Les bâtiments moscovites qui ont survécu à l’incendie de 1812

Matvei Kazakov est un architecte russe qui, sous Catherine II, a restauré tout le centre de Moscou. Entre 1800 et 1804, Kazakov a travaillé sur les plans généraux et les façades (« vu du ciel ») de Moscou et d’une série d’ensembles architecturaux des bâtiments moscovites les plus importants. En 1812, Kazakov et sa famille ont fui Moscou pour se rendre à Riazan. C’est de là qu’il a été informé de l’incendie qui a détruit tant d’années de dur labeur. Mais heureusement, certains des bâtiments qu’il avait dessinés ont survécu et ont été conservés jusqu’à nos jours.

Rue M. Zlatooustinski, 1

Au croisement des rues Maly Zlatooustinski et Bolchoï Zlatooustinski se trouve une propriété discrète où Matvei Kazakov a vécu et travaillé durant les trente dernières années de sa vie. En 1872, il a racheté le château, avant de le réaménager vers 1785 et de le diviser en deux parties : lui et sa famille vivaient dans l’aile Est, alors que les bâtiments de l’aile Ouest étaient destinés à la location. Le schéma angulaire de la propriété rappelle fortement celui d’une des sections de l’université de Moscou, dont Kazakov avait entamé la construction la même année. C’est d’ailleurs là qu’il avait installé le matériel pour les étudiants de son école d’architecture. Après la révolution, la résidence du grand architecte Kazakov a connu une histoire digne d’un roman policier. Elle a tout simplement disparu. En effet, alors que le registre de Moscou de 1793 mentionnait le numéro 275, ce dernier n’apparaissait plus dans les annuaires du XIXème siècle. Bien que la commission « Vieux Moscou » ait reconnue en 1928 la maison au coin des rues Zlatooustinski comme faisant partie de la propriété des Kazakov, il n’existait aucune preuve documentée. Il aura fallu attendre jusqu’en 1953 pour que les chercheurs trouvent ces documents. 

Rue Ilinka, 8 et 10

Crédit : Antonio Fragoso, Elena Pochetova

En sortant de la rue Marosseïka pour se diriger vers la rue Ilinka, on aperçoit aujourd’hui deux maisons. Au XVIIème siècle, une villa d’ambassadeur se trouvait à leur place. Lorsqu’à la fin du XVIIIème siècle, le terrain a été vendu aux marchands Pavlov et Kalinine, ces derniers ont demandé à Kazakov de construire un bâtiment allongé de trois étages avec des voûtes et un vaste porche à six colonnes, avant tout destiné à la location sous forme de boutiques, d’appartements, etc. (l’hôtel « German Club » et l’Association des marchands s’y sont notamment installés). Leur édification a durée de 1785 à 1790. Au XIXème siècle, le terrain a été séparé en deux parties : l’aile gauche, au coin de la rue Nikolski, a été en grande partie rénovée en 1882 par l’architecte Boris Freidenberg pour la Banque commerciale de Moscou.

Rue Ilinka, 12

En 1904, le bâtiment a été restauré pour former une grande résidence de trois étages avec des demi rotondes aux angles donnant sur la rue, ainsi que des arcs de construction ancienne, que Matvei Kazakov avait érigés en 1778, au rez-de-chaussée. Dans les années 1930, un porche de huit colonnes a été ajouté aux arcs, renforçant ainsi l’élégance de lieux. Les premier et deuxième étages de la résidence ont abrité la Banque de Sibérie et la Banque russe pour le commerce extérieur jusqu’en 1917. Depuis la chute de l’URSS, c’est le Centre de conservation de la documentation contemporaine qui occupe les lieux.

Avenue Voskressenski, 1/5

Ce bâtiment de deux étages, très semblables aux façades qui recouvrent le grand complexe de la Monnaie, était à l’époque le lieu de travail du gouverneur. Il a été construit dans le style baroque, avec des pierres taillées, des corniches sublimant la façade, ainsi que des pièces voûtées à l’intérieur. En 1781, les bâtiments des autorités de la région et de la Monnaie ont été reconstruits par Matvei Kazakov. Des criminels étaient provisoirement retenus dans ces lieux. Alexandre Radichtchev y a notamment été retenu quelque temps après avoir été arrêté pour le livre « Voyage de Pétersbourg à Moscou ». Selon une des légendes, les incendiaires de Moscou en 1812 étaient des criminels retenus dans les prisons des autorités régionales et spécialement relâchés à ces fins par le gouverneur Rastoptchine.

Rue Mokhovaïa, 11

Il s’agit d’une partie historique de l’université de Moscou érigée entre 1782 et 1793 selon les plans de Kazakov. En 1812, lorsque les Français entrèrent dans Moscou, les professeurs et étudiants de l’université ont fui à Nijni Novgorod en emportant une partie des biens. Le 6 septembre de la même année, un incendie a éclaté dans l’université, provoquant d’importants dégâts. Après le départ des Français, les professeurs ont appelé la population à l’aide. Les dons destinés à la reconstruction de l’université ont ainsi atteint près d’un million de roubles. La restauration du bâtiment principal a duré jusque 1819. C’est l’architecte Domenico Gilardi qui a supervisé les travaux.

Texte original publié sur le site de Moskovskie Novosti le 24 juin 2013.

Lisez plus sur l'architecture russe 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies