Forum culturel international de Saint-Pétersbourg : on y croit !

Le Forum a montré l’ambition de promouvoir l’art contemporain et d’attirer le public vers les nouvelles formes artistiques. Source : culturalforumspb.org

Le Forum a montré l’ambition de promouvoir l’art contemporain et d’attirer le public vers les nouvelles formes artistiques. Source : culturalforumspb.org

Du 2 au 4 décembre s’est tenu à Saint-Pétersbourg le IIè Forum culturel international réunissant des hauts représentants politiques et les acteurs incontournables de la vie culturelle russe et mondiale. Objectif : « poser les jalons d’une politique culturelle unifiée et tracer ensemble les grandes lignes pour l’année 2014, proclamée par le président Poutine comme l’Année de la culture en Russie », a annoncé le ministre de la Culture, Vladimir Medinski.

3 jours, plus de 30 hauts lieux culturels, 2500 participants, réunis en assemblées, tables rondes, conférences, autour de 11 disciplines majeures : théâtre, cirque, musique, cinéma, littérature, art contemporain, art traditionnel et folklore, espace muséal et expositions, bibliothèques, politique culturelle et enseignement artistique.

Pour cette deuxième édition, le Forum n’en est qu’à ces balbutiements mais la spontanéité et l’implication des intervenants annoncent les prémisses d’une grande aventure. « C’est une chance inouïe de voir autant de professionnels réunis autour d’une réflexion commune sur la culture », se réjouit le vice Premier ministre russe, Olga Golovets.

Lors de la séance plénière, les intervenants, tout en mettant l’accent chacun sur sa discipline, ont trouvé un dénominateur commun : la nécessité d’établir une politique culturelle nationale unifiée qui passe avant tout par :

- La valorisation du patrimoine culturel (défense de la langue russe et des arts traditionnels et folkloriques)

- L’accès à la culture dans les régions (relance des tournées théâtrales, ouverture des cinémathèques et bibliothèques dans les petites villes)

- La modernisation des institutions (informatisation des bibliothèques et des archives, création de centres multimédia, rénovation des espaces)

- L’amélioration de l’éducation artistique (gratuité de l’enseignement supérieur ans le domaine culturel, atelier pour soutenir la création)

- Et surtout la nécessité d’une réforme de la législation

Alexandre Sokourov, réalisateur émerite, dans un discours virulent, soutenu par Fiodor Bondartchouk, Lev Dodine, Slava Polounine et d’autres personnalités a particulièrement insisté sur ce point en faisant appel au gouvernement pour une prise de mesures rapide : « Il faut une révision générale ! La législation actuelle entrave le processus créatif. Certaines lois absurdes sont adoptées alors que les tournages de films, la réalisation de projets artistiques ou l’obtention de soutiens financiers sont freinés par les imbroglios bureaucratiques. Nous avons besoin d’un cadre juridique adapté pour travailler ».  Boris Piotrovski, directeur de l’Ermitage, a aussi soulevé la question des financements privés avec une table ronde consacrée au mécénat. Nikita Mikhalkov, réalisateur et producteur, a toutefois rappelé la nécessité « d’une réelle volonté politique de l’Etat, sans quoi nos efforts resteront vains ».

Par ailleurs, le Forum a montré l’ambition de promouvoir l’art contemporain et d’attirer le public vers les nouvelles formes artistiques (conférence sur les musées virtuels, ouverture de la Biennale du design des musées, dialogue au niveau international autour des nouvelles formes d’exposition avec Manifesta 10 présentée à l’Ermitage).

L’accent a été également mis sur l’Importance du développement de la coopération culturelle internationale. Illustrée par la réussite de l’Union des théâtres de l’Europe, créée en 1990, qui regroupe une vingtaine de théâtres dans plus de 18 pays et qui donnent lieu à des échanges et des collaborations régulières. Patrick Sommier, directeur du théâtre MC93 de Bobigny, invité du forum, a témoigné de la collaboration prolifique depuis quelques années avec Lev Dodine, du Maly drama theatre.

Slava Polounine Source : culturalforumspb.org

Mais l’exemple le plus flagrant d’un dynamisme qui devrait être contagieux, est le cirque, représenté pour la première fois comme discipline à part entière, mu par l’énergie hors du commun du clown Slava Polounine, fier de ce que « la culture revient enfin vers le peuple ». Une multitude de projets sur le point de se réaliser : association internationale des arts de la rue et du cirque ; Ecole de cirque nationale ; reconstruction et la modernisation du Cirque d’Etat de Saint-Pétersbourg, dont il a récemment été nommé directeur ; cirque social (art thérapie) travaillant avec les hôpitaux, les prisons ; échange artistique avec la France. Valérie Fratellini (Académie Fratellini) et Guy Carrara (cirque contemporain Archaos), invités français dans le cadre du Forum, ne cachent pas leur optimisme : « La Russie a un potentiel artistique énorme et Slava est capable de fédérer tout cela. Cela rappelle le renouveau des arts du cirque en France, il y a plus de 20 ans et qui a donné de beaux résultats avec aujourd’hui plus de 600 compagnies de cirque et deux écoles nationales ».

Pour Guéorgui Poltavtchenko, gouverneur de Saint-Pétersbourg, initiateur de ce Forum culturel : « Cet événement est destiné à avoir la même résonnance que le Forum économique ». Une belle chance pour Saint-Pétersbourg, traînant ces derniers temps l’image d’une ville assez figée pour ne pas dire rétrograde en matière de culture, de redorer son blason et reconquérir sa place de capitale culturelle internationale.

L’année prochaine, le III è Forum culturel international aura lieu du 8 au 10 décembre 2014 et coïncidera avec la célébration des 250 ans de l’Ermitage. Reste à espérer que d’ici là, l’Année de la culture aura été riche en avancées concrètes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.