Cinq événements culturels à Moscou du 27 janvier au 2 février

Crédit : service de presse

Crédit : service de presse

De passage à Moscou ? La Russie d'Aujourd'hui vous propose chaque semaine une sélection d'événements culturels à ne pas manquer.

Lundi 27 janvier

Le nouveau projet de Pepperstein porte sur la réalité politique. Crédit : service de presse

La galerie « Regina » du centre d’art contemporain Winzavod accueillera l’exposition de Pavel Pepperstein – « Sviataia Politika » (La Sainte Politique). Pepperstein est connu du public grâce au légendaire groupe artistique des années 80 « L’herméneutique médicale » et au best-seller L’amour mythogénique des castes. Ses œuvres ont été exposées au musée du Louvre et à la Galerie Tretiakov, ainsi que lors de la Biennale de Venise et de São Paulo. Le nouveau projet de Pepperstein (10 tableaux peinture et quelques œuvres graphiques) porte sur la réalité politique – du mythe d’un pouvoir puissant aux nuances de la construction urbaine. Tout cela de manière ludique et avec des inscriptions amusantes. Par exemple : « De nos jours aucune décision politique n’est possible sans qu’elles soient contrôlées par des extraterrestres ».

Lundi 27 Janvier

La 7ème symphonie de Chostakovitch par Valery Guergiev. Source : Youtube

Saint-Pétersbourg fête son 70e anniversaire depuis la levée du blocus. Le siège de Léningrad (la ville de Saint-Pétersbourg aujourd’hui) est un des épisodes les plus tragiques de la Seconde Guerre mondiale en Russie. Pendant 872 jours, du 8 septembre 1941 au 27 janvier 1944, la ville était coupée du reste de la Russie, de la « grande terre ». Il n’y avait pas de nourriture. Pendant le siège de la ville, 632 253 personnes sont mortes de famine. Les expositions, les concerts, les projections de films ont été préparés pour cette date anniversaire. L’histoire du blocus sera relatée sur la façade de l’Etat-major général en format 3D : les sirènes de raids aériens, les bombardements, les batailles pour la libération de la ville. Il y aura une exposition sur la technique militaire, les armes et les obstacles anti-chars. A 19h, le Nevski Prospekt s’illuminera par des milliers de bougies et retentira le feu d’artifice de la Victoire de Léningrad. Le Musée de la poupée accueillera l’exposition des jouets des enfants pendant le blocus. L’orchestre du Théâtre Mariinsky, sous la direction du maestro Valery Guerguiev, jouera la symphonie de Léningrad de Dmitri Chostakovitch, dans la Grande Salle de la Philharmonie, tandis qu’au Théâtre Mariinsky même se produiront les chansons des années de guerre.

Mardi 28 janvier

Crédit : service de presse

Le 28 janvier, dans la salle d’exposition le Nouveau Manège, débutera l’exposition « Anatoly Zverev. Au pas de la porte du nouveau musée ». Zverev est un artiste légendaire anticonformiste du milieu du XXe siècle, presque autodidacte, expressionniste tout en couleurs, et un excellent dessinateur. Zverev dessinait beaucoup et rapidement. Après sa mort en 1986, il a laissé plus de 30 000 œuvres. Le temps que dure la conception et la construction du Musée de Zverev, nous avons l’occasion de voir les 300 œuvres du maître datant de 1957 à 1960. L’exposition comprend également des tableaux qui n’ont encore jamais été exposés. Et en plus, une installation multimédia : Zverev a créé tellement de genres différents, que toutes ses oeuvres recueillies ensemble forment un espace entier qui vit de ses propres lois.

Jeudi 30 janvier

Source : service de presse

Dans le GUM de Moscou (Glavny Ouniversalny Magazine, les grands magasins), ouvre ses portes l’exposition d’art réaliste soviétique, consacrée au thème du sport. Tout récemment, ces tableaux ont été montrés à Londres, par la maison de vente aux enchères Sotheby’s. Parmi les artistes : Deïneka, Pimenov, Zagrekov, Poutiline et bien d’autres peintres. En février, leurs œuvres seront exposées à l’Institut de l’Art Réaliste de Moscou.

Vendredi 31 janvier

Métamorphoses de Strannie Igry, 1985. Source : Youtube

Au Manifest, le club de Moscou, aura lieu un concert-retrouvailles du légendaire groupe rock Strannie Igry, les rock stars du Léningrad des années 80. Ce sont les premiers musiciens russes qui ont commencé à jouer la musique jamaïcaine ska, sérieusement et conceptuellement. Ce qui les a rendu célèbres. Ils composaient leurs chansons d’après les poèmes de poètes surréalistes français. Cela fait plusieurs années que le groupe d’existe plus. Le groupe s’est défait il y a 28 ans. Durant ces années, la plupart des musiciens ont joué pour des projets indépendants et intéressants tels que « Avia », « Igry », NOM, Deaudushki.

 

Et vous avez-vous déjà prévu quelque chose pour la semaine prochaine ? Partagez vos projets en tweetant @larussie #loisir


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.