La météorite de Tchéliabinsk réveille l'imagination de ses habitants

Pendant les premières semaines suivant la chute du météore, les entrepreneurs se sont activés pour déposer des marques comme « météorite de Tcheliabinsk », « météorite de l'Oural », « météorite de Tchebarkoul » et « météorite mystérieuse ». Crédit : RIA Novosti

Pendant les premières semaines suivant la chute du météore, les entrepreneurs se sont activés pour déposer des marques comme « météorite de Tcheliabinsk », « météorite de l'Oural », « météorite de Tchebarkoul » et « météorite mystérieuse ». Crédit : RIA Novosti

Le vendeur-décorateur Albert Rastiapine vient de terminer un triptyque de quatre mètres dédié à la chute de la météorite de Tcheliabinsk. Tombée il y a un an et demi dans les environs de cette ville de l'Oural, elle continue d'inspirer les Russes. Et le tourisme autour de ce météore a boosté l'attractivité de l'oblast de Tcheliabinsk.

Le 15 février 2013, le monde entier découvrait l'existence d'un petit village de l'Oural, Tchebarkoul (dans l'oblast de Tcheliabinsk, à 1 700 km de Moscou), à quelques kilomètres duquel se situe le lac du même nom et où est tombé un superbolide : le plus grand des corps célestes connus tombés sur Terre après la légendaire météorite de Tougounska. Cette roche cosmique a réveillé l'imagination des habitants.

« C'est bien qu'elle soit tombée chez nous, et pas au Kazakhstan ! », jubilaient les habitants de Tcheliabinsk, une fois passé le premier choc. A Tchebarkoul a été érigé un monument en mémoire de la météorite et un parc d'attractions « extrême ». Certains proposent même d'insérer l'image de la météorite dans le blason de la région.

Un triptyque, un film fantastique et un compte Twitter 

Les principaux héros du triptyque de quatre mètres réalisé par le vendeur-décorateur Albert Rastiapine, un habitant de Tcheliabinsk, sont les habitants de la ville au moment de l'incident. Raptiapine les a représentés avec une dizaine des ses connaissances. Sur la peinture on peut ainsi retrouver des sauveteurs courageux, des personnes blessées par les fenêtres brisées, des témoins munis de leur téléphone, un homme s'enfuyant de sa maison à demi-nu, réveillé par la météorite. L'artiste a réalisé cette toile en un an, pendant son temps libre, souvent jusque tard dans la nuit.

Cette année, un petit groupe de passionnés du studio moscovite SC-Art a commencé le tournage d'un thriller fantastique sur la chute de la célèbre météorite. Ce long-métrage à petit budget racontera une version alternative de ce qui s'est passé il y a un an et demi, le jour de la chute du superbolide.

Des utilisateurs ont également créé un compte Twitter au nom du météore, @Che_meteorit, quelques heures seulement après le fameux événement. « J'ai explosé. Suis tombé dans l'Oural. Allongé », dit le premier message. Aujourd'hui la météorite de Tcheliabinsk continue d'alimenter son blog, et a déjà 1035 abonnés.

La chute de la météorite a également inspiré à Matvei Grevtsov, un écolier de 14 ans, des solutions au problème des sources alternatives d'électricité. Avec ce projet, il a même atteint la finale du concours international de Google « La science en action ». Après la chute de la météorite, un puissant courant d'air a brisé de nombreuses fenêtres et le garçon a imaginé que cette pression extraordinaire pourrait être utilisée pour produire de l'électricité. 

Un parfum « fragrance météorite », une marque commericale et des excursions

Pendant les premières semaines suivant la chute du météore, les entrepreneurs se sont activés pour déposer des marques comme « météorite de Tcheliabinsk », « météorite de l'Oural », « météorite de Tchebarkoul » et « météorite mystérieuse ». Les commerçants ont également décidé de récupérer le filon et ont utilisé la symbolique de la météorite sur les confiseries et produits boulangers, les articles de papeterie, le café et le thé. Le travail battait son plein en suivant cette formule.

Un entrepreneur de Tchebarkoul a même créé une gamme de parfums associés à la météorite. Les autorités locales ont soutenu l'idée et ony même offert au commerçant un morceau de la météorite afin qu'il puisse « récupérer » son odeur. L'homme voulait créer un arôme qui serait associé à la capacité des gens à survivre à toute catastrophe. Sur l'emballage du parfum est dessiné le lac où est tombée la météorite.

Et bien sûr, le tourisme a prospéré dans les environs. Si Tchebarkoul attirait jusque-là les touristes comme « la terre des Cosaques d'Orenbourg », elle a brusquement changé son orientation vers la météorite. « Les étrangers ont des requêtes très différentes : des visites individuelles sur les lieux de la chute jusqu'aux groupes de quarante-huit personnes. Les Japonais ont jusqu'ici témoigné un intérêt très fort, mais les Russes n'ont pas encore exprimé leur désir de suivre une telle excursion », témoigne la propriétaire de l'agence touristique Akbest Tour à Tcheliabinsk, Marina Alexeeva, dans une interview à RIA Novosti.

Toute une infrastructure liée à l'astéroïde

Les fonctionnaires ne sont pas en reste. L'administration de l'oblast de Tchaliabinsk a sorti des souvenirs en forme de météorite et ont formulé une requête devant Rospatent (l'Institut fédéral de la propriété industrielle) pour la marque « Tcheliabinsk, capitale météorique de Russie ».

A Tchebarkoul, non loin de là où la majorité des scientifiques ont identifié le lieu de chute de ce corps étranger, a été constituée une commission municipale sur l'attribution au territoire d'une « image de marque » liée à la météorite. « Maintenant, il ne faut pas manquer cette opportunité et tout faire correctement », a écrit le maire de Tchebarkoul, Andreï Orlov, un ancien homme d'affaires, cinq jours après la chute de la météorite. « Dans les environs on compte des dizaines de sanatoriums, dont les clients peuvent profiter d'une excursion sur les lieux de la chute. Alors, vous avez des idées ? Pour la meilleure proposition je suis prêt à offrir un morceau de la météorite », a proposé le maire sur son blog. Avec plusieurs autres enthousiastes, il a plongé dans le lac de Tchebarkoul, un jour après la chute du météore.

Et vous qu'en pensez-vous ? Donnez-nous votre avis en tweetant @rbth_fr #météorite #Tcheliabinsk

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.