Cinq événements culturels pour la semaine du 13 au 19 janvier

Le Crocus City Hall de Moscou accueille un concert de Pelagueya (sur la photo). Crédit : RIA Novosti

Le Crocus City Hall de Moscou accueille un concert de Pelagueya (sur la photo). Crédit : RIA Novosti

Une tournée du Kolyada-théâtre, des concerts de musiques d'opéra et de chansons folkloriques, une expédition pour sauver des aventuriers du pôle et un artiste russe d'Odessa.

Lundi 13 janvier

Le Crocus City Hall de Moscou accueille un concert de Pelagueya, une des chanteuses de folklore russe les plus intéressantes et célèbres. Elle est montée sur scène pour la première fois à quatorze ans. Depuis, elle se produit régulièrement. Elle mêle avec succès le répertoire folklorique de diverses régions russes et des arrangements rock. Pelagueya est une chanteuse remarquable de la scène russe. Beaucoup de chansons, lorsqu'elle les interprète, rejoignent la dizaine d'airs connus collectivement par le grand public sans qu'il s'en rende compte. Ainsi, la chanson cosaque Lioubo mes frères, lioubo, chantée par Pelagueya à neuf ans, est devenue l'hymne non officiel des soldats russes pendant la seconde guerre de Tchétchénie. Les chaînes de télévision plébiscitent les représentations de Pelagueya, témoignant de son statut de chanteuse favorite capable d'exprimer la conscience populaire.

Lundi 13 janvier

Le musée flottant Krassine a été construit en 1917. Crédit : Lori / Legion Media

Saint-Pétersbourg compte plusieurs musées flottants. Outre le croiseur Aurore, à partir duquel la révolution de 1917 a commencé, il y a un autre musée étonnant : le brise-glace Krassine. Il a été construit lors de cette même année 1917, l'année du symbolique tir à blanc du croiseur Aurore sur le Palais d'hiver et de l'annonce au monde entier par un opérateur de radio qu'un nouveau gouvernement soviétique était créé. Le brise-glace Krassine a longtemps été le porte-étendard des recherches soviétiques dans l'océan glacial arctique. C'est un brise-glace d'une grande longévité : son dernier voyage s'est déroulé en 1998.

Le musée propose actuellement aux visiteurs une exposition sur la célèbre expédition de sauvetage de 1928, qui a été suivie par le monde entier. L'explorateur Umberto Nobile et son équipage de 16 personnes s'étaient alors lancés vers le Pôle Nord dans un dirigeable. Sur le chemin du retour l'appareil s'est écrasé. Plusieurs personnes sont mortes, et le reste des aventuriers a monté un campement sur la banquise et attendu pendant un mois l'arrivée du Krassine venu à la rescousse.

Mercredi 15 janvier

Le Kolyada-théâtre est un invité de choix en France et en Pologne. Source : service de presse

Le centre théâtral du boulevard Strastnoï à Moscou propose une série de représentations de la troupe d'Ekaterinbourg Kolyada-théâtre. Ce théâtre de chambre a été fondé par l'un des meilleurs dramaturges russes, Nikolaï Kolyada.  Ses pièces sont présentées dans toute la Russie et à l'étranger. Nikolaï Kolyada est aussi célèbre en tant que metteur en scène original et avant-gardiste. A partir d'un budget misérable, avec des lumières, des décors et des costumes réalisés par des amateurs à partir d'objets de récupération ou achetés sur des marchés aux puces, il est capable de créer des contes mythiques grandioses. Au travers de rituels, d'une symbolique et de représentations poétiques, il transformes les pièces classiques – Shakespeare, Tchekhov, Pouchkine, Gogol – jusqu'à ce qu'on ne les reconnaisse plus. Et il mène le spectateur à la catharsis d'une main sûre. Le Kolyada-théâtre est un invité de choix en France et en Pologne. Il est devenu impossible de se procurer des billets pour les séances proposées désormais chaque année à Moscou.

Dans le cadre de cette tournée, le Kolyada-théâtre produira la majorité des spectacles de son répertoire : Hamlet de Shakespeare, La Cerisaie de Tchekhov, Boris Godounov de Pouchkine, La Mascarade de Lermontov, Les âmes mortes, Le Révizor et Hyménée de Gogol, Arlequin valet de deux maîtres de Goldoni, Un tramway nommé désir de Tennessee Williams et d'autres encore.

Jeudi 16 janvier

Maria Jekova chante Verdi

La maison internationale de musique de Moscou accueille un concert de musiques d'opéra Voix de Bulgarie. Maria Jekova, Alexandre Nosikov, Plamen Beïkov, Ivaïlo Djourov seront accompagnés de l'orchestre harmonique gouvernemental de Russie. Ils interpréteront des airs issus d'opéras de Verdi, de Rossini, de Bizet, de Saint-Saëns, de Glinka, de Rachmaninov, de Rimski-Korsakov, ainsi que des romances de compositeurs russes. La mezzo-soprano Jekova, les basses Nosikov, Beïkov et Djourov ont suivi une partie de leur formation en Europe et ils sont demandés sur les meilleures scènes mondiales. Ce concert est une sorte de compte-rendu créatif donnant la possibilité aux amateurs d'opéra de goûter un peu aux couleurs balkaniques avant de se délecter à nouveau de célèbres œuvres vocales classiques.

Samedi 18 janvier

Russ Karablin « Traficante ». Source : service de presse

Une exposition de l'artiste américain Russ Karablin s'ouvre à la galerie moscovite Triumph. Cet artiste russophone est né à Odessa (une ville du sud de l'Ukraine). Aux Etats-Unis où il réside et travaille depuis de nombreuses années, son œuvre gagne rapidement en popularité. C'est un peintre au bord de la crise de nerfs, faisant bouger avec ses toiles les frontières de l'expression picturale acceptable. Ainsi, l'une de ses peintures représente un capot de voiture couvert de quatre têtes humaines coupées.

 

Et vous avez-vous déjà prévu quelque chose pour la semaine prochaine ? Partagez vos projets en tweetant @larussie #loisir


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.