La linguistique accompagne la mondialisation

Dmitri Petrov Crédit : PhotoXPress

Dmitri Petrov Crédit : PhotoXPress

Le célèbre polyglotte, traducteur, psycholinguiste et animateur télé Dmitri Petrov s’interroge sur les raisons d’apprendre la langue russe.

La Russie d'Aujourd'hui: Expliquez-nous quel rôle joue la psychologie dans l’apprentissage d’une nouvelle langue ?

Dmitri Petrov : L’apprentissage d’une langue, c’est à la fois de la psychologie et des mathématiques. Dans une langue, les mathématiques correspondent à l’ensemble des algorithmes de base et la psychologie c’est l’élimination des barrières, un sentiment de confort, de liberté et de plaisir. Beaucoup d’étudiants ont une peur panique de faire une erreur. C’est souvent un obstacle plus sérieux que les difficultés objectives liées à l’assimilation de nouvelles informations.

La Russie d'Aujourd'hui : quelles peuvent êtres les raisons poussant des personnes à apprendre la langue russe ?

Dmitri Petrov : J’ai de l’expérience en tant qu’enseignant de langue russe pour les diplomates étrangers et des hommes d’affaires de différents pays. Dans le cas de ces personnes, leur motivation est claire : ils ont besoin de parler la langue pour leur travail. Ce sont des gens pour qui la carrière ou les affaires sont la chose la plus importante dans leur vie. Dans ce cas, ils ont obtenu une opportunité de développement en Russie. Mais il arrive souvent que des personnes n’ayant jamais visité notre pays s’intéressent à la langue russe. Dans cette situation, en règle générale, il s’agit d’un intérêt pour la culture russe et c’est à travers le prisme de la culture qu’ils s’intéressent à la langue.

Par ailleurs, de nombreux étrangers sont agréablement surpris par le dynamisme et le côté relativement accessible de la vie culturelle en Russie. Ils découvrent qu’il y a une foule d’endroits intéressants dans ce pays en plus du Kremlin de Moscou et de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg et se demandent à juste titre pourquoi la Russie ne développe pas plus activement le tourisme sur son territoire.

La Russie d'Aujourd'hui : Parmi les étrangers circule depuis longtemps un stéréotype affirmant que la langue russe est terriblement difficile à apprendre, est-ce vrai ?

Dmitri Petrov : Au cours de l’apprentissage de chaque langue, l’étudiant doit prendre conscience de ses avantages et de sa richesse. Oui, il y a en russe un système de déclinaisons, mais il n’y a pas d’articles. Dans la langue russe, il y a un système de conjugaison, mais il y a en russe beaucoup moins de temps différents que par exemple, en anglais. La langue russe est basée sur l’alphabet cyrillique, mais l’orthographe est beaucoup moins différente de la phonétique que dans bien d’autres langues européennes. Autrement dit, pour chaque point négatif, il y a aussi un plus, c’est avec cela qu’il faut commencer !

La Russie d'Aujourd'hui : Y-a-t-il certaines méthodes pour faciliter l’apprentissage de la langue russe ?

Dmitri Petrov : Il est très important d’apprendre une langue étape par étape. Il faut en premier lieu s’assurer que l’on maitrise les fondamentaux. L’on ne peut pas enseigner dès le début à des étudiants étrangers les participes, que les russes n’utilisent par ailleurs plus depuis longtemps dans les conversations courantes. En d’autres termes, si vous n’avez pas encore entrepris de lire Dostoïevski, il est tout à fait possible de s’en passer. Cela n’a rien de honteux : tous les Russes ne lisent pas Dostoïevski, comme tous les Anglais ne lisent pas Shakespeare.

La Russie d'Aujourd'hui : Y a-t-il une raison pratique d’étudier le russe ? Après tout maintenant l’anglais permet de communiquer avec toutes sortes de personnes, y compris les Russes.

Dmitri Petrov : L’intérêt pour le russe va croître, j’en suis convaincu. Et il y a à cela des raisons objectives : la Russie est un pays important et pas seulement en terme d’étendue géographique. D’un autre côté, l’anglais en tant que moyen universel de communication va certainement se simplifier encore davantage, payant au prix fort son élévation au rang de langue de la mondialisation économique et culturelle. 

 

Cet article vous a intéressé ? Nous attendons vos questions et réactions ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.