedrich Haendel, déjà applaudi à Londres, sera réalisé par une équipe britannique composée du chef d’orchestre Christopher Moolde et du metteur en scène Richard Jones.

En février viendra le tour de Katerina Izmaïlova : l’une des dernières versions de l’opéra de Chostakovitch sera mise en scène par un autre maître du monde théâtral, Rimas Tuminas.

Avril verra arriver sur la Nouvelle scène l’opéra bouffe Don Pasquale de Gaetano Donizetti présenté par l’équipe de jeunes du Bolchoï sous la direction musicale du Polonais Michal Klauza et mis en scène par Timofeï Kouliabine, qui a promis que l’action se déroulerait de nos jours.

La saison prendra fin avec La Damnation de Faust d’Hector Berlioz, « légende dramatique en quatre parties » mise en scène par l’Allemand Peter Stein sous la direction musicale de Tougan Sokhiyev.

Le ballet aura droit aussi à sa part de scoops, notamment un trio de ballets modernes comme le veut la position de principe de Vladimir Ourine.

Toutefois, il est difficile de qualifier ces représentations d’expérimentales : à la Symphonie de psaumes du classique Jiri Kylian viendront s’ajouter les Variations sur un thème de Frank Bridge de Benjamin Britten chorégraphiées par Hans van Manen, ainsi que le ballet Très peu de temps ensemble de Max Richter mis en scène par Paul Lightfoot et Sol Leon.

Cette soirée est un hommage à la chorégraphie néerlandaise : tous les célèbres auteurs sont originaires du grand Nederlands Dans Theater.

En fin de saison, les spectateurs pourront assister à une grande première mondiale de la chorégraphie russe : en juin 2016, le ballet en trois actes Ondine de Hanz Werber Henze sera mis en scène d’après son propre livret par Viatcheslav Samodourov, directeur artistique des Ballets d’Ekaterinbourg et plusieurs fois lauréat du Masque d’Or.

La conférence de presse a aussi été l’occasion de lever le voile sur les mystères de la saison 2016/2017 : John Neumeier a promis de mettre en scène un nouveau ballet pour le Bolchoï, tandis que Youri Grigorovitch prévoit de faire renaître ses anciennes créations à l’occasion de son 90ème anniversaire.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.