Le film à scandale The Interview pourrait être interdit en Russie

Scène du film The Interview. Crédit photo : kinopoisk.ru

Scène du film The Interview. Crédit photo : kinopoisk.ru

L'ambassade nord-coréenne à Moscou et plusieurs hommes d'État russes se sont prononcés contre la diffusion du film.

Les autorités nord-coréennes considèrent que le film américain The Interview représente une « œuvre cinématographique dangereuse qui justifie et encourage le terrorisme », a annoncé la représentation diplomatique nord-coréenne en Russie.

« La diffusion de long-métrage doit être interdite dans n'importe quel pays. D'autant plus, il est difficile d'imaginer que dans un pays amical et civilisé, telle la Russie, l'on présente un film sur l'attentat contre le dirigeant d'un État souverain », souligne l'ambassade dans un communiqué.

Selon les diplomates nord-coréens, le tournage d'un tel film reflète « l'immaturité des mœurs et une bassesse morale » des États-Unis.

Le 25 décembre, le ministère russe des Affaires étrangères et le représentant spécial du président russe pour la coopération culturelle internationale Mikhaïl Chvydkoï se sont prononcés contre la diffusion du film à scandale dans les salles obscures du pays. M. Chvydkoï a souligné que la Russie et la Corée du Nord étaient « liées par des relations historiques », précisant qu'il n'était pas dans la tradition des Russes d'offenser les leaders des autres pays.

La veille de cette déclaration, le film en question avait fait apparition sur des sites de torrent russes. Les cinémas légaux, y compris ceux en ligne, affirment n'avoir jusqu'à l'heure reçu aucune proposition de la part de la compagnie Sony Pictures, détentrice des droits de diffusion du film. Ils reconnaissent toutefois que The Interview suscite un intérêt en Russie.

La représentation de Sony Pictures en Russie a fait de son côté savoir que le « film ne sortira pas sur les grands écrans le 29 janvier comme il était initialement prévu », ajoutant que la nouvelle date serait communiquée ultérieurement.

Le 18 décembre 2014, peu avant la première du long-métrage à New York, la compagnie Sony Pictures avait reçu des menaces. Des anonymes ont promis de perpétrer un attentat pendant la séance. En conséquence la diffusion a été annulée et les grands cinémas américains ont refusé de projeter The Interview. Toutefois, des fragments du film montrant la scène de l’assassinat de Kim Jong-un ont commencé à circuler sur la toile : des matériaux du film ont été volés par des hackers lors de la cyberattaque contre Sony Pictures survenue fin novembre.

La première officielle aux États-Unis n’a eu lieu que le 25 décembre. La projection s'est déroulée dans plus de 300 cinémas indépendants. Le FBI a promis de renforcer la sécurité dans les salles diffusant ce film en période de Noël.

James Franco (connu pour ses rôles dans Spider-man et Harvey Milk) et Seth Rogen (The green hornet) tiennent les deux rôles principaux dans ce film controversé. Selon le scénario, deux présentateurs télé reçoivent la possibilité d’interviewer le leader nord-coréen Kim Jong-un. La CIA leur demande alors d'en profiter pour l'assassiner.

Source : RIA Novosti, Lenta.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.