Les Russes en accord avec leur corps

Crédit photo : PhotoXpress

Crédit photo : PhotoXpress

Récemment, l’acte de protestation de l’artiste Piotr Pavlenski, qui s’est cloué les testicules sur les pavés de la Place rouge, a provoqué de vives réactions parmi la population, non pas tant pour des raisons politiques que parce qu’il a porté atteinte à son corps. Car malgré leur réputation de gens bourrus, les Russes s’avèrent plutôt à l’écoute de leur corps et préoccupés par leur physique.

Dmitri Gorelychev, directeur artistique et professeur au Club du dessin rapide

Depuis sa création, plus de 100 personnes sont venues poser nues pour notre Club du dessin rapide. Nous avons eu des modèles très différents, de par leur âge, constitution, profession, nationalité.

Nous avons eu des noirs et même un Colombien, et je n’ai pas remarqué de différence flagrante dans leur relation au corps par rapport aux Russes. La plupart viennent s’essayer dans un nouvel emploi, se sentir partie intégrante d’un processus artistique, regarder leur image vue par les dessinateurs.

Il y a plus de femmes qui viennent poser. Pour elles, c’est plus naturel. Elles aiment plaire, être au centre de l’attention. Les hommes sont plus timides ou alors au contraire ont une attitude exagérée. J’ai remarqué qu’après les séances, les hommes regardent plus attentivement les dessins, alors que pour les filles, le résultat reste secondaire.

Pavel Evdokimenko, médecin rhumatologue

Mes patients sont très différents. Certains sont un peu maniaques, ils commencent à se soigner dès le moindre signe, d’autres sont complètement irresponsables et ne sont pas à l’écoute de leur corps. D’ailleurs, j’ai remarqué ça souvent chez mes patients étrangers.

Alexandre Grigorevskiy, professeur de danse

Les Russes font beaucoup plus attention à leur physique que les Européennes ou les Américaines. C’est un cliché de penser que les Russes consacrent moins de temps que les autres à leur corps et à leur apparence. Il n’y a qu’à voir le nombre de clubs de sport, de danse, de salles de fitness et de salons de beauté qui ne cesse de croître.

Maria Sbytova, photographe

Les Russes passent facilement d’un extrême à l’autre : ou bien ils ignorent totalement leur corps ou ils en font un « sapin de Noël » qu’ils ne cessent de décorer, d’améliorer, de colorer et couvrir de paillettes. Souvent jusqu’à l’absurde.

Par exemple, les Russes adorent les chaussures à talon. Le désir de séduire passe bien avant le souci du bien-être. Par contre les hommes ont tendance à croire que trop s’occuper de son physique n’est pas une affaire de mec. Une douche, un tee-shirt propre et c’est parti.

Mais ni les uns ni les autres ne sont à l’aise. Ils ont peur de l’objectif, car ils ne se trouvent pas photogéniques.

Irina Kolesnikova, artiste photographe

Chaque personne à un rapport individuel à son corps, mais il y une constante : plus une femme est jolie, plus elle est complexée. C’est pourquoi, les personnes les plus belles sont aussi les plus difficiles à photographier, elles sont trop perfectionnistes. La beauté physique dépend beaucoup de l’état intérieur de la personne.

La photo de nu a souvent un effet thérapeutique. Cela permet de prendre confiance en soi, de se sentir beau. Après cette expérience, certains changent radicalement de vie, d’autres sont impressionnés pour une semaine.

Chacun à sa raison de venir, mais la plupart viennent pour faire ressortir sa beauté, se débarrasser de ses complexes, certains pour se faire plaisir et cultiver leur orgueil.

Cet été, j’ai fait des ateliers en Europe et je peux vous assurer qu’on se ressemble beaucoup sur ce point.

Egor Kourdello, réalisateur, photographe de mode

Dans le cadre de mon travail, j’ai souvent l’occasion de voir des filles nues, d’observer leur corps et la manière dont elles le « vendent ». Il y a encore trois ans, les filles posaient nues volontiers, ça les amusait. Aujourd’hui, la situation a changé, aussi bien en Russie qu’en Europe.

Maintenant les photos de nu, c’est mal vu, c’est honteux. Sauf si c’est pour une couverture et que c’est très bien payé, alors au contraire c’est une réussite. Le corps devient de plus en plus une marchandise, un objet de manipulation, pour les femmes comme pour les hommes.

Pour ce qui est de la différence entre la Russie et l’Europe, les Russes prennent davantage soin d’elles. Une fille russe emmène toujours avec elle en voyage une valise de produits de beauté.

En Europe, il n’y a pas ça. J’ai eu à faire plusieurs fois à des Espagnoles qui venaient à une séance photo pour de la lingerie très naturelles et elles se vexaient quand on leur demandait de se préparer un peu mieux.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.